(Français) Chaire d’excellence – Alessandra Tarquini (axe 2)

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Alessandra Tarquini est professeure associée de l’université de Rome “La Sapienza”. Elève de Renzo de Felice, elle a également étudié avec Emilio Gentile et Gaetano Calabro, et a été boursière de l’Institut italien pour les recherches historiques. Spécialiste de la culture et de la politique italienne du XXe siècle, elle a publié des monographies et de nombreux articles, dont notamment Il partito socialista fra guerra fredda e “questione ebraica”: sionismo, antisemitismo e conflitto arabo-israeliano nella stampa socialista, dalla nascita della Repubblica alla fine degli anni sessanta, in Ebraismo, sionismo e antisemitismo nella stampa socialista italiana dalla fine dell’Ottocento agli anni Sessanta, a cura di Mario Toscano,Venezia, Marsilio, 2007, pp. 161-232 et plusieurs articles du Dizionario biografico degli italiani.

Elle a publié la correspondance Croce-Tilgher (Bologne, Il Mulino, 2004), et Gentile-Prezzolini Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 2006). Elle a collaboré également à diverses émissions de la RAI, et à plusieurs programmes de radio.

Biographie et liste complète de ses publications

Invitée par l’axe 2 d’octobre à décembre 2016, Alexandra Tarquini a notamment participé au séminaire Écrire une histoire transnationale du fascisme: enjeux et débats, coordonné par Olivier Dard et Didier Musiedlak.

Programme du séminaire : séminaire fascisme
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Job offer: postdoctoral Fellow, History, Development and Institutionalisation of the Schengen Area

Project Title: History, Development and Institutionalisation of the Schengen Area
Research Fields: History – Law – Europe – Migrations – Free movement
Work Place: Institut d’études européennes et globales Alliance Europa, MSH Ange Guépin, Nantes Research Laboratory(ies): CRHIA (EA 1163)
UBL Research Department: OST
Head(s) of the Scientific Project: Michel Catala, Yves Pascouau
Offer type: postdoctoral researcher (short term contract, 12 months)
Hiring Institution: Université de Nantes
Application deadline: September 30th; 2017
Job Starting Date: November 1st, 2017

Environment

With 38,000 students (including 3,900 foreign students) and 3,750 staff, 50% of which is dedicated to research, Université de Nantes has never stopped moving forward. In the last 50 years, Université de Nantes has taken education and research to the highest level. Facing a rapidly changing world, Université de Nantes invents a new model of university. This model places the student at its centre and, more than ever, the human being at the heart of its ambitions. Rooted in Nantes – a city renowned for its vitality, culture, economic development and its quality of life – Université de Nantes radiates also thanks to its 2 campuses in Saint-Nazaire and La-Roche-sur-Yon.

The Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) is a research centre who gathers together 50 researchers et 90 PhD students in ancient history, medieval history, early-modern history, modern/contemporary history, humanities and language. They work on a five-year global project: “From the world to the Atlantic, and from the Atlantic to the world: the processes, spaces and actors of international exchange from Antiquity to present”. The CRHIA research centre is coordinating the LabEx EHNE, Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe, theme 4: “Europe, the Europeans and the world” which focuses on the relations and migrations between Europe, its fringes and the world.

The Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique is a member of the GIS Institut d’études Européennes et globales Alliance Europa: a collective strategy to study societal, cultural and political challenges Europe has to face in times of crisis and in the context of the globalization. The overall objective is to rethinking the European integration process taking into account the globalisation and its impacts on the European society. The postdoctoral fellow will work in conjunction with the Schengen chair hosted by Alliance Europa.

Mission (scientific project)

The Institut d’études européennes et globales, the CRHIA research centre and the LabEx EHNE are working on a research programme dedicated to the history of the Schengen Area by creating a chair under the responsibility of Michel Catala, Professor of Modern History at the Université de Nantes and Director of Alliance Europa, and Yves Pascoua, PhD in European Law and associated researcher at the Université de Nantes. The postdoctoral fellow will integrate this team.

The history of the Schengen Area, from its origins before the treaty signing in 1985 up to its integration in the Amsterdam Treaty in 1997, is not well understood. This project aims at writing a new history of free movement in Europe, about its actors, the resistances to overcome, the institutionalisation processes and the consequences on the Member States legislation and customs, as regards open internal borders and external borders control. The postdoctoral researcher will work on the dynamics linked to the Schengen project, its strengths and weaknesses, the difficulties and the oppositions to overcome and the actors’ involvement.

The postdoctoral fellow will have to lead documentary research in German, French and European Archives and to participate in the preparation of a collective publication. He/she will also contribute to seminaries and workshops animation.

Required Profile

PhD in Modern History, maximum 3 years of experience after thesis defense1. An international experience in research is required (during or after Doctorate). Candidates must not have supported their thesis in the hiring institution and not previously worked in the host research unit.

English and German level: fluent

• For non-French speakers: fluency in French (both oral and written at a level which allows them to contribute to the project without any difficulties)

Autonomy, conscientiousness, networking and team spirit.

How to apply ?

Please send the following documents by email to: labexehne4@univ-nantes.fr [copy to crhia@univ-nantes.fr and recherche@u-bretagneloire.fr]:

  • Short Curriculum Vitae and a covering letter showing your interest and especially addressing your professional project
  • A list of your major works (2 pages max.): scientific publications, patents and others scientific productions
  • Thesis report
  • Letters of recommendation (not required)
  • A copy of your PhD diploma2

Applications will be considered by a selection committee, who will organise hearing in October, 2017.
The general selection process is described here: https://u-bretagneloire.fr/dossiers/postdoc/candidatures

Further information

Annual Gross Salary: 45 600 €

This Fellowship is cofunded by Université Bretagne Loire and the LabEx EHNE.

The Université Bretagne Loire federates 7 universities, 15 “grandes écoles” and 5 research organisations in the West of France (Bretagne and Pays de la Loire). This community of universities and institutions aims to develop the scientific and academic potential of this territory at national and international level.

The LabEx EHNE theme 4 is led by the CRHIA, member of the GIS Institut d’études Européennes et globales Alliance Europa. The postdoctoral fellow will work in conjunction with the Schengen chair, granted by the Institut d’études Européennes et globales Alliance Europa and hosted at MSH Ange Guépin (Nantes).

File to upload: RecrutementPostDoc Schengen CRHIA_UBL
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) Histoire des Internationales

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Éric Anceau, Jacques-Olivier Boudon et Olivier DardHistoire des Internationales, Paris, Nouveau Monde, Collection « LabEx EHNE », 2017.

L’histoire et la mémoire collective associent souvent les notions d’internationale aux Internationales socialistes ou communistes. Durant les années 1970, sur fond de terrorisme « noir » opposé au « rouge », des journalistes ont glosé sur une « internationale noire » ou un « orchestre noir ». Depuis, la notion a été étendue à l’amont comme à l’aval, de l’internationale libérale issue de la matrice de la Grande Armée napoléonienne au djihadisme, en passant par les internationales partisanes, générationnelles ou genrées. Cet ouvrage constitue la première histoire de ces « internationales » tout en discutant la pertinence du concept. (more…)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Français) Appel à contribution : La France et la dénazification de l’Allemagne après 1945

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Colloque international organisé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, l’Institut historique allemand de Paris, l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine ENS Paris et le Labex EHNE (Ecrire une Histoire nouvelle de l’Europe) en coopération avec le Musée des Alliés à Berlin et la Fondation Maison du chancelier Adenauer Rhöndorf

22–23 mars 2018
Lieux :
Institut historique allemand de Paris
Centre des Archives diplomatiques de La Courneuve

Argumentaire

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et à la suite des accords de Potsdam (juillet–août 1945), les Alliés mettent en œuvre, dans leur zone d’occupation respective en Allemagne et en Autriche, une politique de « dénazification » destinée d’une part à sanctionner les nazis et d’autre part à démocratiser la société allemande. Dans ce cadre, une épuration est menée, qui comprend plusieurs dimensions (judiciaire, administrative, professionnelle). Cette épuration est complexe à appréhender, car elle a été dirigée de manière différente par les Alliés malgré leur accord initial à Potsdam et l’expérience commune du procès de Nuremberg (1945/46). Même à l’Ouest, en dépit d’une tendance grandissante à l’homogénéisation des pratiques épuratoires, notamment dans l’association des Allemands eux-mêmes à l’entreprise, la dénazification ne fut jamais uniforme selon les régions et les secteurs professionnels.

Certes l’ambition de la dénazification est immense, puisqu’il s’agit non seulement de sanctionner au plan pénal les criminels nazis, mais aussi de neutraliser les élites fonctionnelles ayant servi la dictature de Hitler et, au-delà, d’évaluer la compromission politique de plus de 8,5 millions d’Allemands ayant appartenu NSDAP, tout en accompagnant le retour à la démocratie par une pédagogie destinée au plus grand nombre. La dénazification comme épuration administrative est pourtant brève, puisqu’elle est déclarée officiellement achevée dès 1948, bien que certaines procédures se poursuivent dans les faits à l’Ouest jusqu’au seuil des années 1950 et qu’un contentieux se déploie à plus long terme en République fédéral d’Allemagne. Avec le recul, si l’épuration a parfois été jugée bien trop limitée à l’Ouest, la démocratisation apparaît en revanche un acquis durable de l’après-1945. Dès lors, tirer le bilan de la dénazification appelle un jugement nuancé. De plus, il reste encore pour les historiens de nombreux champs à explorer.

Au plan historiographique, le volet épuratoire de la dénazification (judiciaire et administratif) a en effet fait l’objet de monographies régionales ou par zone d’occupation de grande qualité, notamment dans les années 1980 et 1990. Quelques études comparatives ont été publiées. Mais force est de constater qu’il manque encore aujourd’hui une véritable synthèse sur la dénazification menée en zone d’occupation française (ZOF). De plus, le croisement avec l’étude de l’épuration des collaborateurs en France a été rarement tenté.

L’ouverture sans restriction des archives françaises relatives à la Seconde Guerre mondiale et à ses suites (arrêté du Premier Ministre du 24 décembre 2015), les efforts des services d’archives concernés pour faciliter l’accès aux fonds émanés de l’administration de la ZOF (plus de 250 000 dossiers de dénazification indexés) ouvrent aujourd’hui de nouvelles perspectives à la recherche.

Ce colloque aura pour objectifs de dresser un bilan historiographique sur le sujet, de présenter les sources disponibles, inédites ou méconnues, en France et en Allemagne, et de dégager de nouveaux axes de recherches. Un regard croisé avec la contribution d’archivistes des Länder permettra de dresser ce panorama. On s’en tiendra à analyser les processus de dénazification dans la seule ZOF, tout en adoptant une démarche comparative (sources britanniques, américaines et russes) afin d’en mettre en lumière les éventuelles spécificités.

Les communications pourront aborder, sur un plan général, les règles juridiques et le fonctionnement des juridictions et de la bureaucratie chargées de la dénazification. Pourront être présentées des études de cas individuels, fondées non seulement sur des croisements de témoignages, mais surtout sur les dossiers d’archives nominatifs susceptibles d’éclairer la politique de dénazification des Français avant que les comités d’épuration composés d’Allemands ne prennent le relai dans la nouvelle Allemagne. Au-delà des cas individuels, il s’agira de s’interroger sur le fonctionnement et le recrutement des administrations allemandes après-guerre permettant de nourrir une histoire sociale de la démocratie ouest-allemande en train de se construire.

La dénazification en Allemagne de l’ouest et en Allemagne de l’est, qui a concerné toute la société, a été en effet particulièrement appliquée à l’administration, entrainant l’éviction et ensuite la réintégration d’un certain nombre de fonctionnaires dont on avait besoin pour reconstruire le pays et dont les droits furent précocement garantis en République fédérale d’Allemagne. Le colloque sera aussi l’occasion d’organiser pour le public français une présentation des enquêtes actuellement menées en Allemagne par différentes commissions nommées au sein des ministères par le gouvernement de la RFA pour étudier les réalités de l’épuration administrative et les conditions de la transition démocratique après le nazisme. Par ailleurs, il pourrait être pertinent de mettre en perspective les deux mouvements d’épuration, en France et en Allemagne, à l’occasion d’une table ronde.

Enfin, ce projet de colloque se situe dans le prolongement d’une exposition intitulée « Who was a Nazi ? – la dénazification après 1945 en Allemagne », présentée au musée des Alliés à Berlin en 2015-2016. Il évoquera donc également la question de la transmission et de la perception du processus de dénazification par le public allemand. Comité scientifique : Sébastien Chauffour (Archives diplomatiques de la Courneuve), Corine Defrance (CNRS, Labex EHNE), Stefan Martens (Institut historique allemand), Hélène Miard-Delacroix (ParisSorbonne, Labex EHNE), Isabelle Nathan (Archives diplomatiques de la Courneuve), MarieBénédicte Vincent (Ecole normale supérieure, Institut d’histoire moderne et contemporaine)

Langues : français, allemand, anglais

Les propositions qui doivent comporter un titre et un résumé en 1500 signes de l’intervention, avec nom, titre, affiliation institutionnelle et travaux en cours de l’auteur.

Ils sont à adresser jusqu’au 30 septembre 2017 à : colloque-international@dhi-paris.fr

Appel à contribution à télécharger (en français) : Colloque dénazification de la ZOF
Appel à contribution à télécharger (en allemand) : Internationales Kolloquium Entnazifizierung
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Catholiques et l’Europe au XIXe siècle (Les)


Français

Auteur-e-s

L’idée d’Europe traverse, de manière explicite ou implicite, l’élaboration du mythe de la chrétienté médiévale et son usage politique, par la culture et le magistère catholiques au xixe siècle. Leitmotiv commun, la mise en relief du rôle de l’Église catholique dans la formation de la civilisation européenne sert cependant de fondement à des revendications opposées : de l’exigence d’un accord entre la religion et la liberté, à celle de reconduire l’organisation sociale sous la direction de la papauté.

La civilisation terrassant la barbarie, estampe, Gustave Doré, Paris, 1855. © BnF.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Neutralité : l’espoir de vivre en paix au milieu de la guerre


Français

Auteur-e-s

La détermination des droits et des devoirs des pays qui demeurent hors la guerre quand un conflit touche leur environnement est un processus européen de long cours en perpétuel renouvellement. L’ambition de contenir la violence de guerre nécessite un dialogue entre les États et manifeste, en ce sens, une volonté internationale inscrite dans un horizon de paix. Certaines périodes, comme les secondes moitiés des xviiie et xixe siècles, sont marquées par l’affirmation collective de droits fondamentaux de la neutralité qui ne résistent cependant pas à l’épreuve des grands conflits. Bien que le principe et les pratiques de l’abstention en guerre soient régulièrement mis sur la sellette, ils ne disparaissent jamais pour autant illustrant la foi persistante en la coexistence possible de la guerre et de la paix.

« Au dessus des nuages de la guerre » : l’image classique de la neutralité pendant la Première Guerre mondiale.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail