Call for papers : « Voila les Américains ! » The United States in France and Europe, 1917-1920: Circulation and diffusion of ideas and knowledge

voila_les_americainsInternational conference
Saint-Nazaire
June 22nd, 23rd and 24th 2017
Organisation: Michel Catala and Stanislas Jeannesson (Université de Nantes)

This conference, organised within the framework of the World War I Centenary French Programme, will attempt at shedding new light on the American entry in war in April 1917 as a decisive event for the end of the conflict as well as the 20th century history. Military and diplomatic aspects, in the usual sense, have been studied on many occasions and thus, will not be thoroughly studied. We will focus on a wide cultural area and will pay particular attention to the consequences of the American presence on the Old Continent during the last years of the war and the first years of the after-war period.

Several themes will be studied: artistic, musical and literary circulation, sports, eating and clothing habits, diffusion of scientific knowledge or industrial, agricultural and military methods, but also the wide range of aspects linked to ideas, practices and models of economic and political organisation. By examining the various contacts between Americans (be they soldiers, experts, artists, intellectuals, businessmen, traders; or diplomats and politicians), we will attempt at furthering our concrete knowledge of these decisive years in the process of international integration, arising in the late 19th century.

Three main guiding principles will define our approach and the conference papers:
– The types of influence and the channels of diffusion are essential to grasp the originality of this phenomenon and assess the reality of this “moment américain”. It will be necessary to work on different scales, from local to continental ones, to understand how and to what extent the influence of the United States progressively spread across the whole European continent. As a consequence, the arrival of the American troops in June 1917 in Saint-Nazaire harbour, the city where the conference will be held, is the starting point of this large process of diffusion.
– The actors, from both sides of the Atlantic Ocean, are also a key element and should be studied as closely as possible. Everyday connections between soldiers and local people, with sometimes adverse reactions against the Americans, as well as the memory of their presence could be potential topics for papers. Contacts and exchanges between military staff, experts and diplomats, including heads of States or of Government during conferences of the Allies or for the preparation of the treaties, could also be considered. As regards diplomacy, the American entry in World War I shakes up the traditional practices. The collectives or groups (religious or philanthropic associations such as American charitable organisations for the war wounded or the rebuilding of devastated regions, etc.) could be described, as well as their links with their European counterparts. The places of influence could also be studied.
– All in all, the conference will be replaced in the framework of a global perspective on transatlantic circulation, without avoiding the issues linked to an Americanisation process. Is it possible to mention a shift of this circulation, from America to Europe, or more generally a new step of a globalisation process which is no more limited to the Atlantic Ocean? The continuity and the evolution of the existing networks before the war and their development during the war (from 1914 or after 1917), from each side of the Atlantic Ocean, could be subjects for papers. The League of Nations, with its universal principles, and the negotiations that took place before its creation, in which the Americans and the Europeans were strongly involved, also provide with the ideological, structural and political framework for the debates on this third theme.

Researchers should send their proposals to michel.catala@univ-nantes.fr and stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr before January 15th, 2017. Proposals will consist of an abstract of the paper (one page) and a brief CV. The organisation and the scientific committee will examine them in January 2017.

Papers could be in French or in English.

The conference is organised by the Research Centre for International and Atlantic History (Université de Nantes) and the LabEx EHNE (“Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe”), in the framework of the World War I Centenary French Programme and with the support of the City of Saint-Nazaire.

Scientific committee:
Éric Bussière, université Paris Sorbonne
Robert Frank, université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
Hélène Harter, université Rennes 2
Peter Jackson, University of Glasgow
William R. Keylor, Boston University
Yves-Henri Nouailhat, université de Nantes
Stéphane Tison, université du Maine
Ludovic Tournès, université de Genève.

Download the call for papers : “voilà les américains”

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) Appel à communications : Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ? (XVIIe siècle – début XVIIIe siècle)

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

AppelJEAntillesMarion TANGUY, docteure en histoire moderne et membre associée au CRHIA-Nantes, et Bernard MICHON, MCF en histoire moderne au CRHIA-Nantes, lancent un appel à communications pour une journée d’études organisée le 16 février 2017 avec le soutien de l’axe 4 du LabEx EHNE sur le thème :

Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ?

(XVIIe siècle – début XVIIIe siècle)

Avant le XVIIIe siècle, âge d’or des plantations et de la traite des Noirs, les Antilles forment au XVIIe siècle un nouveau monde à coloniser et à exploiter. Au travers des prises de possessions et des conflits intra-européens, cette journée a pour objectif de montrer la participation des ports européens, de leurs marchands et de leurs flottes à cette aventure…

Cliquer ici pour télécharger l’appel à communications

Les propositions de communication seront à envoyer au plus tard pour la mi-octobre 2016. Elles comprendront un titre, un résumé de 2 à 3 000 signes, et seront accompagnées d’un bref CV (une page) précisant le laboratoire de rattachement.

Elles sont à adressées à : jeportseuropeens@gmail.com

Comité scientifique :

  • Marion TANGUY, docteure en histoire moderne, CRHIA (EA 1163), Université de Nantes
  • Bernard MICHON, MCF en histoire moderne, CRHIA (EA 1163), Université de Nantes
  • Éric ROULET, professeur d’histoire moderne, CRHAEL (HLLI – UR 4030I), Université du littoral Côte d’Opale
  • Philippe HRODEJ, MCF en histoire moderne, CERHIO (UMR 6258), Université de Bretagne-Sud.

Pour aller plus loin :

  • Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) : cliquer ici
  • Encyclopédie pour une Histoire Nouvelle de l’Europe : cliquer ici

Lieu : Université de Nantes
Partenaire : CRHIA (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle)
Contact : jeportseuropeens@gmail.com

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Call for papers : The Berlin airlift. A Realm of Memory of the Cold War

International Conference

Berlin, March 13/14, 2017

“People of the world, people in America, in England, in France, in Italy! Look upon this city and see that you must not, you cannot, forsake us!” Those soon to be famous words, delivered on September 9, 1948 by Berlin’s then mayor Ernst Reuter, were more than a speech to the residents of the former imperial capital; they also announced to the world that Berlin – an “outpost of freedom” – would become the focal point of the looming Cold War. Far beyond Germany, Reuter pointed to the threat the Cold War posed to the “West” and called upon “free nations” to defy that challenge by closing ranks. Whether or not “the entire world” was looking at Berlin, as Reuter asserted, is one of the central questions to be addressed at our conference. Starting from the “frontline city” of Berlin, we will cast our glance to West Germany and its neighboring countries in order not only to frame the Berlin Airlift as a transnational memorial of the Cold War, but also to address, from outside, the question of whether Berlin was really the international focus of the East-West conflict back then, as the press and academia so often portray it.

Even today, Berlin is a multi-layered landscape of memory informed by the Cold War, which has left its tangible and intangible marks, with the Airlift, Tempelhof Airport, the Airlift memorial, and the “Platz der Luftbrücke” metro station prominent among them. For the generation that experienced West Berlin at the time, those are what Pierre Nora termed “lieux de mémoire,” or “realms of memory,” endowing their identity and a part of their collective memory. In their three-volume book about German “realms of memory,” Etienne François and Hagen Schulze wrote that these are “enduring crystallization points of collective memory and identity that outlive generations.” If that is true, then the question arises to what extent later generations, or those moving to the city (still) adopt the Airlift as part of their collective West Berliner memory.

Cultural memory is the result of ongoing political and societal processes of negotiation. So the issues raised with the “Airlift realm of memory” are when the construction process began, what the motivations were, which players were part of the process, how it developed beginning in 1948/49, and what significance we can accord it almost 70 years later. Realms of memory are not limited to localities and material objects alone. They are also manifest in personalities, mythical figures, rituals, traditions, and symbols. In those forms, they effectively take on their own gestalt, or they forge a conceptual theme, and condense collective associations.

It is not the intent of this conference to entirely ignore the political, economic, military, technological, and humanitarian challenges occasioned by the Berlin Blockade and the Airlift, or the consequences for the Cold War, or the division of Berlin and Germany. But the primary focus will be to use  analysis of the various media (press, newsreels etc.) to examine the direct perception of those central Cold War events by the victorious powers, in West Germany, and in the Soviet occupation zone/East Germany. In addition, we will illuminate memories of the Blockade and the Airlift by examining the ceremonial aspects (organization, process, response) and public speeches (development of a narrative); the anniversary and its symbols (posters, stamps etc.); how they are embedded in Berlin’s topography and beyond (monuments, plaques, renaming of streets); and the museum aspects (memorial sites, Tempelhof Airport, Allied Museum, memorial site in Fassberg etc.). In that way, we can uncover the formative historical-social references and symbolism of the memory site “Airlift.” We will also incorporate a look at how the Airlift has been dealt with in the various forms of artistic expression, such as film (fiction and documentary), photography, literature (novels, thrillers, comics etc.), music, and painting, as well as an analysis of other media such as radio, video games, and even textbooks. For it is only via these various avenues that can we achieve a true impression of how the memory site “Airlift” is embedded in society.

The conference will take an interdisciplinary approach and is directed not only at historians, but also political scientists, teachers, and literary, media, art, and music theorists. The invitation to the colloquium is addressed explicitly to both experienced and younger researchers from the humanities and social sciences. Lectures can be presented in either German or English and should be a maximum of 20 minutes long, in order to leave room for discussion. The exact structure of the event will depend on the suggestions we receive. By submitting a topic, you are also agreeing to provide a piece for the conference catalogue, which will be published in the spring of 2018. Travel and accommodation costs will be reimbursed in accordance with the amount of external funding brought in.

 

Please submit a suggested topic, a précis of your presentation (2500 characters), and a CV by July 10, 2016, to Ulrich Pfeil (upfeil@orange.fr) and Corine Defrance (corine.defrance@wanadoo.fr).


The conference’s advisory council will be responsible for the selection of presentations. It is made up of Corine Defrance, Bernd Greiner, Bettina Greiner, Bernd von Kostka and Ulrich Pfeil.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) Appel à communication : Colloque historique international : Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle (1917-2017). La construction d’une discipline, l’histoire des relations internationales

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Appel à communication

 

Co-organisateurs : L. Badel (professeur, Université Panthéon Sorbonne), R. Frank (professeur émérite, Université Panthéon Sorbonne), A. Marès (professeur, Université Panthéon Sorbonne), G.-H. Soutou (professeur émérite, Académie des sciences morales et politiques), M. Vaïsse (professeur émérite, Institut d’études politiques, Paris)

Inscrit dans le cadre des programmations du Labex EHNE, de la BDIC et de la Mission du Centenaire

 

Présentation:

La guerre de 1914-1918 a, on le sait, marqué la vie de Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle. Cette empreinte a eu des conséquences sur leur vie personnelle, institutionnelle et scientifique. Le premier est âgé de vingt-quatre ans quand il est grièvement blessé au Chemin des Dames en 1917. Le second naît cette même année et sera « hanté » sa vie durant par le souvenir de la Grande Guerre des Français à laquelle il consacre son dernier livre en 1994. Une génération les sépare mais leurs noms sont accolés sur la couverture du livre Introduction à l’histoire des relations internationales paru en 1964. Il consacre une discipline qui, à l’instar d’autres sciences humaines et sociales, est née de l’effervescence intellectuelle qui a marqué la Première Guerre mondiale. Ni mausolée à la mémoire de deux historiens français, ni récit hagiographique d’une « école » historique française, le colloque aura pour objectif de replacer le parcours intellectuel et académique des deux historiens dans les débats intellectuels qui marquent la naissance d’une discipline : l’histoire des relations internationales. La construction méthodique de ce nouveau champ académique sera examinée avec précision, en particulier dans ses interactions avec les autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Le parcours de P. Renouvin et J.-B. Duroselle ne peut être abstrait des conditions sociales et politiques d’exercice de leur métier. Loin d’être enfermés dans une tour d’ivoire, ils ont participé aux joutes intellectuelles qui ont marqué leur temps (cf. les attaques de Lucien Febvre ou de Marcel Merle). Très enracinés dans un terrain français et francophone, ils ont tissé des réseaux académiques et politiques transnationaux qui dépassaient la France et l’Europe. Historiens proprement engagés dans les débats du moment (la responsabilité de l’Allemagne dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale ; la Guerre froide ; la construction de l’Europe), pratiquant une histoire immédiate, au cœur de luttes institutionnelles en France ou travaillant à les résoudre, ils doivent faire l’objet d’un examen qui commence par restituer contingence et relativité à leur itinéraire pour mieux en dégager la singularité. Ayant essentiellement consacré leurs recherches personnelles et leurs réflexions à l’Europe et à ses peuples, ils n’en ont pas, pour autant, négligé les autres continents, leur accordant néanmoins un intérêt très variable. Universitaires, professeurs avant toute chose, ils ont prodigué leur enseignement à des générations entières en France et à l’étranger qui en ont été durablement marquées.  Chercheurs, ils ont ouvert des pistes de recherche que leurs élèves ont approfondies. Membres de l’establishment intellectuel de leur temps, les deux hommes ont cumulé les responsabilités et les honneurs : leurs réseaux de nature politique seront mis au jour.

En un début de XXIe siècle marqué par l’épanouissement de l’histoire globale, le colloque sera le lieu d’un débat libre et précis sur les caractères, les objets, les sources et les approches spécifiques de l’histoire des relations internationales. Pour explorer ces thèmes, le colloque proposera une lecture comparée et transnationale de leurs itinéraires, combinant une approche thématique et biographique, en faisant appel principalement à des historiens français et étrangers et en accueillant les propositions émanant de spécialistes d’autres disciplines.

 

De nombreux thèmes d’intervention peuvent être envisagés parmi lesquels :

  • Les guerres du siècle et leur influence
    • sur la carrière académique
    • sur la carrière institutionnelle
    • sur les écrits publics et privés
    • les questions militaires et stratégiques
  • L’institutionnalisation des relations internationales, fruit de l’influence nouvelle des Etats-Unis ?
    • histoire diplomatique et histoire des relations internationales
    • réformes, disciplines et chaires nouvelles
    • le rôle direct des fondations américaines (Carnegie, Rockfeller, Ford) ; les collaborations suisses et italiennes  
    • Les Etats-Unis dans les écrits de P. Renouvin et J.-B. Duroselle
  • Sources, édition et travail d’équipe
    • Les sources
    • Les Documents diplomatiques français
    • La documentation comme moyen d’action (Commission des archives diplomatiques)
  • Traduction, diffusion et réception
  • La construction d’un champ académique : l’histoire des relations internationales
    • La construction d’une bibliothèque : la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine
    • Les publications : la Revue d’histoire de la Guerre mondiale, L’Année politique, Relations internationales
    • La construction d’une chaire
    • Maîtres & disciples (le séminaire du mardi soir de JBD)
    • La naissance du CERI (Fondation nationale des Sciences politiques)
    • La consécration institutionnelle : des académiciens des Sciences morales et politiques
  • L’Europe et le monde vus par P. Renouvin et J.-B. Duroselle
    • L’ « Asie » de Pierre Renouvin
    • L’Europe vue par P. Renouvin et J.B. Duroselle
    • Les Etats-Unis de J.-B. Duroselle
  • L’action publique de deux universitaires français
    • Les combats académiques et institutionnels
    • Pierre Renouvin pendant la Seconde Guerre mondiale
    • Jean-Baptiste Duroselle pendant la Seconde Guerre mondiale
    • Les réseaux catholiques et démocrates-chrétiens de Jean-Baptiste Duroselle
    • Le Doyen Renouvin et la création de centres de recherche à la Sorbonne
    • L’université de Vincennes et  Jean-Baptiste Duroselle
    • L’action européiste de de Jean-Baptiste Duroselle
    • Mai 1968

 

Ces thèmes ne sont pas limitatifs et toute proposition sera étudiée avec attention.

 

Langues du colloque : anglais et français

Quelle que soit la langue utilisée, toutes les propositions seront étudiées.

 

Date-limite d’envoi des propositions : le 1er juin 2016

Les propositions de communication (500 mots maximum et un bref curriculum vitae) doivent être envoyées à Andrea Martignoni : martignoni.andrea@yahoo.fr

 

Dates et lieu du colloque : Paris –  8-10 juin 2017

 

Comité scientifique du colloque

Laurence Badel (professeur, Université Panthéon Sorbonne), Andrew Barros (professeur, Université du Québec à Montréal), Eric Bussière (directeur, UMR Sorbonne-IRICE), Antoine Fleury (professeur émérite, Université de Genève), Robert Frank (professeur émérite, Université Panthéon Sorbonne), John Keiger (professeur, Université de Cambridge), Peter Jackson (professeur, Université de Glasgow), Thomas Maissen (directeur, Institut historique allemand, Paris), Antoine Marès (professeur, Université Panthéon Sorbonne), Antoine Prost (président, conseil scientifique de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Paris), Matthias Schulz (professeur, Université de Genève), Georges-Henri Soutou (professeur émérite, Académie des sciences morales et politiques, Paris), Arnold Suppan (professeur, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Vienne), Valérie Tesnière (directrice, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine), Maurice Vaïsse (professeur émérite, Institut d’études politiques, Paris), Antonio Varsori (professeur, Université de Padoue), Andreas Wirsching (directeur, Institut für Zeitgeschichte, Munich)

 

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) Appel à communication : Journée d’étude : Veuvages issus de conflits armés en Europe (XIXe-XXIe siècles) : Quelles spécificités ? Quelles différences ?

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Appel à communication

Cette journée d’étude est la troisième et dernière d’un cycle de trois journées d’études sur les Veuves, veufs et veuvages en Europe à l’époque contemporaine. (Pour avoir davantage de précisions sur le projet général: http://www.labex-ehne.fr/2014/04/22/journees-detude-appel-a-communication-veuves-veufs-et-veuvages-en-europe-a-lepoque-contemporaine-19e-21e-siecles/).

Cette troisième journée d’études vise à s’interroger sur le veuvage provoqué par des situations de conflits armés, qu’il s’agisse des guerres mondiales entre états, mais aussi de guerres civiles, d’indépendance, de même que d’autres formes de conflits (luttes armées, terrorisme…). La définition du veuvage est la même que celle retenue pour les autres journées, à savoir une définition large, non strictement juridique, qui inclut l’ensemble des conjoints survivants, que leur relation avec le/la défunt.e ait été, ou non, officialisée préalablement par le mariage.

Le questionnement ici est double. Il porte, d’une part, sur les spécificités de ces veuvages. Le fait qu’un décès ou une disparition survienne dans les circonstances atypiques d’un conflit armé influe-t-il sur le veuvage du conjoint survivant ? Dans quelle mesure ce veuvage se distingue-t-il de celui des femmes et des hommes qui sont devenu.e.s veuves et veufs dans un contexte plus ordinaire ? Dans quelle mesure, également, le deuil des conjoints survivants se distingue-t-il de celui des autres membres de la famille (notamment orphelins et ascendants du défunt) ? Le questionnement porte, d’autre part, sur les différences qui existent entre ces veuvages. Quelles différences peut-on observer selon les conflits armés (certains conflits étant mondiaux, d’autres coloniaux ou de décolonisations, d’autres civils), selon les territoires et nations européennes, selon les camps et belligérants impliqués, selon les sexes aussi… car, si le veuvage de guerre a longtemps été une réalité fortement sexuée, il devient, à mesure que les conflits armés génèrent de plus en plus de victimes civiles, une expérience mixte, pouvant toucher aussi bien les hommes que les femmes. Pour autant, ces expériences sont-elles assimilables ? Quelles différences persistent entre les droits des unes et des autres, entre leurs pratiques de deuil, et quels sont les attendus sociaux et politiques auxquels ils et elles sont soumis.e.s ?

Les propositions de communication pourront s’articuler autour des différents axes thématiques suivants:

→ Législations et institutions :

– Quelles sont les législations élaborées et les institutions mises en place pour aider les conjoints des tués ou disparus d’un conflit armé ?…

– Dans quel contexte ces législations et ces institutions ont-elles émergées et évoluées ? Quelles en sont les origines ? Se sont-elles inspirées de législations antérieures relatives à d’autres veuvages atypiques (par exemple les lois sur les accidents du travail pour la France) ? Observe-t-on des similitudes entre pays européens ? Les législations nationales se sont-elles mutuellement influencées ? Veuves et veufs se sont-elles/ils impliqué.e.s dans l’élaboration et l’évolution de leur prise en charge ? Peut-on parler d’instrumentalisation politique de ces victimes ?…

– Quelles évolutions et postérité connaissent ces législations et ces institutions ?   S’achemine-t-on vers un droit communautaire destiné aux victimes de guerre en Europe ? Le droit des victimes de conflits armés prend-il en compte l’évolution des pratiques conjugales qui se départissent de plus en plus du mariage ? Compagnes et compagnons sont-elles/ils pris en considération ? La dimension genrée de ces législations (souvent davantage pensées pour des femmes) s’estompe-t-elle avec le temps et selon les conflits ? …

→ Démographie et pratiques familiales :

– Dans quelle mesure l’évolution des formes des conflits armés remet-elle en cause la dimension majoritairement féminine du veuvage ? Existent-ils des veufs de guerre ? Qui sont-ils ? Le profil démographique des veuves (âge et maternité notamment) évolue-t-il dans le temps, selon les pays et selon les conflits ?…

– Les pratiques familiales des veuves et veufs de guerre, en matière, entre autres, de succession, de remariage ou de parentalité, se distinguent-elles de celles des veuves et veufs “ordinaires”, notamment par la prise en charge de leurs enfants, reconnus – ou non – comme “orphelins de guerre” ? Cette entremise d’institutions extérieures à la famille modifie-elle les relations intrafamiliales et le pouvoir des conjoints survivants sur la gestion du patrimoine familial ou sur leurs choix éducatifs ?…

→ Rituels funéraires et expériences de deuil :

– Les décès survenus dans un contexte de mort de masse et violente provoquent-ils des deuils spécifiques ? Ces deuils varient-ils d’un conflit à l’autre, selon l’intensité, la forme de même que l’issue (victoire ou défaite) de ces mêmes conflits ?…

– Les rituels funéraires en contexte de guerre ou issus de conflits armés sont-ils communs d’un pays belligérant à l’autre ? Par exemple, perçoit-on des points communs dans les pratiques de deuil de disparus ? Peut-on parler de rituels funéraires spécifiquement européens comparativement aux pratiques en oeuvre sur les autres continents ? Par quelles nouvelles pratiques funéraires, les rituels traditionnels tombés en désuétude suite à la Seconde Guerre mondiale (port du deuil notamment) ont-ils été remplacés ? Observe-t-on des différences sexuées dans les usages sociaux du deuil ?…

– Les rituels funéraires tendent à homogénéiser des expériences intimes du deuil qui sont aussi nombreuses qu’il y a d’individus. Pour autant, dans quelle mesure peut-on saisir des analogies dans les expériences de deuils des veuves et veufs de victimes de conflits armés ? Y-a-t-il toujours superposition du deuil national et du deuil individuel ? De quelle manière le traitement médiatique particulier dont les défunt.e.s sont souvent l’objet influe-t-il sur l’évolution psychologique des endeuillé.e.s ? En quoi leur expérience intime, en tant que conjoint survivant, se différencie de celui des autres membres de la famille (en raison de leur lien de parenté ou de leur âge) ?  Quelles sources peut-on mobiliser pour retracer ces processus intimes de deuil ? Une histoire des pratiques des psychiatres et psychologues envers les veuves et veufs de conflit armé est-elle possible ? Dans quelle mesure les concepts forgés par ces derniers sont-ils mobilisables par les chercheurs en sciences humaines et sociales…

Le comité scientifique portera une attention toute particulière aux propositions de communications portant sur d’autres pays que la France ou envisageant une analyse comparée. Des approches genrées sont également attendues.

Les communications pourront être formulées en français ou en anglais.

Une publication des actes des trois journées d’étude est prévue.

Comité scientifique :

  • Peggy Bette (CERHIO, université Rennes 2)
  • Christel Chaineaud (CAHD, université Bordeaux)
  • Martine Cocaud (CERHIO, université Rennes 2)
  • Magali Della Sudda (centre Emile Durkheim, Sciences Po-Bordeaux)
  • Françoise Leborgne-Uguen (université de Bretagne occidentale-Brest)
  • Yannick Marec (GRHIS, université Rouen)
  • Simone Pennec (université de Bretagne occidentale-Brest)
  • Paulette Robic (IEMN-IAE, université Nantes)
  • Bruno Valat (centre universitaire Jean-François Champollion-FRAMESPA- université Toulouse 2)
  • David G. Troyansky (Brooklyn College et le Graduate Center, City University of New York )
  • Olivier Vernier (ERMES, université Nice-Sophia Antipolis)
  • Clémentine Vidal-Naquet (post-doctorante, secrétaire générale du Labex EHNE)
  • Fabrice Virgili (CNRS-IRICE, LabEx EHNE)

Comité d’organisation :

Peggy Bette (CERHIO, Rennes 2)

Christel Chaineaud (CAHD, Bordeaux)

Date et lieu de la journée :

Lundi 7 novembre 2016, à Paris (Musée de l’armée, Hôtel national des Invalides)

Modalités de soumission des propositions de communication :

Les propositions de communication devront contenir les informations suivantes :

  • Nom, prénom
  • université ou laboratoire de rattachement
  • fonction
  • Titre envisagé de la communication
  • Texte de 2 à 3 000 signes en français ou en anglais précisant le contenu, la méthodologie et les sources

La date limite de soumission des propositions de communication pour la troisième journée est le 29 mai 2016. Le comité scientifique répondra dans un délai d’un mois.

Les propositions de communication sont à adresser à veuvages.europe@gmail.com

L’organisation du colloque prend en charge l’hébergement des intervenant.e.s (pour une nuitée), ainsi que le déjeuner du lundi 7 novembre. Le remboursement de leurs frais de transport sera au moins partiel.

Pour toute information complémentaire : veuvages.europe@gmail.com

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail