(Français) Colloque “Les territoires de la nouvelle Pologne après 1918. Définition, intégration, perception des différences”

Au lendemain de la Première Guerre mondiale la Pologne reconstitue l’essentiel de son territoire démembré par les partages de la fin du XVIIIe siècle, à l’exception de la Silésie occidentale et d’une partie de la Lituanie devenue indépendante. Or les trois entités attribuées successivement à la Russie, à la Prusse et à l’Autriche ont connu des sorts bien différents, si tant est qu’elles aient jadis constitué un ensemble homogène. Les sociétés soumises à ces trois régimes, qui ont eux-mêmes varié, ont évolué diversement tendant vers un système de tolérance et de respect des identités dans le cas autrichien et un système répressif, dans le cas allemand et russe. Ces expériences ont produit des attentes, des récits, de la mémoire, qui s’expriment au moment où le pays regagne son indépendance, qui plus est âprement disputée durant le conflit avec la Russie bolchevique.
Comment (re)définir le territoire en intégrant ses parties sur le plan de la population : qui est polonais ? Quel rôle jouent à cet égard la statistique et la géographie, à l’appui de quelles sciences reconstruit-on l’entité nationale et quel est le discours qui est délivré à ce sujet ? Puisqu’il faut en outre faire immédiatement la guerre, avec quelle armée ? Officiers et soldats ont non seulement derrière eux quatre ans de combats, mais ils les ont menés dans des camps opposés et ont une formation et un esprit de corps différent les uns des autres ; comment recrée-t-on sur des bases aussi déstructurées une force nationale ? Comment est vécu sur le terrain et par les habitants le changement des structures administratives ? Quelle est la part de la rupture et de la continuité dans les municipalités dont beaucoup sont marquées par le multilinguisme et la multiconfessionnalité ? Le monde économique est également en pleine mutation car les territoires ont connu un développement et un accès inégaux aux opportunités industrielles et commerciales ; comment concilier la ruralité de la Galicie avec l’industrialisation de la région de Poznań ? Enfin, quels témoignages apportent les intellectuels, les écrivains, sur cette phase de reconstruction, qu’ils vivent eux aussi à partir d’identités héritées des trois entités dans lesquelles ils ont été formés ?



Après un exposé introductif du professeur Tomasz Schramm (Université de Poznań) qui traitera de l’historiographie ; nous évoquerons la définition statistique (Morgane Labbé, EHESS), l’armée (Wojciech Mazur, Institut d’Études régionales de l’Université Jagellon de Cracovie), l’administration municipale à travers l’exemple de Lwów (Heidi Hein-Kircher, Université de Marburg), les communautés juives (Barbara Lambauer, SIRICE), l’intégration des structures de l’économie (Maciej Górny, Institut Historique Allemand de Varsovie), la vision littéraire (Małgorzata Smorag-Goldberg, Sorbonne Université).

Le colloque est organisé par l’UMR SIRICE, le labEx EHNE, le Centre de civilisation polonaise de Sorbonne Université et le Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris.
Comité scientifique et d’organisation : Isabelle Davion, Catherine Horel, Paweł Rodak.

PROGRAMME
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019


9h30
: Accueil des participants et allocutions de bienvenue

– Présidence de séance : Antoine Marès, Université de Paris I

10h : Tomasz Schramm, Université de Poznań, « “Les territoires de la Pologne réunifiée: bilan historiographique”

10h40-11h : Pause café

11h : Morgane Labbé, EHESS, “Populations et territoires de la Pologne dans la statistique : des inventaires impériaux au recensement du nouvel État national polonais »

11h30 : Barbara Lambauer, UMR SIRICE, « Minorité dans l’État-nation multiethnique: le cas des Juifs en Pologne ».

12h : Maciej Górny, Institut Historique Allemand de Varsovie, “The Economic Reconstruction of Poland : was it really exceptional?”

12h30 : fin des débats de la matinée

13h45 : accueil des participants

– Présidence de séance : Paweł Rodak, Université de Varsovie et Maciej Forycki, Académie Polonaise des Sciences

14h : Wojciech Mazur, Institut d’Études régionales de l’Université Jagellon de Cracovie, « The Problems of Integrating Polish Military Aviation in the Early Days of the “New Poland” ».

14h30 : Heidi Hein-Kircher, Université de Marburg, « Wind of change? Challenges of Establishing Local Democratic Structures – The Case of Lviv ».

15h : Małgorzata Smorag-Goldberg, Sorbonne Université, « La Pologne a d’urgence besoin d’une grande idée » ou la radiographie de la société polonaise au lendemain du recouvrement de l’indépendance nationale dans L’Avant-Printemps de Stefan Żeromski.

16h30 : fin des débats

Inscription obligatoire avant le 27 novembre : Isabelle.Davion@paris-sorbonne.fr

 

 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail