Appels à contributions de l’Encyclopédie pour une Histoire Nouvelle de l’Europe.

L’Encyclopédie EHNE est à la recherche de nouveaux auteur.es :

L’Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe cherche de nouveaux auteur.es pour enrichir les entrées de ses différentes thématiques :

  • L’Europe comme civilisation matérielle
  • L’Europe dans une épistémologie du politique
  • L’humanisme européen
  • L’Europe, les Européens et le Monde
  • L’Europe des guerres et des traces de guerres
  • Une histoire genrée de l’Europe
  • Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen

Il s’agit d’écrire de courtes notices (7000 signes), à destination d’un large public et proposant une réflexion nouvelle sur l’histoire européenne. Ces dernières seront traduites en anglais (et en allemand à moyen terme) et pourront faire l’objet de valorisations pédagogiques et scientifiques dans le cadre de nos différents partenariats (Maisons de l’Europe, Toute l’Europe, Laboratoire d’Innovation Pédagogique sur l’Europe).

Nous vous proposons de contribuer à ce projet en rédigeant une notice sur l’un des thèmes suivants :

 

Axe 1 – L’Europe comme civilisation matérielle

Pour l’ensemble thématique « Le tourisme en Europe », la notice :

  • « Mobilités et destinations touristiques en Europe de l’Est »

Personne à contacter : labexehne1@gmail.com

Axe 2 – L’Europe dans une épistémologie du politique

Pour l’ensemble thématique « Les modèles politiques pour faire l’Europe », les notices :

  • Les gauches radicales en Europe (Les modèles politiques pour faire l’Europe)
  • Européisme et internationalisme (Les modèles politiques pour faire l’Europe)

Pour l’ensemble thématique « Liberté et citoyenneté en Europe », la notice :

  • Les frontières de l’Europe

Personne à contacter : marielevant@yahoo.fr

Axe 3 – L’humanisme européen

Pour l’ensemble thématique « Les humanistes et l’Europe – mythes et réalités de l’Europe de la Renaissance »,

  • Le mécénat princier dans l’Europe de la Renaissance

Pour l’ensemble thématique « Les espaces parallèles de l’Europe de la Renaissance », la notice :

  • L’utopie dans l’Europe de la Renaissance (de Thomas More à Campanella)

Pour l’ensemble thématique « Projets d’Europe unie », la notice :

  • Les Etats-Unis d’Europe

Personne à contacter : humanisme.ehne@gmail.com

Axe 4 – L’Europe, les Européens et le monde

Pour l’ensemble thématique « L’Europe et la régulation juridique des relations internationales », les notices :

  • Les traités inégaux avec la Chine
  • La cour européenne des droits de l’homme

Pour l’ensemble thématique « L’Europe et la traite Atlantique », la notice :

  • Les Européens et l’abolition de la traite (des Noirs)

Personne à contacter : labexehne4@univ-nantes.fr

Axe 5 – L’Europe des guerres et des traces de guerre

Pour l’ensemble thématique « Violences de guerre », la notice :

  • Tuer

Pour l’ensemble thématique « Objets et aspects matériels de la guerre », la notice :

  • Décorations

Pour l’ensemble thématique « Combattants », la notice :

  • Désobéir à la guerre : mutins, déserteurs, réfractaires

Personne à contacter : labexguerres@gmail.com

Axe 6 – Une histoire genrée de l’Europe

Pour l’ensemble thématique « La prostitution (XIXe-XXIe siècles) : De la traite des blanches à la traite des êtres humains », la notice :

  • La prostitution coloniale

Pour l’ensemble thématique « Genre et circulations en Europe », la notice :

  • Le genre des migrations dans l’Union européenne (du traité de Maastricht à aujourd’hui)

Pour l’ensemble thématique « Gagner sa vie en Europe, une affaire de genre », la notice :

  • Genre et monde rural

Personne à contacter : genreeurope@gmail.com

 

Modalités de proposition :

Les personnes intéressées sont invitées à contacter les responsables éditoriaux des notices faisant l’objet d’un appel. Elles soumettront à cet effet un résumé de 80 mots qui synthétisera les principaux éléments de la notice et insistera sur la dimension européenne du sujet et son intérêt pour une histoire nouvelle de l’Europe.

Description du projet :

ehne.fr est une Encyclopédie bilingue et numérique pour une histoire nouvelle de l’Europe. Elle est l’un des projets phares du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire nouvelle de l’Europe) et propose des approches transversales de l’histoire européenne du genre, des guerres, de l’art, des circulations et des réseaux, des grandes idéologies et débats politiques. Elle s’intéresse aux fondements culturels et religieux de l’Europe et porte un regard sur les relations entre l’Europe et le monde.

Destinée aux citoyens, aux chercheurs, aux étudiants, l’encyclopédie numérique offre un contenu innovant sous un format original, fruit de la recherche actuelle :

  • des notices de synthèse rédigées par des spécialistes qui proposent de nouvelles façons de découvrir, de penser et d’étudier l’histoire de l’Europe.
  • Différents supports multimédia enrichis d’illustrations issues de fonds iconographiques inédits et de vidéos provenant des fonds de l’Institut national de l’audiovisuel.

Dans cette perspective, elle offre aux enseignants de nombreux outils de valorisation pédagogique.

 

Comité de rédaction de l’Encyclopédie EHNE :

Éric Anceau
Alain Beltran
Lucien Bély
Éric Bussière
Virginie Chaillou-Atrous
Pierre Couhaut
Denis Crouzet
Olivier Dard
Corine Defrance
Christine Gouzi
Cyril Grange
Stanislas Jeannesson
Anne Jusseaume
Élinor Kelif
Léonard Laborie
Marie Levant
Antoine Marès
Hélène Miard-Delacroix
Fabrice Micallef
Jeanne Moisand
François-Xavier Nérard
Laurence Nye
Simon Perego
Clyde Plumauzille
Yannick Ripa
Mathilde Rossigneux-Méheust
Claire Sanderson
Dany Sandron
Guillaume Tronchet
Fabrice Virgili
Tom Williams

Éditrice

Sonia Bledniak

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Programme SPEscies

Programme de recherche sur les spécimens artificiels de sciences naturelles en Sorbonne

Projet financé dans le cadre du développement de l’IDEX SUPER – couvrant la période du 30 janvier 2017 au 30 juin 2018.

Le programme de recherche SPEscies est né d’une préoccupation commune de chercheurs en histoire de sciences, d’historiens de l’art et de conservateurs concernant un type de patrimoine négligé : les collections universitaires dédiées à la diffusion et à l’enseignement des sciences naturelles. Les collections que l’équipe a sélectionnées ont toutes la même caractéristique : ce sont des pièces manufacturées d’histoire naturelle, ayant été utilisées par des scientifiques, des enseignants ou des étudiants, de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle dans les établissements universitaires.

Paradoxalement, ces pièces particulièrement prisées des collectionneurs aujourd’hui, ne trouvent plus leur place dans les institutions scientifiques et leurs espaces muséaux. Tandis que les conservateurs des muséums font constamment un effort de catalogage et d’inventorisation des spécimens naturels, les pièces artificielles sont exclues de ces nouvelles banques de données. Or ces objets n’ont pas été créés pour se substituer aux spécimens issus de la collecte mais pour les enrichir et les illustrer dans un but éducatif. Souvent laissées à l’abandon, certaines de ces pièces ont été égarées, la plupart reléguées dans les réserves et les espaces hors public, voire même jetées comme ce fut le cas, dans les années 1965, à l’UPMC.

L’enjeu du regroupement de l’équipe sciences dures et sciences humaines consiste à faire émerger véritablement un ensemble de collections et de recherches visant à la valorisation et la présentation muséographique de ce patrimoine pédagogique scientifique en danger et de recherches visant à la valorisation et la présentation muséographique de ce patrimoine pédagogique scientifique en danger.

Ainsi dans sa première phase, le projet SPESCIES s’attachera à l’étude historique, matérielle et épistémologique de ces pièces didactiques afin que les aspects liés à leur contexte de fabrication et d’utilisation justifient leur patrimonialisation. La seconde phase du projet consistera à rendre aux collections scientifiques leur caractéristique première liée à la tactilité et la manipulation didactique, dont la présentation embarrasse les conservateurs. Ce sont les modèles en bois et les planches iconographiques liées à l’apprentissage de la cristallographie de la collection de minéralogie du MNHN et les pièces clastiques servant à enseigner l’anatomie à l’UPMC et au MNHN. Celles-ci feront l’objet d’un processus de numérisation spécifique : concernant l’anatomie, chaque élément constituant un organe de la pièce démontable sera isolé pour être modélisé en 3D afin de pouvoir reconstituer et morceler virtuellement l’ensemble de l’objet. L’objectif ici est de permettre à l’utilisateur/visiteur de consulter, disséquer, manipuler l’objet face aux vitrines de présentation, sans entrer en contact avec les pièces originales.

L’ensemble des recherches menées par le programme sera divulguée au cours d’une série de séminaires et de journées d’études ouverts à tous au sein des établissements partenaires (MNHN, UPMC, INHA, BnF).

Coordination scientifique :
Thierry Laugée (Sorbonne Université)

Membres de l’équipe :
Frédérique ANDRY-CAZIN (OPUS)
Santiago ARAGON (Sorbonne Université)
Thomas CAZENTRE (BnF)
Dylan COURTIN (Sorbonne Université)
Jacques CUISIN (MNHN)
François FARGES (MNHN)
Thierry LAUGÉE (Sorbonne Université)
Tanguy LE ROUX
Arnaud MAILLET (Sorbonne Université)
Olivier VAYRON (Sorbonne Université)

Séances :

7 février 2018 – 18h
Biopic Animal
INHA

Plaquette à télécharger : PROGRAMME SPESCIES
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Les Européens: ces architectes qui ont bâti l’Europe

Olga Medvedkova (dir.)Les Européens: ces architectes qui ont bâti l’Europe, Pieter Lang, Collection « Pour une histoire nouvelle de l’Europe. », Vol. 4, Bruxelles, 2017.

Ce volume réunit douze études de cas : des vies d’architectes européens, écrites par des historiens de l’art et de l’architecture. Il s’agit d’architectes qui, nés et éduqués dans une culture, héritiers d’une ou plusieurs traditions nationales, ont travaillé à l’étranger, au sein d’une autre culture, en y apportant des éléments nouveaux. Ou encore de ceux qui vécurent leurs années de voyage comme une véritable expatriation. Ces architectes transfuges, cosmopolites, créateurs de confusions stylistiques qui posent tant de problèmes aux historiens de l’art et rompent les schémas des écoles nationales, furent en grande partie responsables de la création de l’Europe architecturale, architecturée et architecturante bien au-delà de ses propres limites. (suite…)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

L’Institut historique allemand et le laboratoire d’excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » un partenariat innovant

Depuis 2013, l’Institut historique allemand et le laboratoire d’excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (LabEx EHNE) sont associés par une convention de coopération scientifique pour une durée de sept ans. Ce partenariat vise à la mise en place d’une dynamique de recherche, notamment la collaboration entre chercheurs du LabEx EHNE et chercheurs allemands, l’organisation commune de séminaires, journées d’études, colloques et tables rondes ainsi que d’un cycle de conférences autour de la question de l’écriture de l’histoire de l’Europe.

L’Institut historique allemand (IHA) est un centre de recherche international en histoire de la fondation Max-Weber. L’institut s’investit activement dans la médiation des sciences humaines, en particulier dans le transfert des savoirs scientifiques entre la France et l’Allemagne. Par le dialogue scientifique et méthodologique qu’il met en œuvre et par le soutien qu’il offre aux jeunes chercheurs, l’IHA contribue à l’internationalisation de la recherche en histoire.

Le LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » a pour ambition de placer l’école historique française en histoire de l’Europe et des relations internationales au cœur des débats historiographiques et contemporains. Il s’adresse tout à la fois à un public d’universitaires et à un public élargi de non-spécialistes. Ce projet de recherche s’articule autour de la mise en ligne d’une encyclopédie thématique bilingue (français/anglais), la publication d’ouvrages de synthèse, l’organisation de journées d’étude et de colloques.

Une convention tripartite de soutien à la recherche a été signée entre le Leibniz-Institut für Europäische Geschichte (IEG), le LabEx EHNE et l’IHA. La convention a pour but d’organiser des manifestations communes sur l’histoire européenne et de mettre en place un partenariat entre l’encyclopédie allemande EGO (Europäische Geschichte Online) et l’encyclopédie française EHNE (Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe). L’IHA jouera le rôle de médiateur scientifique pour adapter, enrichir et traduire les contenus des deux encyclopédies.

Pour en savoir plus : coopération IHA-EHNE
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

L’invention du geste amoureux dans la peinture de la Renaissance (1500-1650). Résurgences, codifications, transgressions

Colloque International organisé par Giovanni Careri (EHESS), Elinor Myara Kelif (Université Paris-Sorbonne), Valérie Boudier (Université Lille 3) et Elisa de Halleux (Université panthéon Sorbonne) avec la participation de l’HICSA (Université Panthéon Sorbonne), de l’EHESS, du LabEx CAP (Université Panthéon Sorbonne) et du LabEx EHNE (Université Paris-Sorbonne).
Paris INHA, 8-9 Juin 2015, salle Vasari

Les traités de manières et les traités artistiques, de même que le discours amoureux dans le domaine littéraire, se sont donnés la tâche de définir, voire de codifier, la gestuelle amoureuse et établissent notamment des relations entre le domaine artistique et littéraire et la vie sociale. Par rapport au « geste écrit », le « geste en image » peut se manifester sous une forme plus ambiguë et laisser transparaître, entre autres, des rapports de réciprocité, de domination, d’assujettissement ou d’inversion des rôles. Cela tient notamment à la difficulté de la définition de la notion même de geste qui ne va pas sans poser des questions conceptuelles à la limite du paradoxe : jusqu’où la variation, à partir d’une formule gestuelle, peut-elle être reconnue comme appartenant à la formule d’origine ? Comment interpréter la condensation de deux ou plusieurs formules en un seul geste ? Dans quelle mesure la relation établie entre le geste et son environnement change-t-elle son sens ? Et, enfin, à quelles conditions est-il possible d’inventer un geste si ce qui définit ce dernier est précisément la répétition ? À ces questions théoriques s’en ajoutent d’autres, d’ordre historique et anthropologique : pourquoi certains gestes accèdent-ils à la visibilité en peinture à un moment donné de l’histoire ?

L’hypothèse à l’origine de ce colloque est que, dans la peinture de la Renaissance, le geste amoureux explore et déplace les frontières du figurable, se confrontant subtilement aux interdits explicites et à ceux que chaque société intériorise. Sans chercher à procéder à une moisson iconographique ou à une cartographie des thèmes amoureux, ni d’établir une typologie des gestes, nous souhaitons faire émerger, à travers l’analyse des images, les caractéristiques d’une anthropologie visuelle de l’affectivité, en prenant en compte ses fondements philosophiques, littéraires, théoriques et visuels.

Télécharger le programme.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Conférence de Martin Schieder, chaire d’excellence du LabEx EHNE: Rayonnement culturel. Les relations artistiques franco-allemandes après la Deuxième Guerre Mondiale

Mardi 14 avril 2015, 18h-20h Université Paris-Sorbonne Maison de la Recherche, salle D 323 28 rue Serpente, Paris 6e

Martin Schieder est professeur d’Histoire de l’Art à l’Université de Leipzig et Chaire d’excellence 2015 du LabEx «Écrire une histoire nouvelle de l’Europe (EHNE)»

AfficheSchieder

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Colloque: Les Européens : ces architectes qui ont conçu l’Europe (1450-1950)

23-25 avril 2015, INHA.

IllusEuropArchiSous la direction de Olga Medvedkova, ce colloque réunira une vingtaine d’études biographiques – qui revisiteront le genre des vitae – consacrées aux architectes « européens » : ceux qui, étant nés et ayant étudié dans une culture, héritiers d’une ou plusieurs traditions nationales, travaillèrent au sein d’une (ou des) autre(s), en y apportant des éléments nouveaux.

Ces architectes expatriés, transfuges, cosmopolites, créateurs des confusions stylistiques qui posent tant de problèmes aux historiens de l’art et rompent les schémas des « écoles nationales » et des « influences », furent en grande partie responsables de la création de l’Europe architecturale, architecturée et architecturante bien au-delà de ses propres limites. L’existence de cette « Europe architecturale » sera par ailleurs notre hypothèse générale.

Qu’ils s’appellent Juan Guas, Aristotile Fioravanti, Sebastiano Serlio, Bernardo Morando, Santino Solari, Giacomo Leoni, Giovanni Niccolo Servandoni, Simon de la Vallée, Francesco Rastrelli, Jean-Baptiste Michel Vallin de la Mothe, Manuel Tolsá, Walter Groppius, Mies van der Rohe ou Le Corbusier, l’ « européanité » de ces architectes « italo-polonais », « franco-suédois », « italo-germano-britanniques», « italo-franco-russes », « hispano-mexicains » ou encore « germano-américains », fut tantôt délibérée, exigée par le commanditaire, et tantôt quasi involontaire, découlant de leurs « vies », comme ensemble de « circonstances », de manière pour ainsi dire organique. Telle une réaction au besoin de l’adaptation, cette dernière, complète ou partielle, donnait souvent lieu à la création inédite, portant l’empreinte, même si en sourdine, de leurs origines diverses.

Télécharger le programme.

Informations pratiques

  • CONTACT: Élinor Myara Kelif (elinor.kelif [at] paris-sorbonne [point] fr)
  • INFOS PRATIQUES : Galerie Colbert, INHA (Institut national d’Histoire de l’Art)/Salle Vasari (ler étage)
  • ACCÈS : 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris / 2 rue Vivienne, 75002 Paris
  • MÉTRO : Bourse, Pyramides ou Palais Royal-Musée du Louvre

Organisé avec le soutien du LabEx EHNE (Université Paris-Sorbonne), du Centre André Chastel (CNRS, Université Paris-Sorbonne) et du Centre Jean Pépin, THETA (CNRS-ENS, Paris).

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Projection: « ZERO, le temps des utopies (2013) »

A l’auditorium de l’INHA, le vendredi 20 février à partir de 14h30, projection du documentaire:  ZERO, le temps des utopies (2013). Réalisé par Florence Macagno et co-produit par Paris-Sorbonne et Les Films d’Ici. fuseeZERO Dix ans après le film de Roberto Rosselini, Allemagne année zéro, deux jeunes artistes allemands, Heinz Mack et Otto Piene, tous deux formés à la Kunstakademie de Düsseldorf, lancent une revue qui s’intitule de façon programmatique : ZERO. ZERO, c’est donc d’abord le nom de la revue qu’ils publient, dont les deux premiers numéros paraissent en 1958 (date retenue pour la fondation du groupe). Le troisième numéro paraît en 1961, année durant laquelle ils sont rejoints par Günther Uecker. Mais ZERO, c’est bien plus que cela ; c’est une véritable plate-forme qui rassemble des artistes venus de toute l’Europe (France, Italie, Pays-Bas, etc) et même au-delà (Japon notamment), autour de thèmes fédérateurs tels le monochrome, la lumière, le mouvement. Le dessein dépasse toutefois largement les enjeux esthétiques d’une époque, ces artistes éprouvant, selon les mots de Mack, « un désir presque traumatique de recommencer à zéro, de poser les jalons discrets, calmes et purs d’un monde digne dans lequel le mouvement supplante l’immobilisme, la lumière l’obscurité, la beauté la laideur. » Comparable au compte à rebours du lancement d’une fusée, ZERO entend créer une atmosphère de concentration et de réflexion, pour gagner, de façon dynamique, des zones nouvelles et inconnues :

« Nous avons, dès le départ, compris ZERO comme un nom pour une zone de silence et de nouvelles possibilités, et non pas comme l’expression du nihilisme ou d’un gag dans l’esprit de Dada. Nous pensions au compte à rebours avant le départ d’une fusée – ZERO est la zone incommensurable, dans laquelle une situation ancienne se transforme en une situation nouvelle et inconnue. »

Comme s’il avait fallu une décennie à l’Allemagne et à l’Europe pour se relever : à la chute d’Edmund dans Allemagne année zéro s’est substitué l’envol de la fusée ZERO. En s’appuyant sur de très riches sources archivistiques et sur des interviews d’artistes et de spécialistes, le documentaire ZERO, le temps des utopies (2013, 52 minutes) réalisé par Florence Macagno, diplômée en Histoire de l’art contemporain à Paris-Sorbonne, et co-produit par Paris-Sorbonne et Les Films d’Ici, met en lumière les préoccupations de ZERO, le réseau international auquel il participe et le contexte historique dans lequel il s’inscrit. La projection commencera à 14h30 et sera suivie d’une table-ronde puis d’un cocktail.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Appel à candidature: Chaire d’excellence, Axe 7 (Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen)

684px-Tizian_085Dans le cadre du Labex EHNE (Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), l’axe 7-‘Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen’ accueille pour 6 mois un chercheur étranger de réputation internationale pour l’associer à ses travaux.

Le Labex EHNE a pour objectif principal d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en reconstruisant une historiographie nouvelle de l’Europe qui s’adresse tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens et aux politiques. Le projet réunit cinq laboratoires partenaires issus de trois établissements (Universités Paris I et Paris IV, Université de Nantes). Le projet est dirigé par le professeur Eric Bussière (Université Paris IV, UMR IRICE). Le centre André Chastel anime l’un des sept axes de recherche du Labex (Traditions nationales, circulation et identité dans l’art européen, responsable : prof. Dany Sandron), qui intègre les aspects touchant notamment la géographie artistique et les phénomènes de mobilité.

La problématique fondamentale du Labex étant d’offrir à un large public de nouvelles clefs de compréhension de la construction européenne, l’axe histoire de l’art abordera la question de la diffusion de l’art à l’échelle européenne en confrontant concepts historiographiques et réalité historique sur de vastes champs d’étude pour montrer que l’art est un élément-clef de cette construction.

Les candidats doivent avoir le souci de montrer à partir de leurs recherches ou de leur parcours, l’intérêt qu’ils portent à la part de l’art et de son histoire à la construction de l’Europe. Le candidat retenu participera aux activités d’enseignement et de recherche liées aux thématiques du Labex (séminaires de Master, de doctorat à l’Université Paris-Sorbonne, notamment en Histoire de l’art ; participation à des séminaires organisés par d’autres axes du Labex). Il participera également aux publications du Labex, notamment à l’Encyclopédie thématique en ligne.

Calendrier

Séjour de 6 mois du 1er février au 31 juillet 2015

Condition d’éligibilité

  • Chercheurs et Enseignants-chercheurs titulaires d’une HDR ou diplôme équivalent, statutaires dans une institution étrangère.

Conditions d’accueil

  • Rémunération : traitement équivalent à celui d’un professeur de classe exceptionnelle (salaire mensuel : 4800 € net)
  • Transport : le Labex prend en charge un voyage aller-retour du résident entre Paris et son lieu de résidence habituel
  • Moyens de recherche : mise à disposition d’un bureau au centre André Chastel (2, rue Vivienne, 75 002 Paris) durant le séjour.

Candidature

Le dossier est rédigé en français ou en anglais. Il doit être envoyé au plus tard le 30 juin 2014. La réponse sera communiquée le 3 juillet. Envoyer les pièces en version électronique à l’adresse suivante : dany.sandron@paris-sorbonne.fr (cc : elinor.kelif@paris-sorbonne.fr)

Le dossier est constitué des pièces suivantes

  • Formulaire de candidature dûment rempli.
  • Curriculum vitae incluant une liste des publications.
  • Présentation du projet de recherche (maximum 5 pages) suivie d’une bibliographie sélective.

Télécharger l’appel à candidature au format word.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail