Genre et violences politiques (XIXe-XXe siècles)


Français

Auteur-e-s

Le recours à la violence pour des motifs politiques mêle engagement, action politique et transgression pénale. S’y ajoute, dans le cas des femmes uniquement, la transgression des normes de genre lors des poussées révolutionnaires, qu’elles soient ou non dotées des mêmes droits politiques que les hommes. Mettant en tension les normes pénales et sexuées, la violence politique permet à celles qui la pratiquent de s’affirmer comme sujets politiques. Révolutionnaires, socialistes, anarchistes, communistes ou patriotes, ces femmes se heurtent, au-delà des époques et des causes qui guident leur engagement, à la permanence des normes de genre et au poids des imaginaires sociaux qui font de la violence politique des femmes une véritable énigme sociale.

La barricade de la place Blanche défendue par des femmes (mai 1871). Lithographie, France, XIXe siècle.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

France, Alliance atlantique et Europe de la défense depuis la fin de la guerre froide


Français

Auteur-e-s

L’Alliance atlantique a été, de 1949 à 1989, la pièce centrale de la sécurité en Europe. La France y a joué son rôle, puis sa partition. Depuis la fin de la guerre froide, entre la défense européenne par les Européens qui semble improbable, et la défense de l’Europe par l’OTAN qui semble l’emporter la France tente de maintenir une forme d’indépendance nationale, d’autonomie stratégique, de contacts privilégiés, en particulier avec les Britanniques. L’Europe de la défense à base de coopérations renforcées et de mutualisations véritables se heurte toujours à des choix nationaux dont la France n’a pas la seule responsabilité.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Jumelages


Français

En 2016, on dénombre environ 20 000 jumelages en Europe. Cette pratique s’est développée massivement sur le continent depuis la fin des années 1950, d’abord en Europe de l’Ouest, puis de l’Est et entre villes des blocs rivaux de la guerre froide. Leur origine remonte pourtant au début du xxe siècle. Leur histoire permet d’explorer les tensions entre diplomatie « par en bas » et contrôle étatique. Les jumelages sont d’importants outils de coopération et d’échanges socio-culturels et économiques, mais aussi des vecteurs de solidarités. Dans le premier xxe siècle, ces solidarités ont parfois pu être agressives. Après 1945, les jumelages deviennent largement des lieux et symboles des processus de rapprochement.

Photographie illustrant les échanges dans le cadre du jumelage entre Frankenthal (RFA) et Colombes (F), villes reliées symboliquement par une « Route de l’amitié ». Source : Archives de l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ/DFJW), sd.

Source : Jumelages
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Juger, réparer, réconcilier


Français

Auteur-e-s

Comment sortir de la guerre – mondiale, régionale ou civile – et vivre ensemble après les conflits ? Pour qualifier le temps de la fabrique de la paix, l’expression de « justice transitionnelle » s’est imposée depuis les années 1990, ouvrant un nouveau champ de recherche et d’expertise. Cette notion prend en compte d’une part les instruments traditionnels de la justice comme les procès d’épuration et les réparations ; d’autre part des instruments symboliques, tels que les demandes publiques d’excuses et de pardon ou les gestes de repentance, ainsi que les initiatives multiples de restauration de la confiance. Si la « réconciliation » est le but à atteindre, elle est plus encore le processus même de rapprochement, souvent dissymétrique et imparfait, engageant des acteurs divers à de multiples échelles. La question du rapport au passé y occupe une place centrale et controversée, à laquelle des réponses allant de l’amnésie à l’hypermnésie ont été apportées. En 2012, l’Union européenne a reçu le Nobel de la paix pour sa contribution à la réconciliation : constitue-t-elle un espace d’expériences et de référence ?

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Syndicats et la construction européenne (Les)


Français

Auteur-e-s

Les syndicalismes réformistes et chrétiens accompagnèrent la construction de l’Europe communautaire, à l’inverse des confédérations « marxistes » qui y virent un instrument d’oppression et de guerre contre le camp socialiste. La mise en place progressive du marché européen posa par la suite des problèmes aux syndicats. Le dialogue avec les institutions européennes en fut affecté. Mais en même temps, ce marché unique favorisa l’ascension d’un syndicalisme réformiste de l’expertise, au détriment d’un syndicalisme de confrontation.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Réception du « Deuxième Sexe » en Europe


Français

Auteur-e-s

De mai 1949, date de sa sortie en France, jusqu’aux années 2000, la réception en Europe du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, bien connue pour le cas français, a donné lieu à de multiples débats et critiques tant dans les milieux littéraires, politiques que parmi les féministes. Son contenu met en effet en cause l’ordre sexuel dominant et invite à la libération des mœurs et à l’égalité des sexes. Cet ouvrage comme son accueil ne peuvent être dissociés du reste de l’œuvre de l’auteure, ni de sa vie, de ses voyages et de ses engagements. Jusqu’au milieu des années 1960, la réception critique est étroitement liée à la diffusion internationale de l’existentialisme français et aux logiques politico-culturelles de la guerre froide. Des années 1960 aux années 1980, ce sont les débats féministes qui dominent, avant que le développement des études beauvoiriennes entraîne une réévaluation savante de l’ouvrage.

Couverture de « Le Deuxième Sexe » de Simone de Beauvoir aux éditions Gallimard, 1949.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Santé aux armées (La)


Français

Auteur-e-s

Le service de santé aux armées est au cœur de l’expérience combattante. Les personnels qui le composent apparaissent comme des témoins hors pair des nombreuses blessures physiques et psychiques subies par les combattants. Ce service occupe une place à part dans les logiques de guerre, tentant de soigner dans un contexte de violence extrême. Face à l’urgence de la prise en charge et la répétition des soins, la guerre constitue dès lors un formidable laboratoire d’innovations médicales pour sauver des vies.

Photographie des principaux membres du lazaret ambulant du docteur Cresson, organisé pour soutenir les forces russes sur le front allemand, 1916.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Combattants


Français

Auteur-e-s

L’étude des combattants doit être pensée au pluriel. Il s’agit d’abord de la masse des hommes qui, sous des statuts divers, participent directement à la guerre. On devient combattant de multiples façons : la mobilisation est un moment clé, mais il convient également de s’interroger sur la conscription, le volontariat ou l’incorporation forcée. Ce ne sont en outre pas nécessairement des militaires sous l’uniforme : des civils – hommes, femmes, adolescents – peuvent également prendre les armes. Des animaux se retrouvent même « mobilisés ». Le quotidien de ces combattants est marqué par la mort, la blessure ou l’emprisonnement, même si l’évolution des conflits et des armements change profondément la nature de l’affrontement physique. Réfléchir aux combattants suppose de penser la question de l’autorité, du respect et de l’obéissance (mutins, déserteurs, réfractaires, voire moments de fraternisation avec « l’ennemi »). Leur vie ne se réduit enfin pas au combat : entre également en considération la question de leur moral, de leurs loisirs et de leur santé.

Source : Combattants
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

De l’Europe des citoyens à la citoyenneté européenne, 1974-1992


Français

Auteur-e-s

La participation des peuples à la construction européenne a toujours posé question à partir des années 1970, lorsque les États membres souhaitent relancer le processus d’unification politique. L’élection du Parlement européen au suffrage universel est un premier pas.  L’Europe des citoyens, initiée en 1975 et relancée en 1985, doit permettre de rapprocher les peuples de la Communauté, mais reste symbolique et sans grande portée pratique. Les États attendent le traité de Maastricht pour mettre en place une véritable citoyenneté européenne dans le cadre de l’Union politique. Citoyenneté seconde limitée à quelques droits, sa portée reste limitée et son efficacité politique discutable.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail