De la castration thérapeutique à la vasectomie contraceptive

Photographies avant et après l’opération de Steinach.  Peter Schmidt, Conquest of Old Age, Londres, Routledge, 1931.
Brochure en faveur de la stérilisation masculine : Vasectomie. Amour sans conséquences. Une réalité à conseiller à tous, Valence, Solidaridad obrera, 1933.
Auteur-e-s: 

Après la disparition des castrats des scènes lyriques, la castration ne demeure en Europe au tournant du xxe siècle qu’une thérapeutique abhorrée ou un acte rituel marginal. Mais dans l’entre-deux-guerres, différents usages de la vasectomie sont expérimentés et se développent dans le champ médical. Dans les années 1920, l’Autrichien Steinach en fait une célèbre technique de rajeunissement du corps masculin. En parallèle, la vasectomie est employée à partir de 1928 en application de lois eugénistes qui prétendent régénérer le corps social. Au même moment, l’opération est pratiquée de manière discrète et même clandestine dans un certain nombre de pays européens en tant que méthode anticonceptionnelle. Tandis que seul ce dernier usage perdure après la Seconde Guerre mondiale, la lenteur de la légalisation et de la diffusion de la stérilisation masculine volontaire dans certains pays souligne encore aujourd’hui le rapport complexe qu’entretiennent virilité et stérilité.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Réforme anglicane et les fantômes (La)

Canterburies amazement: or The Ghost of the yong fellow Thomas Bensted, Londres, F. Coules, 1641, in-4°, frontispiece.
Joseph Glanvill, Saducismus triumphatus, Londres, J. Collins, 1681, frontispice. Source : Wikimedia Commons https://goo.gl/cSSdUc
Auteur-e-s: 

À partir de la Réforme, les revenants deviennent indésirables pour la théologie protestante qui, en rejetant le purgatoire, coupe les liens très intimes que les vivants entretenaient avec les morts au cours du Moyen Âge. L’Angleterre affiche à cet égard une attitude assez distincte des autres pays réformés car, après un siècle de tentatives pour convaincre les fidèles d’abandonner ces croyances, les théologiens anglicans opèrent un revirement assez spectaculaire en réintégrant l’apparition des défunts dans le dogme et ce, afin de défendre l’édifice religieux dans son ensemble contre le nouvel ennemi qu’est l’athéisme, dans la seconde moitié du xviie siècle.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Décolonisation des Indes Orientales Hollandaises et de l’Indonésie (La)

Auteur-e-s: 

Le Japon sert d’exemple aux nationalistes de plus en plus nombreux des Indes orientales. Pour les apaiser, les autorités coloniales hollandaises instituent des conseils de villages auxquels les Indonésiens peuvent être élus, puis un parlement national en 1918, dont les décisions peuvent cependant être annulées par le gouverneur général hollandais. De nombreux hommes politiques hollandais ne prennent pas au sérieux la déclaration d’indépendance unilatérale, qui intervient en août 1945 après la fin de l’occupation japonaise. En raison de leur obstination, une guerre d’indépendance fait alors rage pendant quatre ans. Sous la pression de Washington, le gouvernement hollandais accepte de transférer la souveraineté aux nationalistes en 1949, les Américains menaçant de suspendre l’aide accordée dans le cadre du plan Marshall. La partie hollandaise de la Nouvelle-Guinée est cependant exclue du transfert, et il faut attendre 1963 pour que le dernier vestige de l’empire colonial hollandais en Asie soit rendu aux Indonésiens, une fois encore grâce à la médiation américaine.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Archéologie comme enjeu de fabrication identitaire (L')

Wilhelm Dörpfled (à gauche) et Heinrich Schliemann (en haut à droite) devant la porte des Lions de Mycènes en 1885, Institut allemand d’archéologie à Athènes, Neg.Nr. DAI-Athen-Mykene 63.

Affaire d’amateurs éclairés jusqu’au xviiie siècle, l’étude des « ruines » s’institutionnalise au xixe siècle dans le sillage des impérialismes européens et des constructions nationales. La science archéologique devient rapidement un facteur de revendications identitaires, qu’elles soient impériales, nationales et désormais internationales. Mais si le résultat des fouilles archéologiques fixe les identités, il peut également les opposer.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Commande d’œuvres d’art pour les chartreuses au Moyen Âge

Jean de Marville et Claus Sluter, Portail de l’église de la chartreuse de Champmol, 1386-1401.
Auteur-e-s: 

En 1084, Bruno de Cologne établit dans les Alpes la Grande Chartreuse, un monastère où est privilégiée la solitude érémitique. D’autres chartreuses sont fondées dès le début du xiie siècle. Au cours du temps, cette communauté s’est illustrée par la pureté idéale de sa vie contemplative. Des rois, des princes, des évêques ou des papes ont bâti des chartreuses dans plusieurs pays européens. De ce fait, et en contradiction avec leur vocation initiale, les chartreux se rapprochent des villes et commencent à accueillir dans leurs monastères de nombreuses œuvres d’art. Celles-ci présentent des similarités qui forment l’identité des chartreux, par-delà les frontières.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Bibliothèque d’un « véritable amateur », Charles Sauvageot (1787-1860) (La)

Arthur Henry Roberts (1819- ?), Charles Sauvageot dans son intérieur, 48 x 59 cm, 1856, Paris, Musée du Louvre.
Auteur-e-s: 

Charles Sauvageot (1787-1860) – musicien, amateur, connaisseur autodidacte, collectionneur et donateur – est l’un des pères fondateurs du département des objets d’art au Louvre. Sa collection d’objets d’art du Moyen Âge et de la Renaissance – qui accueille les amateurs et les artistes européens – se constitue au contact des livres, ceux de la bibliothèque du collectionneur. Cette dernière a des contours capricieux, composée aussi bien de sommes savantes, de littérature, que tout un fond concernant les anecdotes, les mœurs et les usages des temps passés. Le catalogue de cette bibliothèque est une source inestimable qui permet à l’historien de l’art de pénétrer dans le laboratoire secret du collectionneur tâchant de faire renaître le passé artistique révolu.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Call for papers: The Crimean War, the first european modern war ?

International conference, organized by the 19th century history center, the LabEx EHNE and the Slavs history research center (UMR SIRICE)

So far, the Crimean War has been rather neglected in French military history. It has only been the subject of a synthesis, quite traditional in its views, and was associated with the Second Empire whose trace, according to the historiography of the Third Republic, was to be erased. The strongest and most recent study was written by Alain Gouttman. However, although this work is very scientific and objective, it remains deeply marked by a tropism for the history of the battle. This situation is all the more regrettable as today the Crimean War is being rewritten in other countries, particularly in Britain, in the context of a revised history of conflicts, increasingly studied in a multidisciplinary approach.
Indeed, the Crimean War marked, with the Civil War (1861-1865), a great historical and anthropological turning point in military history, witnessing profound transformations not only in the way of fighting, but also in the relations between societies and war, during and after the conflict.

This conference will aim in putting the Crimean War in this new historiographical approach to military conflicts by highlighting three fundamental aspects:
1) The anthropological approach to modern warfare as a key to understand struggles, strategies, experiences and feelings of combatants and the relationship between war and societies.
2) The transnational dimension, introducing a comparison of the conflict history. The confrontation of cross-sources will make it possible to leave the compartmentalization imposed by purely national approaches. Above all, the Crimean War should not be seen from the West and has to be evaluated, regarding its perception and its repercussions, in the Russian world as well as in the Ottoman one.
3) The sociocultural dimension of the conflict, and its memory. The Crimean War influences the society also because of medical, economical and symbolical involvement of State, army and citizens.

Having in mind this methodological approach, the conference will be structured along four major topics:
I) Diplomacy and war 
Here, it will be about the origins of the war, belligerents’ motivations and consequences of the conflict on diplomacy. The Crimean War will be replaced in a double context that is the one of the so-called “concert of nations” and the other around the Eastern Question. If the religious origins of the conflict may have been overestimated, on the contrary, economic reasons and the control of the Straits, (generally underestimated) could be replaced in the core of European diplomacy issues.

II) Experiencing the war
The Crimean War marks important upheavals in the soldiers’ experience of fights. New weapons and techniques (striped cannon rifle, explosive shells..) and military strategy evolutions (appearing of trench war) increase risks, corporal infringements and lethality. New injuries appear, while the cholera decimates troops. This new context gives birth to new medical structures and initiatives (as shown by role of Florence Nightingale, Valérie de Gasparin and Elena Pavlovna). People were also mobilizing at the back, as demonstrated by the numerous subscriptions raised for helping the families of dead and injured soldiers in France and England or by Anatole Demidov’action in favor of war prisoners in Europe.

III) Economy, society and public opinion
The Crimean War impact exceeds very far away the frame of the military operations. A War economy develops thanks to loans and the rise of war contractors. In the Ottoman case, the military involvement gives birth to the creation of the Ottoman Imperial Bank and then to the the tutelage of European powers on the overindebted Sublime Porte. Societies also live at the rhythm of the war. A real « sacred union » appeared in all the States, well powered by governments who try to mobilize their public opinion against the enemy. Indeed, public opinion is playing an increasing role, reinforced by telegraph and photography.

IV) Pictures, representations and memory
New Perceptions and representations of war emerge and it is useful to refer to cultural and art history and well as to history of collective and social imaginaries. During and after the war, although the heroical officer cult (Saint-Arnaud in France, Gorchakov in Russia) is maintained, ordinary troop soldiers are honored, as demonstrated by numerous monuments dedicated to them. Last the Crimean War has also a very strong memorial dimension, as expressed by toponymy and its place in historical references of nowadays different political leaders.

Organization committee
Marie-Pierre Rey (Université Panthéon-Sorbonne, SIRICE),
Éric Anceau (Sorbonne Université, LabEx EHNE),
Jean-François Figeac (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXème siècle).

Selection committee
Éric Anceau (Sorbonne Université, LabEx EHNE),
Yves Bruley (Ecole pratique des hautes études),
Walter Bruyère-Ostells (IEP d’Aix-en-Provence),
Lorraine de Meaux (Université Panthéon-Sorbonne),
Hervé Drévillon (Université Panthéon-Sorbonne, directeur de la recherche historique au SHD),
Anne-Laure Dupont (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXème siècle),
Edhem Eldem (Collège de France, chaire d’histoire turque et ottomane),
Jean-François Figeac (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXème siècle),
Orlando Figes (Birkbeck College, Londres),
Hubert Heyriès (Université Paul Valéry/ Montpellier III),
Catherine Horel (Université Panthéon-Sorbonne, SIRICE),
Jean-Noël Luc (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXème siècle),
Silvia Marton (Université de Bucarest),
Nicolae Mihai (Université de Craiova),
Catherine Mayeur-Jaouen (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXème siècle),
Marie-Pierre Rey (Université Panthéon-Sorbonne, SIRICE),
Odile Roynette (Université Bourgogne Franche-Comté),
Özgür Türesay (Ecole pratique des hautes études).

Research centers 
Centre d’histoire du XIXème siècle,
LabEx EHNE,
Centre de recherches en histoire des Slaves (UMR SIRICE).

Partners: Fondation Napoléon, Service historique de la Défense.

Languages of the conference: French, English
Conference place: Paris-Sorbonne

Important Dates
Submission of paper proposals: 30 January 2019.
Responses : February-march 2019.
Notification of the final programme : 15 May 2019.
Conference: 7-9 November 2019.

Papers
A paper proposal with a title, a short summary (2000 signs), and a curriculum vitae must be sent before January 30, 2019 to this address : francfigeac@yahoo.fr

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Censure en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles) (La)

« Beaucoup de ceux qui s’étaient adonnés aux sciences occultes amenèrent leurs livres et les brûlèrent devant tout le monde ».  L’épisode de saint Paul faisant brûler les livres de magie (Actes des apôtres, xix, 19) sert de modèle et de frontispice à l’Index des livres interdits, publié sur ordre du pape Benoît XIV en 1758. L’Index romain est la liste officielle des livres censurés par l’Église catholique.
« De vrijheid der drukpers » (La liberté de la presse), 1787. La Liberté repousse le censeur qui voulait enchaîner une écrivaine, assise aux pieds d’un monument à la gloire de l’imprimerie. La gravure défend la tradition libérale des Pays-Bas alors que le gouvernement de Guillaume V d’Orange tente d’interdire la presse contestataire. Amsterdam, Rijksmuseum. Source : Wikimedia Commons https://goo.gl/NM9vpx
Auteur-e-s: 

Tandis qu’au Moyen Âge, le censor était celui qui relisait et corrigeait le travail des moines copistes, à l’époque moderne, le terme renvoie à l’exercice par un pouvoir (politique, administratif, religieux, etc.) du droit de contrôler, et le cas échéant d’entraver ou d’interdire, la communication d’écrits au public. L’initiative revient aux autorités religieuses qui, dès la fin du xve siècle, tentent de vérifier, avant publication, l’orthodoxie des ouvrages qui commencent alors à s’imprimer. Les États interviennent ensuite pour empêcher les contrefaçons et protéger les imprimeurs. Dès le xvie siècle, les privilèges ne servent donc plus seulement à accorder à un éditeur le monopole d’un texte pendant une période donnée, mais aussi à encadrer les normes de production et à en vérifier le contenu. La censure renvoie ainsi à un système de contrôle complexe, fondé sur une double tension entre administration et justice d’une part, police et commerce d’autre part. C’est seulement à la fin de l’Ancien Régime que les autorités réussissent à appliquer une réglementation relativement homogène et efficace, en réduisant, paradoxalement, l’attribution des privilèges.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Women’s Bodies, Mothers’ Bodies

Paula Modersohn-Becker (1876-1907), Mère allongée avec un enfant [Mother and Child Reclining], oil on canvas, 82.5 x 124.7 cm, 1906-1907, Musée Paula Modersohn-Becker, Bremen (Ludwig Roselius collection).
“The Peri-Corset for pregnant women,” in Dr. Ludovic O’Followell, Le corset (Paris: A. Maloine, 1905), 179. Source: Wikimedia Commons https://goo.gl/EzNqUj
Auteur-e-s: 

Maternity represents a central element in the definition of the female body. Beginning in the late nineteenth century, the medicalization of maternity, along with demographic and health considerations, led to greater control over the reproductive bodies of women. However, a major change took place during the second half of the twentieth century, with the gradual dissociation between women’s bodies and maternity, and the struggle for recognition of women’s right to control over their bodies. The current period is once again exploring maternity and its connections to the female body, as the development of assisted reproductive technologies, for instance, has dissociated the process of maternity, requiring a redefinition of what constitutes a mother.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail