(Français) Colloque: “Soleils baroques”

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

“L’immense « Gloire » de Gian Lorenzo Bernini qui surmonte la Cattedra de Saint-Pierre de Rome est devenue l’emblème triomphant d’un « baroque » romain à vocation universelle. Sa réalisation, inédite dans ses formes, est contemporaine des innombrables cours célestes et « Gloires divines » des coupoles qui se multiplient dans la capitale de la chrétienté à partir des années 1620. Elle est annoncée par les dispositifs éphémères des célébrations des Quarante Heures des années 1630-40 où s’illustrèrent déjà Gian Lorenzo Bernini, Pietro da Cortona ou Carlo Rainaldi, et précédée, plus lointainement encore, par l’ambition analogue qui était celle des multiples Pantocrator sur fonds d’or byzantins, ravennates ou siciliens.

Associée soit aux personnes trinitaires, soit à l’eucharistie, soit à la transfiguration, soit à la Vierge, soit à l’apothéose des saints de la Contre-Réforme, la Gloire est devenue l’objet quasi-obligé d’innombrables sanctuaires européens des XVIIe et ou XVIIIe siècles: de Rome à Paris, Madrid, Anvers ou Munich.

Associée au domaine religieux, cette symbolique solaire a été également exploitée dans le domaine monarchique et civil : des Barberini ou de la couronne espagnole à l’inévitable «Roi-Soleil», en passant par les «Gloires» et autres «Triomphes» ou «Apothéoses» des grandes familles aristocratiques, Républiques ou États européens.

Ultime et surprenante métamorphose, ce motif, réélaboré sous la Révolution française sous la forme d’un triangle rayonnant autour d’un œil omnivoyant, se retrouvera au sommet de la Déclaration des droits de l’homme et
du citoyen en 1789… Associant historiens de l’art et historiens de la période moderne, cette rencontre se propose de revenir sur la genèse, la fortune, les dispositifs concrets et, surtout, les effets de sens de la Gloire.

Le colloque, accueilli en novembre 2013 à l’Académie de France à Rome, sera suivi d’une journée d’étude qui se déroulera à l’université de Rouen en mai 2014.

Télécharger le programme en italien ou en français.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail