Chaire d’excellence : Silvia Marton (axe 2)

Silvia Marton est maître de conférences à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest et membre correspondant du Centre Norbert Elias (UMR 8562). Elle a été boursière du New Europe College-Institut for Advanced Studies de Bucarest et du Wissenschaftskolleg zu Berlin, ainsi que professeur invité à l’EHESS et à l’Université d’Avignon.

Elle est spécialiste de la construction de l’Etat-nation en Roumanie et dans l’Europe de l’Est. Elle co-dirige, avec Constanța Vintilă-Ghițulescu, le Groupe de Recherche sur l’Histoire Politique et Sociale des XVIIIe-XIXe siècles dans le cadre du New Europe College-Institut for Advanced Studies, Bucarest.

Elle a notamment publié La construction politique de la nation. La nation dans les débats du Parlement de la Roumanie, 1866-1871 (Iasi, Institutul European, 2009), et récemment « Republica de la Ploiești » și începuturile parlamentarismului în România (Bucarest, Humanitas, 2016). Elle achève la co-direction, avec Frédéric Monier et Olivier Dard, de l’ouvrage «Plus rien dans sa sacoche » : moralité du pouvoir et corruption en France et en Roumanie, XVIIIe-XXe siècles (Paris, PUPS), à paraître fin
2017. La liste complète de ses travaux est disponible ici.

Elle participe aux activités de l’axe 2 d’octobre à décembre. Elle y donnera notamment un cycle de six conférences sur la construction des Etats dans les Balkans et en Europe centrale, le mardi, de 18h à 20h (28 rue Serpente, salle D040) :

Mardi 17 octobre
Cartes mentales, géographies réelles et imagées. « Découverte » de l’Europe de l’Est et des Balkans. Penser les « périphéries ». Identités pré-nationales

Mardi 14 novembre
La « renaissance » nationale. Nouvelles identités, nouvelles questions – « Européens », « orientaux » (1821, 1848)

Mardi 21 novembre
Régimes politiques et exercice du pouvoir : le constitutionalisme libéral. Les parlements (partis, élections, représentation politique). Les nouvelles formes de la « généralité » politique : bureaucratisation, rationalisation et massification de la politique.

Mardi 28 novembre
Inclure pour mieux exclure. L’antisémitisme. La « question agraire ». Les difficultés de l’émancipation sociale et politique

Mardi 5 décembre
Le triomphe du nationalisme politique. La crise macédonienne. Les guerres balkaniques. 1914-1920

Mardi 12 décembre
Débats historiographiques récents : que reste-t- il des « exceptionnalismes » dans les Balkans et en Europe centrale ?

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Chaire d’excellence : Beatrice Heuser (axe 5)

Beatrice Heuser – qui restera trois mois parmi nous à compter du 1er octobre – est
professeur à l’Université de Glasgow. Ses travaux s’inscrivent dans le champ des strategic studies et interrogent l’évolution de la guerre. Ils portent plus particulièrement sur la stratégie nucléaire, la théorie stratégique, la culture stratégique, les relations transatlantiques et les politiques étrangères et de défense de la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et l’Ouest plus généralement.
Son dernier livre s’intitule Strategy before Clausewitz: Linking Warfare and Statecraft (Abingdon: Routledge, 2017). Elle prépare un livre sur les idées sur la guerre (« What is War? ») et organise pour le LabEx un colloque sur les mythes (et leur dimension politique) concernant les batailles célèbres, colloque devant déboucher sur un ouvrage collectif.
Son bureau est à l’IHA et elle participera aux activités de l’axe. Vous pouvez la solliciter pour la faire intervenir dans vos séminaires ou tout simplement pour la rencontrer. Elle peut être contactée à l’adresse beatrice.heuser@glasgow.ac.uk.
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Chaire d’excellence – Jochen Böhler (axe 5)

Senior Researcher au Imre Kertész Kolleg (Université d’Iéna). Ses travaux portent sur les deux guerres mondiales, le IIIe Reich et la criminalité nazie, l’Europe centrale et orientale entre les deux guerres. Son projet d’habilitation s’intitule « Greater War’s Finale : Violent Conflicts in Europe’s ‘Wild East’ and the Formation of the Post-War Order, 1918-1923 ».

Parmi ses récentes publications figure The Waffen-SS. A European History (ed. with Robert Gerwarth, Oxford University Press, 2016). Vous pouvez aussi prendre connaissance de ses travaux sur sa page Academia.

Il participera aux activités de l’axe 5 pendant trois mois à compter du 15 septembre.

Journée d’étude « Pratiques de construction de l’État : l’expérience ukrainienne (1917-1922) », 12 décembre 2017, Institut historique allemand (Paris).
Organisateurs : Jochen Böhler (Université d’Iéna, chaire d’excellence du LabEx EHNE), et François-Xavier Nérard (Paris I).
Cette journée d’étude réunira des chercheurs internationaux et aura pour ambition de montrer que, dans les contextes de guerre, de révolution et de guerre civile, le projet de former en pratique un État ukrainien dépasse souvent la lutte de deux visions du futur (construction de la nation et révolution) et a souvent conduit à des alliances pragmatiques entre ces courants idéologiques.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Chaire d’excellence – Giuliana Laschi (axe 4)

Giuliana LASCHI, Professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Bologne et Directrice du Centre Jean Monnet de Bologne, est invitée à l’Université de Nantes pour occuper la chaire d’excellence de l’axe 4 du LabEx Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (EHNE) « L’Europe, les Européens et le monde »  pour 4 mois du 1er septembre au 24 décembre 2017.

A l’initiative de Michel CATALA, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA et Directeur d’Alliance Europa.

Thèmes de recherches :

  • Histoire de l’intégration européenne
  • Histoire de la Politique Agricole Commune
  • Historie des relations extérieures de l’Union européenne

Pour consulter la page web de Giuliana LASCHI : cliquer ici

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Chaire d’excellence – Alessandra Tarquini (axe 2)

Alessandra Tarquini est professeure associée de l’université de Rome « La Sapienza ». Elève de Renzo de Felice, elle a également étudié avec Emilio Gentile et Gaetano Calabro, et a été boursière de l’Institut italien pour les recherches historiques. Spécialiste de la culture et de la politique italienne du XXe siècle, elle a publié des monographies et de nombreux articles, dont notamment Il partito socialista fra guerra fredda e « questione ebraica »: sionismo, antisemitismo e conflitto arabo-israeliano nella stampa socialista, dalla nascita della Repubblica alla fine degli anni sessanta, in Ebraismo, sionismo e antisemitismo nella stampa socialista italiana dalla fine dell’Ottocento agli anni Sessanta, a cura di Mario Toscano,Venezia, Marsilio, 2007, pp. 161-232 et plusieurs articles du Dizionario biografico degli italiani.

Elle a publié la correspondance Croce-Tilgher (Bologne, Il Mulino, 2004), et Gentile-Prezzolini Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 2006). Elle a collaboré également à diverses émissions de la RAI, et à plusieurs programmes de radio.

Biographie et liste complète de ses publications

Invitée par l’axe 2 d’octobre à décembre 2016, Alexandra Tarquini a notamment participé au séminaire Écrire une histoire transnationale du fascisme: enjeux et débats, coordonné par Olivier Dard et Didier Musiedlak.

Programme du séminaire : séminaire fascisme
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail