The Paris Peace Conference, the Challenge of a New World Order

Opening in Paris, as it was still bearing the scars of the bombings of the war, the 1919-1920 Peace Conference struck people’s minds with its cosmopolitan character and unprecedented ambition. While Vienna had aimed at reorganizing the European order in 1814-1815, Paris had a clear aim of redefining the world order.
As soon as it was opened, the Peace Conference was met with doubts, and even cynicism. It nevertheless carried the great hopes of a return to peace. It is its founding principles – respect for the law, sovereign equality of states, self-determination, public diplomacy –, but also the oppositions and alternative projects that they raised, its sharp or open decisions and their dramatic consequences, positive or bearing the new challenges of the century, that will be at the heart of the debates at our conference.

Comité de pilotage / Steering commitee
Laurence Badel (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Eckart Conze (Universität Marburg), Axel Dröber (Institut historique allemand), Jean-Michel Guieu (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Norman Ingram (Concordia University), Peter Jackson (University of Glasgow), Stefan Martens (Institut historique allemand), Matthias Schulz (université de Genève), William Mulligan (University College Dublin)

Lieux / Places :

Institut historique allemand / German Historical Institute
Hôtel Duret-de-Chevry
8 rue du Parc-Royal 75003 Paris

Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères / French Ministry for Europe and Foreign Affairs
Hôtel du ministre
37 quai d’Orsay 75007 Paris

Château de Versailles
Pavillon Dufour / Auditorium
Place d’Armes
78000 Versailles

To know more >

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Journée internationale des droits des femmes

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, retrouvez les activités du LabEx EHNE :

8 mars : Présentation de L’Europe des femmes (XVIIIe-XXIe siècles), par Véronique Garrigues et Fabrice Virgili, libraire @ttitudes, à 17h30, à Gaillac

À partir du 9 mars : Eliane Gubin présentera L’Europe, une chance pour les femmes ? Le genre de la construction européenne, dans l’émission « Ici l’Europe », sur France 24

14 mars : Anne-Laure Briatte, Eliane Gubin et Françoise Thébaud présenteront L’Europe, une chance pour les femmes ? Le genre de la construction européenne, à la Bibliothèque Inter-universitaire de la Sorbonne (BIS), à 18 h.

14 mars : « Le rôle et l’impact des femmes et de leurs combats dans la transformation de la société européenne », par Fabrice Virgili, centre Paris Anim’ Curial, Paris 19,  18h-21h

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Appels à communication pour l’encyclopédie EHNE

L’Encyclopédie
pour une histoire nouvelle de l’Europe portée par le LabEx EHNE (Sorbonne
Université) cherche de nouveaux auteur·es pour enrichir les entrées de ses
différentes thématiques.

  • L’Europe comme civilisation matérielle
  • L’Europe dans une épistémologie du politique
  • L’humanisme européen
  • L’Europe, les Européens et le Monde
  • L’Europe des guerres et des traces de guerres
  • Une histoire genrée de l’Europe
  • Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen

Il
s’agit d’écrire de courtes notices
(7000-8000 signes)
à destination d’un large public et proposant une
réflexion nouvelle sur l’histoire européenne. Ces dernières seront mises en ligne et traduites en anglais. Elles feront également l’objet de
valorisations pédagogiques et scientifiques dans le cadre de nos différents
partenariats.

Nous
vous proposons de contribuer à ce projet en rédigeant une notice parmi les thèmes
suivants :

Axe 1. L’Europe comme civilisation matérielle :

  • Le mode de transport aérien à bas prix, des mobilités européennes accrues ?
  • Le tourisme dans l’Europe de l’Est depuis 1989 : le développement des infrastructures touristiques privées
  • Les câbles de télécommunications sous-marins, infrastructure vitale et sécurité des marchés européens.

Contact :
labexehne1@gmail.com

Axe  2 :  L’Europe dans une épistémologie du politique :

  •  L’idée républicaine en Europe
  • Les partis
    verts en Europe, hier et aujourd’hui
  • Hitler
    et l’Europe

Contact :
marie.levant.ehne@gmail.com

Axe 3 :  Humanisme européen :

Pour l’ensemble
thématique : « héritages culturels »

  • Le cicéronianisme

Pour l’ensemble
thématique : « Les humanistes et l’Europe »

  • Le pétrarquisme

Pour l’ensemble
thématique : « les espaces parallèles de la Renaissance »

  • L’astrologie à la Renaissance

Pour l’ensemble
thématique : « Projets d’Europe unie »

  • Le Congrès de l’Europe, La Haye, 1948

Contact :humanisme.ehne@gmail.com

Axe 4 : L’Europe, les Européens et le monde :

Pour
l’ensemble thématique : « Expansion coloniale et impérialisme »

  • Explorateurs et missionnaires européens

Pour
l’ensemble thématique : « Régulations juridiques »

  • Le congrès de Vienne de 1815

Contact :
labexehne4@univ-nantes.fr

Axe 5 : Guerres et traces de guerre :

  • La construction de la figure de l’ennemi
  • La torture comme instrument de guerre
  • Corps brutalisés

Contact : labexguerres@gmail.com

Axe 6 :  Genre et Europe :

Pour
l’ensemble thématique « Genre et circulations en Europe »

  • Le genre des migrations dans
    l’Union européenne (du traité de Maastricht à aujourd’hui)

Contact :
genreeurope@gmail.com

Axe 7 : « L’art en Europe » :

Pour l’ensemble
thématique : « Géographie et circulation des modèles
artistiques »

  • L’Europe dans l’art contemporain
  • Représenter les pays européens

Pour l’ensemble thématique : « Discours nationalistes sur l’art au XIXe
siècle »

  • La
    notion de “jardin à la française”

Contact : labexehne7@hotmail.com

Modalités de proposition

Les personnes intéressées sont invitées à contacter
les responsables éditoriaux des notices faisant l’objet d’un appel. Elles
soumettront à cet effet un résumé de 80
mots
qui synthétisera les principaux éléments de la notice à laquelle ils
souhaitent contribuer et insistera sur la dimension européenne du sujet et son
intérêt pour une histoire nouvelle de l’Europe.

Description du Projet

https://ehne.fr/ est une
Encyclopédie bilingue et numérique pour une histoire nouvelle de l’Europe. Elle
est l’un des projets phares du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire nouvelle de
l’Europe) et propose des approches transversales de l’histoire européenne du
genre, des guerres, de l’art, des circulations et des réseaux, des grandes
idéologies et débats politiques. Elle s’intéresse aux fondements culturels et
religieux de l’Europe et porte un regard sur les relations entre l’Europe et le
monde.

Destinée aux citoyens, aux chercheurs, aux étudiants,
l’encyclopédie numérique offre un contenu innovant sous un format original,
fruit de la recherche actuelle :

  • Des notices de synthèse rédigées par des spécialistes qui proposent de
    nouvelles façons de découvrir, de penser et d’étudier l’histoire de
    l’Europe.
  • Différents supports multimédia enrichis d’illustrations issues de
    fonds iconographiques inédits et de vidéos provenant des fonds de
    l’Institut national de l’audiovisuel.

Dans cette perspective, elle offre aux enseignants de
nombreux outils de valorisation pédagogique : https://ehne.fr/ressources-pedagogiques

Comité de rédaction de l’encyclopédie EHNE :
Éric Anceau, Alain Beltran,
Lucien Bély, Éric Bussière, Virginie Chaillou-Atrous, Pierre Couhaut, Denis
Crouzet, Olivier Dard, Corine Defrance, Etienne Faisant, Christine Gouzi,
Stanislas Jeannesson, Isabelle Matamoros, Léonard Laborie, Marie Levant,
Antoine Marès, Mathieu Marly, Hélène Miard-Delacroix, Fabrice Micallef, Jeanne
Moisand, François-Xavier Nérard, Simon Perego, Clyde Plumauzille, Laurence
Roche-Nye, Mathilde Rossigneux-Méheust, Claire Sanderson, Dany Sandron,
Guillaume Tronchet, Fabrice Virgili, Tom Williams

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Le fonds Colbert aux journées du patrimoine

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

A l’occasion de la journée du patrimoine, samedi 15 septembre le Lycée Colbert (Paris 10e) présentait à nouveaux l’exposition réalisée en 2014 après la découverte du fonds dans les locaux de l’établissement. Etait également organisée une projection de tirages numérisés (consultable en ligne), et en fond sonore l’émission de la Fabrique de l’histoire consacrée au fonds Colbert sur France culture le 17 janvier 2018 (podcast).

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Call for paper: International Conference: The Paris Peace Conference of 1919 and the Challenge of a New World Order

International Conference to be held in Paris, 5-8 June 2019

Under the aegis of the Institut historique allemand (IHA)/Deutsches Historisches Institut Paris (DHIP), LABEX EHNE, Commission d’histoire des relations internationales/Commission for the History of International Relations

The Peace Conference held in Paris in the aftermath of the Great War remains among the most important yet also most controversial events in modern history. Although it is often considered to have made a second global war all but inevitable, it has also been praised for providing the basis for an enduring peace that was squandered recklessly by poor international leadership during the 1930s.

A major international conference will take place in Paris in June 2019 to commemorate the centenary of the 1919 Conference from a global perspective. The purpose of this event is to re-examine the history of the Peace Conference through a thematic focus on the different approaches to order in world politics in the aftermath of the First World War. A remarkably wide range of actors in Paris – from political leaders, soldiers and diplomats to colonial nationalist envoys and trade unionists, economists, women’s associations and ordinary citizens – produced a wide array of proposals for a future international and, indeed, global order. These proposals were often based on vastly different understandings of world politics. They went beyond the articulation of specific national security interests to make claims about the construction and maintenance of peace and the need for new norms and new institutions to achieve this aim. To what extent the treaties and their subsequent implementation represented a coherent order remains a question of debate.

By ‘order’, we mean in the first instance, the articulation and development of systematic ideas, institutions and practices aimed at promoting a durable peace that would deliver security, economic recovery and social justice. This distinguishes thinking about ‘order’ from discussions of ‘national interests’ – though there was of course overlap between these two modes of thinking about future international relations. Second, we are interested in ‘order’ as an analytical concept in its own right. This encourages historians to identify, as Paul Schroeder has urged, the shared rules, assumptions, and understandings about a particular set of political relations and to show how specific decisions reflect the norms of the order.

Emphasising the preoccupation of peace-makers with the problem of world order broadens the scope of the familiar questions and debates that have dominated the literature on the Peace Conference. It also opens the way for posing new questions and for thinking about more familiar questions in new ways. We therefore invite papers addressing the following questions:

1) What were the different conceptions of political, economic and social order advocated at the Paris Conference? What was the relationship between different ideas about the international order, such as a system based on national self-determination and one based on the rule of law? Were there broad overarching conceptions of an international order, such as liberal or socialist internationalism, that could accommodate more narrowly focused ideas such as free trade or labour rights? How did people conceive of the relationships between self-interest and order? What role did power politics play in conceptions of international order? Were the absentees from Paris – notably the Germans and the Bolsheviks – able to shape the debate about the emerging international order?

2) What were the origins of these different ideas about order? Why was there such an interest in the systematic development of particular orders both during and after the war? Who produced ideas about order, and why? What was in particular the role of NGOs and ordinary citizens? Can an approach based on different ‘generations’ of international actors illuminate this problem in new ways? Was the idea of ‘order’ a reaction to international politics before and during the war? Or did it represent a continuity with certain strands of thinking about international politics that pre-dated the outbreak of war in 1914? What was the relationship between the articulation of war aims and ideas about post-war order?

3) To what extent did contending visions of an international order shape the peace treaties? Did the organization and proceedings of the Conference reflect tensions between the national, the regional and the global? What was the role of regional orders in shaping broader conceptions of a new world order? To what extent did discourses concerning new regional orders reflect fundamental changes in the conceptualization of world politics? To what extent were they a repackaging of the more familiar themes of empire or spheres of influence?

4) How were the peace treaties legitimated to domestic and international audiences? Were subsequent negotiations on the implementation and revision of the peace treaties shaped by the profound debates about international politics that took place before and during the Peace Conference? Were conceptions of international order systematically subordinated to concerns about national security? Conversely, to what extent can it be argued that the Paris Peace Conference produced or contributed to a disorder in European politics that led ultimately to the Second World War?

5) What was the impact of the Paris Peace Conference on views of world order based on gender, class and race? How did women, workers and colonial subjects respond to the peace conference and what was its impact on the emergence of alternative voices in international affairs? Whose voices were heard at Paris in 1919 and whose remained silent or were silenced?

6) What political and diplomatic practices were implied in these various conceptions of international order? To what extent did these practices shape the course of international relations after 1919? Did the intellectual debate and political experience of the Paris Peace Conference play a role in shaping a future generation of leaders (such as Jean Monnet and John Foster Dulles)?

Paper proposals
The Conference organizers aim to ensure the conference provides a global perspective on the Paris Peace Conference. We are therefore particularly keen to receive proposals from scholars working on topics pertaining to the non-western world. The organisers anticipate securing limited financial resources to support delegates’ participation in the conference.

The conference languages will be English and French
Regardless of language, all proposals will receive serious consideration.

The deadline for paper proposals is: 1 June 2018
Please send your proposal (abstract in English or French of no more than 500 words) and short CV to:
Axel Dröber: ADroeber@dhi-paris.fr.

Download the call for paper: CfP Paris Peace Conference ENG
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) Professeur invité : Yaman Kouli

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Yaman Kouli a fait des études d’histoire, d’histoire économique et de droit dans les universités de Bielefeld (Allemagne), de Paris VII-Denis Diderot et de Poznań (Pologne). Pendant ces cinq années, il a également appris le polonais à l’Institut national des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). Après avoir terminé ses études, il a commencé une thèse de doctorat sur le développement industriel de la Basse-Silésie (1936-1956) – une région polono-allemande – et les effets économiques de l’expulsion de la population allemande sur le niveau de production.

En 2011, il est devenu assistant de recherche du Prof. Rudolf Boch à l’Institut d’histoire européenne de l’université polytechnique de Chemnitz puis a reçu en 2012 une fellowship du Centre scientifique des sciences sociales (Berlin) où il s’est consacré à l’analyse de « l’économie du savoir » et à la question de la nécessité d’une mobilité croissante des entreprises et des travailleurs dans l’économie moderne.

Le projet auquel Yaman Kouli veut se consacrer pendant son séjour au sein du LabEx « Écrire une nouvelle histoire de l’Europe » et de l’UMR SIRICE traite de l’intégration économique en Europe avant la Grande Guerre. Tandis que la plupart des sociologues considèrent l’intégration européenne comme un phénomène dont les racines remontent aux années 1950, un grand nombre d’historiens s’accordent pour estimer qu’elle a en réalité commencé pendant le dernier tiers du long XIXe siècle, à un moment où se manifestent simultanément l’Etat-Nation, la première vague de la mondialisation, l’internationalisme et le début de l’intégration européenne moderne. C’est aussi l’époque où s’amplifie la coopération internationale au niveau des techniques et où se développent les réseaux parmi les scientifiques, les intellectuels et plus largement la bourgeoisie. Or s’il est relativement facile d’analyser chacun de ces phénomènes considéré de façon isolée, il est beaucoup plus compliqué de déchiffrer les relations observables entre ces quatre développements.

Jusqu’à récemment, la coopération européenne a été considérée comme une partie de l’internationalisme. Dans son projet, M Kouli teste l’hypothèse selon laquelle ce processus a été une stratégie devant servir à l’établissement de règles communes qui sont in fine devenues obligatoires au niveau international. En raison de la croissance du commerce international, la concurrence est devenue plus forte. La dépendance au marché mondial a intensifié la concurrence des prix dans les pays participant à la mondialisation de l’économie. Les entreprises ont donc été forcées de réagir et d’élaborer une stratégie. Elles ont pu soit essayer de produire à moindre coût, soit trouver à développer des produits innovants. Cependant, la croissance de l’économie du savoir a accru le risque de vol des innovations. Dans ce contexte, alors que les entreprises devaient décider ou non de prendre le risque d’investir dans les innovations et le capital humain, les accords européens garantissant un environnement stable ont permis de sortir de ce dilemme.

Ces accords ont joué deux rôles. Premièrement, ils ont mis en place des standards européens ainsi que des règles économiques stables. Ils ont réduit le risque d’une économie dans laquelle chaque entreprise fait tout afin de produire moins cher que l’autre, quelles que soient la qualité des produits et les conditions de travail. Sur cette base, les entreprises ont pu investir dans le « capital humain » et dans la recherche et le développement afin de se lancer dans des innovations fondées sur le savoir. Deuxièmement, ils ont joué un rôle dans les relations avec le monde non-européen. Par l’établissement de règles communes dans un monde qui était en train de se mondialiser, ils ont servi à éviter une concurrence des prix trop intensive.

La deuxième partie du projet se concentre sur l’intégration européenne économique de 1900 à nos jours. On sait que le marché mondial avant 1914 était dominé par l’Europe et les États-Unis et la croissance du commerce mondial est bien documentée. Cependant, la littérature existante n’a pas permis d’analyser le cas de pays spécifiques. Par conséquence, un but de ce projet consiste à développer une méthode permettant de mesurer l’intégration économique de l’Europe. De cette manière, il sera possible de comparer les niveaux de l’intégration économique européenne avant la Grande Guerre et après la Deuxième Guerre mondiale. Un tel indice pourrait enrichir la discussion sur le développement de l’intégration européenne.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) AsileuropeXIX: un programme de recherches pour une histoire de l’exile et de l’asile en Europe

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

L’Europe du XIXe siècle voit l’institutionnalisation de l’exil comme forme de mobilisation. L’augmentation du nombre d’opposants chassés de leur pays pour des motifs politiques a induit de profondes transformations des politiques migratoires adoptées en Grande-Bretagne, en France, en Belgique, en Suisse, dans le Piémont-Sardaigne et en Espagne, principaux pays concernés par l’asile politique entre le congrès de Vienne et les années 1870.
Porté par Delphine Diaz, chercheuse du LabEx EHNE, le programme AsileuropeXIX s’emploie à reconstituer le lexique utilisé pour qualifier les exilés et réfugiés, prêtant attention aux catégories ainsi élaborées. Un second pan de nos recherches collectives concernant l’accueil qui leur était réservé porte sur les contrôles des exilés aux frontières, étudiés à partir de sources administratives et policières et d’archives personnelles. L’analyse des dispositifs d’accueil, qui est menée à la fois par le haut et par le bas met en évidence les points de comparaison entre les six pays d’asile étudiés. Le programme AsileuropeXIX s’intéresse enfin au contrôle migratoire a posteriori des migrations politiques, qui s’appuyait sur les mesures d’expulsion mais aussi sur les incitations au départ vers les colonies européennes.
​Une plateforme numérique vient d’être lancée en partenariat avec Huma-Num: https://asileurope.huma-num.fr/
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) L’application Pop’Europe est en ligne !

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Grâce au soutien de la région Île-de-France, de la Ville de Paris, du LabEx EHNE et le concours de la société Nosytech, la Maison de l’Europe lance l’application Pop’Europe, un jeu de questions pour apprendre le fonctionnement de l’Union européenne, l’histoire, la culture et les valeurs des pays européens.

En savoir plus : ici

En téléchargement sur Applestore et Google play

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) 8 mars 2018 : journée internationale des femmes

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

A l’occasion de la journée internationale des femmes le 8 mars, le LabEx et Mnemosyne participent à de nombreuses manifestations pour présenter l’ouvrage de l’axe 6 : L’Europe des femmes.
  • Mer 7 mars (19h30-21h00) : conférence-débat à la maison Henrich Heine (Cité internationale universitaire de Paris), par Anne-Laure Briatte et Fabrice Virgili.
  • Jeu 8 mars (18h) : présentation de l’ouvrage L’Europe des femmes par Véronique Garrigues, médiathèque municipale de Lavaur
  • Jeu 8 mars (17h30-19h30) : séminaire franco-britannique d’histoire autour de Myriam Boussahba-Bravard (Université Paris Diderot, Larca-UMR8225) et de ses récentes publications sur l’histoire des femmes et du genre : Les femmes dans les expositions internationales 1878-1937 (Routledge, 2017), et l’ouvrage collectif issu d’une collaboration entre EHNE et Mnémosyne, L’Europe des femmes 18e-21e siècle (Perrin, 2017), Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne, salle 040
  • Ven 9 mars (9h05-10h): Julie Le Gac est invitée dans “La Fabrique de l’histoire” sur France Culture pour parler du Livre “L’Europe des femmes”.
  • Mar 13 mars (20h30) : présentation intitulée “L’Europe des femmes – Mots et images de discriminations, de combats et de conquêtes”, par Louis-Pascal Jacquemond et Anne Jusseaume, dans le cadre de la “Semaine Elles”, Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire, Blois.
  • Mer 14 mars (19h-20h30) : Julie Le Gac et Louis-Pascal Jacquemond présenteront l’ouvrage “L’Europe des femmes” sur Fréquence Paris Plurielle dans l’émission “Les Oreilles loin du Front” (rediffusion le vendredi à 8h30).
  • Ven 16 mars (12h30 et 16h) : présentation par Anne-Laure Briatte et Fabrice Virgili au Conseil de l’Europe, Strasbourg, dans le cadre des événements organisés à Strasbourg en mars autour du thème « 1918-2018 : Où sont les femmes ? ». Ils seront également présents à la librairie Kléber à 16h pour une présentation de l’ouvrage.
  • Lun 19 mars (8h05-8h55) : visio conférence de Fabrice Virgili avec la classe de 5°4 du collège de Montréjeau et ouverte au public, pour débattre de l’ouvrage, salle 201 du collège de Montréjeau.
  • Mer 21 mars (17h30-19h30) : table ronde animée par Agathe Bernier-Monod (Université Bordeaux-Montaigne ), Anne-Laure Briatte (Sorbonne-Université), Véronique Garrigues (Association Mnémosyne), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne), Dominique Picco (Université Bordeaux-Montaigne), Université Bordeaux-Montaigne, amphi de la Maison de l’Archéologie
  • Jeu 22 mars (18h) : Dominique Picco et Nicolas Patin de l’université Bordeaux Montaigne ainsi que Agathe Bernier-Monod et Anne-Laure Briatte de l’université Paris-Sorbonne, Librairie Georges à Bordeaux
L’ouvrage est également disponible en présentation vidéo en 3min par Julie Le Gac et Fabrice Virgili.

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Le LabEx EHNE à la Fabrique de l’Histoire

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Le mercredi 17 janvier, a été diffusée sur France culture dans la Fabrique de l’histoire, une émission consacrée au Fonds Colbert hébergé par le LabEx EHNE, avec Laurence Giordano, Olivier Vayron, Clyde Plumauzille et Gabriel Nagamouchi.

A réécouter en podcast ici

Pour aller plus loin :

– Delphine Diaz, « Le « fonds Colbert » : une enquête sur les plaques photographiques de la collection Molteni », dans Denise Borlée et Hervé Doucet (dir.), Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

– Anne Quillien (dir.), Lumineuses projections ! La projection fixe éducative. Catalogue de l’exposition présentée au Munaé à Rouen du 23 avril 2016 au 31 janvier 2017, Futuroscope, Réseau Canopé, 2016.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail