Chaire d’excellence : Silvia Marton (axe 2)

Silvia Marton est maître de conférences à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest et membre correspondant du Centre Norbert Elias (UMR 8562). Elle a été boursière du New Europe College-Institut for Advanced Studies de Bucarest et du Wissenschaftskolleg zu Berlin, ainsi que professeur invité à l’EHESS et à l’Université d’Avignon.

Elle est spécialiste de la construction de l’Etat-nation en Roumanie et dans l’Europe de l’Est. Elle co-dirige, avec Constanța Vintilă-Ghițulescu, le Groupe de Recherche sur l’Histoire Politique et Sociale des XVIIIe-XIXe siècles dans le cadre du New Europe College-Institut for Advanced Studies, Bucarest.

Elle a notamment publié La construction politique de la nation. La nation dans les débats du Parlement de la Roumanie, 1866-1871 (Iasi, Institutul European, 2009), et récemment « Republica de la Ploiești » și începuturile parlamentarismului în România (Bucarest, Humanitas, 2016). Elle achève la co-direction, avec Frédéric Monier et Olivier Dard, de l’ouvrage «Plus rien dans sa sacoche » : moralité du pouvoir et corruption en France et en Roumanie, XVIIIe-XXe siècles (Paris, PUPS), à paraître fin
2017. La liste complète de ses travaux est disponible ici.

Elle participe aux activités de l’axe 2 d’octobre à décembre. Elle y donnera notamment un cycle de six conférences sur la construction des Etats dans les Balkans et en Europe centrale, le mardi, de 18h à 20h (28 rue Serpente, salle D040) :

Mardi 17 octobre
Cartes mentales, géographies réelles et imagées. « Découverte » de l’Europe de l’Est et des Balkans. Penser les « périphéries ». Identités pré-nationales

Mardi 14 novembre
La « renaissance » nationale. Nouvelles identités, nouvelles questions – « Européens », « orientaux » (1821, 1848)

Mardi 21 novembre
Régimes politiques et exercice du pouvoir : le constitutionalisme libéral. Les parlements (partis, élections, représentation politique). Les nouvelles formes de la « généralité » politique : bureaucratisation, rationalisation et massification de la politique.

Mardi 28 novembre
Inclure pour mieux exclure. L’antisémitisme. La « question agraire ». Les difficultés de l’émancipation sociale et politique

Mardi 5 décembre
Le triomphe du nationalisme politique. La crise macédonienne. Les guerres balkaniques. 1914-1920

Mardi 12 décembre
Débats historiographiques récents : que reste-t- il des « exceptionnalismes » dans les Balkans et en Europe centrale ?

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Chaire d’excellence – Alessandra Tarquini (axe 2)

Alessandra Tarquini est professeure associée de l’université de Rome « La Sapienza ». Elève de Renzo de Felice, elle a également étudié avec Emilio Gentile et Gaetano Calabro, et a été boursière de l’Institut italien pour les recherches historiques. Spécialiste de la culture et de la politique italienne du XXe siècle, elle a publié des monographies et de nombreux articles, dont notamment Il partito socialista fra guerra fredda e « questione ebraica »: sionismo, antisemitismo e conflitto arabo-israeliano nella stampa socialista, dalla nascita della Repubblica alla fine degli anni sessanta, in Ebraismo, sionismo e antisemitismo nella stampa socialista italiana dalla fine dell’Ottocento agli anni Sessanta, a cura di Mario Toscano,Venezia, Marsilio, 2007, pp. 161-232 et plusieurs articles du Dizionario biografico degli italiani.

Elle a publié la correspondance Croce-Tilgher (Bologne, Il Mulino, 2004), et Gentile-Prezzolini Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 2006). Elle a collaboré également à diverses émissions de la RAI, et à plusieurs programmes de radio.

Biographie et liste complète de ses publications

Invitée par l’axe 2 d’octobre à décembre 2016, Alexandra Tarquini a notamment participé au séminaire Écrire une histoire transnationale du fascisme: enjeux et débats, coordonné par Olivier Dard et Didier Musiedlak.

Programme du séminaire : séminaire fascisme
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Appel à communication : European stakeholders during the Revolutions of 1848

International colloquium 

Paris — May 2018

After the colloquium held for the 150-year anniversary of 1848 and its famous Revolutions, organized by the French « Société de 1848 » and which was a historiographic landmark, it seemed important, twenty years later, to shed a new light on this major event of the Nineteenth Century.

Firstly, we ought to answer to Maurice Agulhon’s repeated wish to know more about the stakeholders, insofar as the Dictionary of the French political leaders of 1848 written by the Nineteenth Century History Study Centre (« Centre d’histoire du XIXe siècle ») of Paris-Sorbonne and Paris-Panthéon Sorbonne universities, published with Agulhon’s support, is a new step in the thorough study of this period.

Secondly, we shall widen our field of study to encompass the whole of the 1848 Revolutions. The Nineteenth Century History Study Centre, the EHNE Excellence Laboratory (« LabEx ») whose main purpose is to write a new story of Europe, the « Société de 1948 et des révolutions du XIXe siècle », the Comity of Parliamentary and Political History (« Comité d’histoire parlementaire et politique ») and the Intercollegiate Cultural History Centre of Padua (« Centre interuniversitaire d’histoire culturelle de Padoue »), all fostered by the French « Conseil d’État », have worked together to organize this event, which will take place in Paris in May 2018. The main question will be the following: What  does it mean to be a stakeholder in the Revolutions of 1848? We will lean upon the notion of protagonist as defined by Haïm Burstin regarding the 1789 French Revolution, while paying close attention to the effects of stances in the geographic, linguistic and social fields.

To this end, an international open call for contributions is launched regarding the eight following themes. Whether the approach be specifically historical or rather multidisciplinary, whether or not it should use the prosopographic method, as a whole or partially, the statements will focus on one or several groups of stakeholders rather than on individuals. The circulation of stakeholders as well as the flow of ideas will be taken into account, just like the colonial dimension will be.

 

1) The new rulers and their entourage (ministers, cabinets, national leading elites…)

2) The parliamentarians (candidates, sociographic study of the elected representatives, including in a diachronic and / or synchronic comparative dimension, working in board, committee and session)

3) Stakeholders at the boundary of national and local matters (on the one hand, provincial, departmental, municipal elected representatives, stakeholders in peripheral, cut off areas; on the other hand, mediation of central authorities, prefects, government auditors and sub-auditors, magistrates, military men with territorial responsibilities, chancellors, teachers…)

4) International travellers: revolutionaries, utopists, outcasts (experiences abroad, circulation of models, transnational movements of brotherhood…)

5) Insurgents and forces of law and order: profiles, operational modes, representations

6) Social and gender stakeholders (bosses, labourers, women, members of clubs, members of charitable organizations…)

7) Spiritual and cultural mediators (national and local prides, priests of all ranks, members of the Freemasonry, writers, publicists, engineers, agronomists…)

8) 1848 stakeholders after 1848 (experience, public image…)

 

A conclusive round table will enable participants to draw up the most common profiles of European stakeholders in the Revolutions of 1848 and will strive to answer the main question of  the colloquium.

 

One-page long summarized proposals should be sent to the following email address crhxixe@univ-paris1.fr before September 15, 2017. Communicating languages will be French and English.

 

Scientific committee

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Sylvie Aprile (Paris-Nanterre), Fabrice Bensimon (Paris-Sorbonne), Francesco Bonini (Rome Lumsa), Jacques-Olivier Boudon (Paris-Sorbonne), Philippe Boutry (Paris-Panthéon-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Jean-Claude Caron (Blaise-Pascal Clermont-Ferrand), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Emmanuel Fureix (Paris-Est Créteil), Jean Garrigues (Orléans), Maurizio Gribaudi (EHESS), Louis Hincker (Valenciennes), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Raymond Huard (Paul-Valéry Montpellier III), Dominique Kalifa (Paris-Panthéon-Sorbonne), Axel Korner (UCL), Jacqueline Lalouette (Paris 13), Jean-Noël Luc (Paris-Sorbonne), Peter Mc Phee (Melbourne), John Merriman (Yale), Silvia Marton (Bucarest), Sylvain Milbach (Savoie Mont-Blanc), Natalie Petiteau (Avignon), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne), Carlotta Sorba (Padoue), Jonathan Sperber (Missouri)

 

Organizational committee 

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Pierre-Marie Delpu (Paris-Panthéon-Sorbonne), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Sébastien Hallade (Paris-Sorbonne), Louis Hincker (Blaise Pascal Clermont-Ferrand), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Recrutement postdoc axe 2 LabEx EHNE : L’Europe dans une épistémologie du politique

Dans le cadre du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE), le Centre d’histoire du XIXe s. recrute un-e post-doctorant-e qui sera chargé-e de l’animation de l’axe 2 intitulé « L’Europe dans une épistémologie du politique »

Date limite de candidature : le 18 juin 2017
Renseignements et candidatures (à envoyer au format PDF à) : osibre@gmail.com Objet : candidature-postdoc- Axe2-EHNE
Présélection : au plus tard le 20 juin 2017
Auditions : Fin juin 2017
Prise de poste : le 1er septembre 2017
Renseignements : osibre@gmail.com
Structure : Centre d’histoire du XIXe s. (Paris-Sorbonne et Paris-Panthéon-Sorbonne) http://crhxix.univ-paris1.fr
Unité : EA 3550
Localisation géographique : Paris
Poste : CDD de post-doctorant à temps complet à compter du 01/09/2017
Durée : 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans au maximum
Rémunération : Salaire mensuel net : env. 1 900 €
Financement : LabEx EHNE – Investissements d’Avenir
Responsables scientifiques : Olivier Dard et Eric Anceau

Description du poste

Le ou la post-doctorant-e sera chargé-e de l’animation de l’axe 2 du projet. Ses fonctions principales seront :

  • Assurer un suivi scientifique et une coordination administrative des travaux de l’axe 2 du LabEx EHNE en lien avec les activités générales du LabEx EHNE.
  • Participer notamment à l’organisation des manifestations scientifiques et au comité de pilotage de l’axe 2 ainsi qu’aux différentes publications dans lesquelles l’axe est impliqué.
  • Assurer le suivi des groupes de travail, la diffusion des activités et la coordination de la participation de l’axe 2 à la réalisation de l’encyclopédie en ligne du LabEx EHNE.
  • S’impliquer dans le travail scientifique de l’axe 2.

Conditions de résidence et d’exercice

  • Il/elle devra impérativement résider à Paris ou dans sa région pour animer les travaux de l’axe et s’y consacrer à temps plein. Un bureau partagé dans les locaux de l’Université sera mis à sa disposition.
  • Possibilité de déplacements à l’étranger et en région.

Compétences requises

  • Bonne maîtrise du français et de l’anglais (avec capacités rédactionnelles). Connaissance d’une troisième langue souhaitée.
  • Esprit d’initiative et capacité à s’intégrer dans un programme collectif.
  • Rigueur, autonomie et capacités d’organisation.
  • Capacité de coordination des travaux d’une équipe.
  • Maîtrise des outils informatiques (WORD, EXCEL, Dropbox, Googledrive, Carnet de recherche Hypothèses…)

Qualifications requises

  • Doctorat en histoire contemporaine (ou moderne) en rapport avec la thématique au sens large de l’axe 2 du LabEx EHNE.
  • Avoir soutenu sa thèse depuis moins de 5 ans

Dossier de candidature

  • CV avec la liste des publications
  • Lettre de motivation
  • Rapport de soutenance de thèse

Présentation du projet

Le Labex EHNE, financé dans la 2e vague des Investissements d’Avenir, a pour objectif principal d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en reconstruisant une historiographie nouvelle de l’Europe qui s’adresse tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens et aux politiques.

Le projet réunit sept laboratoires partenaires issus de quatre établissements (Paris- Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nantes, École des Chartes).
Sept axes de recherches ont été définis pour atteindre cet objectif :

  1. L’Europe comme produit de la civilisation matérielle
  2. L’Europe dans une épistémologie du politique
  3. L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi », entre affirmation et crises identitaires
  4. L’Europe comme « hors soi » : frontières, voisinage et altérité lointaine
  5. L’Europe des guerres et des traces de guerre
  6. Genre et Europe
  7. Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen

L’axe 2 se démarque d’une histoire politique comprise dans le champ d’une histoire des idées politiques classiques, ou qui se limiterait à une analyse des acteurs et des enjeux institutionnels. Il interroge les concepts, les modèles, les pratiques, les acteurs, de manière croisée, et non exclusive, en s’attachant à dépasser les fractures chronologiques habituelles, en s’appuyant notamment sur les réseaux, les transferts et une dimension systématiquement comparative à l’échelle européenne.

Le travail de l’axe 2 a donc pour objectif de fournir une approche multiscalaire, transnationale, et plurithématique, ouverte à d’autres approches disciplinaires : droit, science politique, sociologie, anthropologie, germanistique etc. pour éclaircir en particulier certains concepts qui ont cours sur la citoyenneté ou l’espace public européen.

L’objectif du LabEx EHNE et de son axe 2 est de parvenir à la réalisation de nouveaux outils en histoire européenne :

  • Une encyclopédie analytique en ligne et la mise en ligne de documents (www.ehne.fr).
  • 14 ouvrages, 2 par axes, dont l’un à mi-parcours chez Nouveau Monde.
  • Une synthèse finale sous forme d’ouvrage collectif.
  • Ateliers, journées d’étude et colloques pour préparer ces publications.
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Être nationaliste à l’ère des masses en Europe (1900–1920)

Olivier Dard, Didier Musiedlak, Éric Anceau (dir.), Être nationaliste à l’ère des masses en Europe (1900–1920), Pieter Lang, Collection « Pour une histoire nouvelle de l’Europe. », Vol. 3, Bruxelles, 2017.

Le nationalisme européen a souvent été interprété comme la principale source de l’avènement des dictatures et en particulier
des fascismes. Le retour actuel sur la scène politique d’un certain attachement à la nation, allant jusqu’à l’expression même de mouvements radicaux à caractère xénophobe ou raciste, est-il le signe annonciateur du retour des dictatures au cœur de l’Europe ? C’est dans le but de répondre à cette question que les auteurs de cette recherche collective ont entrepris de revisiter le nationalisme européen des années 1900 jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale (suite…)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

L’espace public européen en question / Questioning the European Public Sphere

EHNEEspacePublic

Corinne DORIA, Gérard RAULET (dir.), L’espace public européen en question / Questioning the European Public Sphere, Collection : Pour une nouvelle histoire de l’Europe. Vol. 1, Eric Bussière (dir.), Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2016.

 

Au cours des soixante dernières années, l’Europe s’est construite (suite…)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail