Féminismes européens face aux fascismes

Durant l’entre-deux-guerres, des régimes fascistes ou fascisants veulent rétablir le genre traditionnel qu’ils perçoivent menacé par les modifications des rapports de sexes. Or, les organisations féministes tardent à percevoir le danger fasciste et à le contrer. En Italie, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, elles sont dissoutes et leurs membres poussées à la clandestinité ou l’exil. Les associations féministes internationales ne parviennent pas non plus à faire opposition à la montée du fascisme, à l’exception de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté qui, aux côtés de l’Internationale communiste, est à l’initiative de la constitution d’une grande organisation transnationale de femmes antifascistes : le Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme. La guerre d’Espagne et les agressions fascistes en Éthiopie ou en Europe centrale constituent un tournant : dès lors le clivage entre pacifistes intégrales et antifascistes mettent à mal les vieilles solidarités féministes.

Manifestation sous la République espagnole de l’association Mujeres Antifascistas (les femmes antifascistes).

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail