Podcasts séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation

Retrouvez quelques séances passées du séminaire « Histoire des sciences, histoire de l’innovation circulations, communications et civilisations matérielles en Europe (XVIIIe – XXIe s.) », organisé par l’Université Paris Sorbonne, l’UPMC et le LabEx EHNE :

13 octobre 2016 / Résumé et audio
Hugues Marchal, Universität Basel, « L’innovation dans la poésie scientifique du XIXe siècle »

23 février 2017 / Résumé et audio
Hartmut Rosa, Friedrich-Schiller-Universität Jena, “Setting the world in motion and making it available : Why modernity’s mode of dynamic stabilization causes alienation and desynchronization”

4 mai 2017 / Résumé et audio
Lino Camprubi, Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, “Underwater Surveillance and the Modern Mediterranean”

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Offre de Contrat doctoral à l’Université Paris-Sorbonne

Contrat doctoral à l’Université Paris-Sorbonne, Institut des sciences de la communication (CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC)

Projet ANR/DFG EUROPTT (Infrastructures, coopération infrastructurelle et continuité de l’intégration européenne : l’Union des postes et des télécommunications européennes)

 

Candidature avant le 26 juin 2017 – prise de fonction octobre/novembre 2017

Résumé

L’Université Paris-Sorbonne recrute un(e) doctorant(e) pour une durée de 36 mois à compter d’octobre ou novembre 2017, afin de contribuer à un projet de recherche franco-allemand sur la place charnière de la Seconde Guerre mondiale dans l’histoire de l’intégration technique du continent européen.

 

Annonce

Le projet ANR/DFG EUROPTT (2017-2020) Infrastructures, coopération infrastructurelle et continuité de l’intégration européenne : l’Union européenne des postes et des télécommunications (Contrat n°ANR-16-FRAL-0013-01) est coordonné par Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne, Sirice UMR 8138 et ISCC) et Guido Thiemeyer (Universität Düsseldorf). Il réunit des chercheurs français et allemands basés à Paris, Strasbourg, Düsseldorf et Siegen, pour explorer les continuités et ruptures en matière de coopération technique internationale et d’intégration du continent européen durant la Seconde Guerre mondiale.

La Seconde Guerre mondiale représente une césure dans l’histoire de l’intégration européenne. Mais jusqu’à quel point ? Même si le processus d’intégration européenne est de plus en plus inséré par l’historiographie dans des développements de longue durée, ancrés dans le XIXe siècle, cette guerre reste en tant que telle une césure profonde dans la plupart des travaux. Le projet EUROPTT interroge cette césure classique de manière critique en étudiant la coopération des Etats européens pour la régulation des réseaux d’infrastructures transfrontaliers pendant la Seconde Guerre mondiale et en corrélant les développements de cette période aux évolutions antérieures et postérieures. Il met en particulier l’accent sur l’Union européenne des postes et télécommunications (Europäische Post und Fernmeldeverein). Cette organisation internationale fondée en 1942 sur une initiative germano-italienne, avec une large base de membres européens, mérite attention. Le travail original qu’elle a mené en toute stabilité pendant deux ans témoigne aussi de nombreuses continuités avec les développements à l’œuvre avant 1939 et après 1945.

L’hypothèse de départ est que non seulement l’intégration européenne a été poursuivie dans ces secteurs socioéconomiques décisifs que sont les infrastructures, en dépit des fractures politiques, idéologiques et militaires des années de guerre, mais que cette dernière a approfondi la dynamique, jouant un rôle catalyseur sur le continent. Dans ce contexte, les relations franco-allemandes complexes car faites à la fois de collaboration, de coopération et de conflit ont joué un rôle clé.

Le projet est structuré en trois axes de travail interdépendants :

  • l’Union européenne des postes et télécommunications pendant la guerre
  • les continuités, discontinuités et césures dans la coopération dans les domaines des postes et des télécommunications d’un après-guerre à l’autre
  • les points communs et différences avec les autres grands réseaux d’infrastructures.

En rassemblant des spécialistes français et allemands aussi bien de l’histoire de la coopération européenne dans les infrastructures en général et les postes et les télécommunications en particulier, que de l’historiographie franco-allemande, et de l’histoire de l’intégration européenne, le projet promet une articulation novatrice de ces différents champs autour d’un objet méconnu mais clairement circonscrit. Il vise également à créer des passerelles entre les sites impliqués en Allemagne et en France, ainsi qu’entre les réseaux existants afin d’ouvrir de nouvelles perspectives à recherche sur la construction européenne.

Missions

Dans le cadre du projet EUROPTT, deux doctorant(e)s seront recrutés pour une durée de 36 mois à compter d’octobre ou novembre 2017. Les deux thèses seront centrées sur l’histoire de l’Union des postes et télécommunications européennes, fondée en 1942 à Vienne. Le(la) doctorant(e) recruté(e) à Paris par l’Université Paris-Sorbonne travaillera soit sur la dimension postale de l’Union, soit sur les télécommunications. Les deux doctorant(e)s seront appelés à travailler de manière coordonnée : ils pourront partager certains séminaires de formation, s’épauler dans l’inventaire et le dépouillement des archives et présenter ensemble leurs résultats.

Les sources seront situées en Allemagne, en France et dans les autres Etats concernés. Notamment : archives du ministère français des Affaires étrangères à Paris et Nantes, Archives nationales à Paris, archives fédérales de Berlin-Lichterfelde, archives politiques du ministère des Affaires étrangères à Berlin, Archives fédérales de Coblence, archives à Londres, Genève, Bruxelles, la Haye, Rome, Stockholm, Helsinki.

Le salaire brut mensuel sera de 1 758 euros. Le candidat aura également un budget complémentaire alloué au financement des missions sur le terrain.

Conditions d’éligibilité

Le(la) candidat(e) recruté(e) par l’Université Paris-Sorbonne participera pleinement aux travaux de l’équipe, en jouant un rôle d’animation (notamment par la contribution active à l’actualisation d’un carnet de recherche commun) tout en développant ses problématiques personnelles.

Il devra être titulaire d’un Master 2 Recherche et avoir une formation en histoire contemporaine. Une formation en histoire des techniques et/ou histoire de l’intégration européenne est un atout mais pas une nécessité. Le(la) candidat(e) devra faire preuve d’expérience dans la recherche en archives, et idéalement dans la recherche sur plusieurs sites d’archives. La nature du travail exige des compétences rédactionnelles et orales parfaites dans l’une des deux langues, français ou allemand, et une compréhension passive de l’autre. Le(la) candidat(e) devra faire preuve d’une grande mobilité puisqu’une large partie de ses activités de recherche aura lieu à l’étranger, en particulier en Allemagne.

Soucieuse de promouvoir une représentation équitable des femmes et des hommes parmi son personnel, l’Université encourage des candidatures féminines.

Modalités de candidature

Les candidat(e)s feront parvenir à Cécile Welker, avant le 26 juin 2017, un dossier comportant les pièces suivantes :

  • Un curriculum vitae détaillé
  • Une lettre de motivation
  • Une lettre de recommandation du directeur de recherche

Le dossier complet devra être transmis par courrier électronique à labexehne1@gmail.com en indiquant la mention « Candidature doctorat EUROPTT » dans l’intitulé du message.

Les candidats retenus lors d’une première sélection sur dossiers seront contactés pour un entretien fin juin/début juillet 2017, devant une commission composée des coordinateurs du projet et des autres membres de l’équipe. Les résultats seront communiqués le soir du dernier entretien.

Pour tout complément d’information, veuillez contacter Cécile Welker :

+33 (0)1 58 52 17 32 ou labexehne1@gmail.com

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Fresque INA : François Mitterrand

Léonard Laborie, membre du comité de pilotage de l’axe 1, est l’auteur du parcours thématique « Pas de socialisme sans la science », qui rejoint la fresque interactive de l’INA consacrée à François Mitterrand.

Il illustre ses propos par des archives audiovisuelles, livrant pour l’occasion des matériaux précieux pour les chercheurs : notices, éclairages, transcriptions d’émissions, de discours, d’entretiens.

 

Présentation : 

« Pas de socialisme sans la science. Le refus du progrès technique, la peur de l’acte créateur sont le propre des sociétés perdues », affirme François Mitterrand en 1980 dans un livre d’entretien, Ici et Maintenant.

Quoiqu’on garde rarement de François Mitterrand le souvenir d’un homme concerné par ces questions, son action a promu la science et la technologie au rang de priorité, tentant de faire rimer, à nouveau, progrès social et progrès technique.

Retrouvez la fresque INA
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

L’Europe en transitions. Énergie, mobilité, communication XVIIIe-XXIe siècles

Yves BOUVIER et Léonard LABORIE (dir.), L’Europe en transitions. Énergie, mobilité, communication XVIIIe-XXIe siècles, Paris, Nouveau Monde, Collection « LabEx EHNE », 2016.

 

En plaçant la notion de «transition» dans une perspective historique, cet ouvrage offre un éclairage novateur. Les auteurs approchent en effet l’histoire européenne (suite…)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

L’Institut historique allemand et le laboratoire d’excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » un partenariat innovant

Depuis 2013, l’Institut historique allemand et le laboratoire d’excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (LabEx EHNE) sont associés par une convention de coopération scientifique pour une durée de sept ans. Ce partenariat vise à la mise en place d’une dynamique de recherche, notamment la collaboration entre chercheurs du LabEx EHNE et chercheurs allemands, l’organisation commune de séminaires, journées d’études, colloques et tables rondes ainsi que d’un cycle de conférences autour de la question de l’écriture de l’histoire de l’Europe.

L’Institut historique allemand (IHA) est un centre de recherche international en histoire de la fondation Max-Weber. L’institut s’investit activement dans la médiation des sciences humaines, en particulier dans le transfert des savoirs scientifiques entre la France et l’Allemagne. Par le dialogue scientifique et méthodologique qu’il met en œuvre et par le soutien qu’il offre aux jeunes chercheurs, l’IHA contribue à l’internationalisation de la recherche en histoire.

Le LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » a pour ambition de placer l’école historique française en histoire de l’Europe et des relations internationales au cœur des débats historiographiques et contemporains. Il s’adresse tout à la fois à un public d’universitaires et à un public élargi de non-spécialistes. Ce projet de recherche s’articule autour de la mise en ligne d’une encyclopédie thématique bilingue (français/anglais), la publication d’ouvrages de synthèse, l’organisation de journées d’étude et de colloques.

Une convention tripartite de soutien à la recherche a été signée entre le Leibniz-Institut für Europäische Geschichte (IEG), le LabEx EHNE et l’IHA. La convention a pour but d’organiser des manifestations communes sur l’histoire européenne et de mettre en place un partenariat entre l’encyclopédie allemande EGO (Europäische Geschichte Online) et l’encyclopédie française EHNE (Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe). L’IHA jouera le rôle de médiateur scientifique pour adapter, enrichir et traduire les contenus des deux encyclopédies.

Pour en savoir plus : coopération IHA-EHNE
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Séminaire : Histoire des Sciences, Histoire de l’Innovation : circulations, communications et civilisations matérielles en Europe (XVIIIe – XXIe s.)

Programme du séminaire 2015 -2016

Histoire des Sciences, Histoire de l’Innovation :
circulations, communications et civilisations matérielles en Europe (XVIIIe – XXIe s.)

Les séances ont lieu le jeudi de 17h00 à 19h00,à l’Institut des sciences de la communication (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins (salle de conférences, rez-de-chaussée).

Le but du séminaire est de proposer une réflexion approfondie sur l’histoire de la circulation des sciences et des innovations en Europe, ainsi que sur l’histoire des civilisations matérielles que cette circulation transforme. Ce séminaire est adossé aux activités de l’équipe d’Histoire des Sciences de l’Université Pierre et Marie Curie et de l’axe 1 de recherche « L’Europe comme produit de la civilisation matérielle: l’Europe des flux » du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe ». Chacune des séances du séminaire est construite autour de l’intervention d’un chercheur. Si la période susceptible d’être couverte dans les interventions va de la fin du 18e siècle à aujourd’hui, l’accent sera mis sur la période la plus récente.

L’un des objectifs du séminaire est de réunir et faire interagir des publics provenant d’horizons différents (étudiants de niveau master 2 en histoire, doctorants et chercheurs débutants en histoire des sciences, et doctorants des disciplines scientifiques de l’UPMC). Afin de faciliter la compréhension des interventions, qui seront de niveau recherche, les séances seront brièvement introduites par les organisateurs. Une séance de discussion suivra les interventions.

Programme des séances :

1 octobre : Pierre Teissier, (Centre François Viète/Université de Nantes)
Pile à combustible et monde hydrogène. Deux siècles d’innovation récalcitrante.

8 octobre : Bruno Marnot, (CRHIA/Université de La Rochelle)
De la fluidité croissante des transbordements dans les ports occidentaux au XIXe siècle

5 novembre : Gianenrico Bernasconi, (ISEK/Universität Zürich)
Présentation de l’ouvrage : « Objets portatifs au Siècle des Lumières ».

12 novembre : Sophie Pelhivanian, (LLSETI/Université Savoie Mont Blanc)
L’énergie solaire au XXe siècle : d’une recherche scientifique à une utopie énergétique

19 novembre : Renan Viguié, (CEMMC/Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)
L’ingénieur, le paysage et le citoyen, l’histoire de l’interconnexion électrique entre la France et l’Espagne

26 novembre : Andreas Marklund, (Post & Tele Museum Danmark)
Understanding surveillance in a long-term perspective – the case of Scandinavia around 1914

3 décembre : Simon Werrett, (University College London)
The Longitude Grounded: William Whiston, Rockets, and Surveying in the Eighteenth Century

10 décembre : Steven L. Kaplan, (Cornell University)
La transition “subsistancielle” : lumières économiques, mouture économique et transformation de la meunerie

17 décembre : Alex Wellerstein, (Stevens Institute of Technology)
The secret histories of laser fusion

4 février : Jean-François Dunyach, (CRM/Université Paris-Sorbonne)
William Playfair (1759-1823), le chiffre et la forme. Petite histoire de la naissance et de la diffusion des représentations statistiques en Europe (c. 1780 – c.1820)

11 février : Marc Gigase, (UNIL Université de Lausanne)
Transports et système touristique dans l’Arc lémanique (Suisse): synergies, innovations et revers au cœur d’une « success story » (1852-1914)

18 février : Florian Schmaltz, (Max Planck Institute for the History of Science)
Aeronautical Research in France during Nazi Occupation (1940-44)

10 mars : Olivier Darrigol, (SPHERE/CNRS/Université Denis Diderot)
Nécessité et contingence des théories physiques.

17 mars : Roberto Cantoni, (IFRIS/LATTS)
De l’Iran à l’Algérie : l’industrie pétrolière française face aux nouveaux équilibres de la Guerre froide

24 mars : Simone Fari (Universidad de Granada)
History of telegraphy: actors, institutions, landscapes

31 mars : Anthony Heywood, (University of Aberdeen)
Climate, Technology, War and Revolution: Winter Weather, Inter-Urban Transport and Tsarist Russia’s War Effort, 1914-1917

7 avril : Gabriel Galvez-Behar, (IRHiS/Université Lille 3/IUF)
L’innovation, but de guerre : de l’usage stratégique de la propriété industrielle en situation de conflit au XXe siècle.

14 avril : Jon Agar, (University College London)
The politics of Star Wars: Thatcher and the UK and European contexts of the Strategic Defense Initiative.

21 avril : Thomas Twaites, designer
Making a toaster, becoming a goat, policing with bees… Doing design projects about science and technology

12 mai : Catherine Radtka, (CNES/ISCC)
Mettre en pratique un engouement pour l’espace : les constructions de fusées en amateur dans la France des années 1950-60.

Responsables :

Pr David Aubin, Université Pierre et Marie Curie (IMJ-PRG / ASHiC), david.aubin@upmc.fr
Pr Pascal Griset, Université Paris-Sorbonne (Irice-CRHI / ISCC), pascalgriset@yahoo.fr

Comité de programme :

Reynald Abad (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier)
Alain Beltran (CNRS, Irice)
Yves Bouvier (Université Paris-Sorbonne, Irice-CRHI)
Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne, Irice-CRHI, Association P2M)
Léonard Laborie (CNRS, Irice-CRHI)

Organisation :

Arielle Haakenstad : arielle.haakenstad@paris-sorbonne.fr

Programme à télécharger :

Séminaire HSHI 2015-2016

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Colloque : Circulations, métissages et culture matérielle XVIe – XXe siècles

Colloque organisé à Bordeaux dans le cadre du CEMMC
en collaboration avec le Labex EHNE
14 -17 octobre 2015

Mercredi 14 octobre

10h30 : Allocution du Président de l’Université
10h40 : Allocution du Directeur du CEMMC
10h45 : Introduction scientifique par M. FIGEAC et Ch. BOUNEAU
11h : Conférence inaugurale, Michel FIGEAC (Université Bordeaux-Montaigne) : Le château comme lieu de métissage
11h45 : Questions

ATELIER A : 

Circulation des produits exotiques : une nouvelle culture ?

sous la présidence de Natacha Coquery (Université de Lyon II)

14h : BENNEZON Hervé, Docteur (Université de Paris XIII) : « Du café dans les campagnes ? Transferts culturels dans les campagnes de Picardie au siècle des Lumières »
14h30 : LO BASSO Luca (Università degli Studi di Genova) : « La porte d’Italie. Marchandises coloniales dans le port de Gênes au XVIIIe siècle : l’exemple du tabac »
15h : CALCAGNO Paolo, (Università di Genova) : « “La révolution du tabac” à Gênes au cours du XVIIIe siècle. Contrôle fiscal et contrebande à travers la documentation de la “Impresa generale” »
15h30 : Discussion

La vallée de la Loire et l’exotisme : le laboratoire d’un métissage culturel

16h30 : GODELAINE Florent (Lyon II Louis Lumière) : « La Loire, un fleuve exotique (seconde moitié du XVIIe siècle- XVIIIe siècle ? »
17h : TANGUY Marion (Docteur, Université de Nantes) : « L‘arrivée des marchandises coloniales antillaises à Nantes au XVIIe siècle : l’essor de tout un monde de petits détaillants »
17h30 : VILLERET Maud ( ATER, Bordeaux-Montaigne): « La diffusion de la vaisselle liée aux boissons coloniales : profusion et raffinement au service de la distinction (fin XVIIe – fin XVIIIe siècle) ».
18h : Discussion

ATELIER B :

Circulation et métissage des idées

sous la présidence de Reynald Abad (Université de Paris IV-Sorbonne)

13h30 : SUIRE Eric (Bordeaux-Montaigne) : « Les tribulations des Souffrances de Jésusou la circulation et les métamorphoses d’un livre de spiritualité entre le Portugal, l’Espagne, l’Italie et la France au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ».
14h : LEBOUTTE René (Université du Luxembourg) – TEDESCHI Paolo (Université de Milan-Bicocca) : « Changer la Belgique en devenant Belges, changer son pays en y retournant. Notes sur l’influence des émigrants, voyageurs et étudiants aux XIXe et XXe siècles »
14h30 : BEAUREPAIRE Pierre-Yves, (Nice Sophia Antipolis) : « De l’Ordre des Architectes de l’Afrique aux rites égyptiens : l’invention d’un exotisme maçonnique au XVIIIe siècle ».
15h : SOTROPA Adriana, (Bordeaux-Montaigne) : « La peinture roumaine et la modernité occidentale : enjeux d’une mutation »
15h30 : Discussion

Les colonies lieu d’hybridation culturelle

16h30 : PARANT Cécile (Doctorante Bordeaux-Montaigne) : « Métissage et culture matérielle dans les Antilles à la fin du XVIIIe siècle : culture coloniale et culture métropolitaine à Fort-Royal la veille de la Révolution »
17h : HERBELIN Caroline (Toulouse II Jean-Jaurès) : « Architecture et métissages dans le Vietnam colonial »
17h30 : GUILLAUME Sylvie (Bordeaux-Montaigne) : « Hybridations culturelles de l’Indochine française au Vietnam d’aujourd’hui ».

Jeudi 15 octobre

Métissages et nouvelles modes alimentaires

sous la présidence de Christine Bouneau (Université Bordeaux-Montaigne)

10h : DO PAÇO David, (European University Institute, Paris I) : « S’approprier, distinguer, ignorer : l’élément étranger dans les livres de cuisine viennois du XVIIIesiècle »
10h30 : DUMANOWSKI Jaroslaw, (Nicolas Copernic, Toruń) : « Deux langages ? Mode vestimentaire et culture culinaire en Pologne du XVIIIe siècle comme les objets du métissage »
11h : GARCIA Maximo, (Universidad de Valladolid) : « Produits avec appellation d’origine : Castille – Europe – le Monde XVIe-XIXe siècle. Messages culturels »
11h30 : GRISET Pascal (Paris-Sorbonne) et LABORIE Léonard (CNRS) : « Les circulations du cépage malbec dans le monde depuis le XIXe siècle. Métissages (agri-culturels »
12h : Van INGELGEM Gaëlle (François Rabelais Tours, Universiteit Brussel)) : « L’offre alimentaire dans les quartiers de gare à Bruxelles. Patrimoines, échanges et mobilités ».
12h30 : Discussion

Élites nobiliaires, circulation des nouveautés et hybridations culturelles

sous la présidence d’Olivier Chaline (Université de Paris IV-Sorbonne)

15h : FARGAS PEŇARROCHA Mariela, (Universidad de Barcelona) : « Circulation du luxe, réseaux de la distinction et genre : les bijoux de Mme Estefania de Requesens Barcelone-Madrid XVIe siècle »
15h30 : GONZALEZ HERAS Natalia (Universidad Complutense de Madrid) : « Des modèles étrangers dans les maisons des élites sociales à Madrid pendant le XVIIIesiècle »
16h : Discussion
16h45 : MEYZIE Philippe (Bordeaux-Montaigne): « Goûts et réseaux d’approvisionnement d’un prince européen des Lumières : le prince Xavier de Saxe »
17h15 : MAGNE Matthieu ( Nice Sophia-Antipolis) : « “Je vous envoye l’échantillon…” : culture aristocratique et circulations matérielles dans la monarchie des Habsbourg et en Europe (1770- 1848)
17h45 : BIERI THOMSON Helen,(Musée national suisse – château de Prangins): « L’apparition du goût anglais dans un château en terre vaudoise »
18h30 : Retour vers Bordeaux et soirée libre

Vendredi 16 Octobre

ATELIER A :

Métissage, nouvelles modes, nouveaux intérieurs

sous la présidence de Jean-Pierre Williot (Université François Rabelais, Tours)

9h : CUGY Pascale (Rennes 2) :  « Stéréotypes exotiques et images de l’Europe à travers le gravure de mode sous Louis XIV »
9h30 : LEBEURRE Alexia (Bordeaux-Montaigne): « Le succès des genres exotiques dans la décoration à la fin du XVIIIe siècle »
10h : Discussion
10h30 : RAVEUX Olivier (CNRS Aix-en-Provence) : « Une innovation de produit : la vogue des indiennes de Perse à Marseille à la fin du XVIIe siècle »
11h : FLAMEIN Richard (Docteur, université de Rouen) : « Un exotisme de convention ? Métissage des cultures matérielles dans les dynamiques sociales bourgeoises, à Rouen et à Paris »(1600-1820)
11h30 : CADILHON François (Bordeaux-Montaigne) : « Le marché du luxe et les cercles parisiens du Jockey Club et de la rue Royale à la Belle Epoque ».

ATELIER B :

Circulation des techniques, hybridations, nouvelles technologies

sous la présidence de Pascal Griset (Université de Paris IV-Sorbonne)

9h : LE MAO Caroline (Université Bordeaux-Montaigne): « Mercantilisme, espionnage, industrie : la marine française à l’école de l’étranger ? »
9h30 : CHALINE Olivier (Paris-Sorbonne) : « Entre la steppe et l’Empire, l’Europe centrale des armes à l’époque moderne »
10h. Discussion
10h30 : LASTÉCOUÈRES Christophe (Université Bordeaux-Montaigne): « Fabriquer une culture par la monnaie en Espagne (1865-1914)
11h : BELTRAN Alain, (Panthéon-Sorbonne (Paris I): « L’office chérifien des phosphatesune expérience quasi unique (1920-1956) »11h30 : FLONNEAU Mathieu, (IRICE – CRHI ) : « À l’aube de la révolution de la mobilité : premières courses automobiles et meetings aériens européens »
12h : Discussion

La circulation des nouveaux produits en Europe : comparaison entre l’exemple espagnol et l’exemple anglais

sous la présidence de Christophe Bouneau (Université Bordeaux-Montaigne)

14h : IMIZCOZ José Maria (Universidad del País Vasco) : « Elites globalisées, circulation de nouveautés et pratiques de distinction dans l’Espagne du XVIIIe siècle »
14h30 : POUSSOU Jean-Pierre (Paris-Sorbonne) : « Le développement du commerce du luxe et les produits exotiques en Angleterre (mi XVIIe– début XIXe siècle)
15h-16h : Table ronde animée par Christophe Bouneau et Michel Figeac

Conclusion collective du Comité scientifique du colloque

Contacts :

michelfigeac@yahoo.fr
florence.verdier@u-bordeaux-montaigne.fr

Programme à télécharger : 

PROGRAMME-METISSAGE-1

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Colloque : Albert Claveille (1865-1921). Portrait en actes

Programme du colloque Albert Claveille (1865-1921). Portrait en actes. A Bergerac, les 18-19 septembre 2015

VENDREDI 18 SEPTEMBRE 2015

14h-14h30 : Ouverture du colloque

Daniel Garrigue, maire de Bergerac

Pascal Griset, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne et directeur de l’Institut des sciences de la communication (CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC)
Le LabEx EHNE et l’Encyclopédie pour une Histoire Nouvelle de l’Europe

Léonard Laborie, chargé de recherche au CNRS (UMR Irice / CRHI)
Introduction

14h30-16h15 : Séance 1 – Une carrière hors gabarit : du conducteur au directeur des Chemins de fer de l’État

Président de séance : Mathieu Flonneau, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université

Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMR Irice / CRHI)

Hélène Vacher, professeur en histoire et culture architecturale à l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy, directrice du Laboratoire d’histoire d’architecture contemporaine
Claveille et le mouvement des conducteurs et ingénieurs des Ponts

Yves Bouvier, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne (UMR Irice / CRHI)
Claveille, un conte de fée électricité

Georges Ribeill, directeur de recherche émérite, École des Ponts ParisTech
Claveille, directeur des chemins de fer de l’État

16h15-16h45 : Pause

16h45-18h30 : Séance 2 – Des réformes marquantes : les transports comme chantier social et politique

Présidente de séance : Michèle Merger, CNRS, présidente du Comité scientifique de Rails et Histoire

Julie Maurice, doctorante à l’École nationale des Chartes et à l’université Paris-Sorbonne / SNCF

Genèse du statut commun des cheminots de 1920

Bruno Marnot, professeur d’histoire contemporaine à l’université de La Rochelle (CRHIA)
Albert Claveille et la création des ports autonomes

Léonard Laborie, chargé de recherche au CNRS (UMR Irice / CRHI)
Reconstruire l’Europe : le dernier chantier d’Albert Claveille

21h-23h Projection

La Cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre, documentaire (2013), avec Laurent Véray, réalisateur et professeur d’études cinématographiques à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3

SAMEDI 19 SEPTEMBRE 2015

9h30-11h30 : Séance 3 – Responsabilités politiques : du gouvernement à la mairie de Mouleydier

Présidente de séance : Christine Bouneau, professeur d’histoire contemporaine à l’université Bordeaux Montaigne
Pierre Chancerel, conservateur du patrimoine à l’Institut national du Patrimoine
Claveille gouvernant

Hadrien Perrot, étudiant à l’université Bordeaux Montaigne
Claveille et la poudrerie de Bergerac

Romain Gustiaux, doctorant à l’université Paris Est Marne-la-Vallée (EA ACP)
Albert Claveille, un technocrate de la République ?

Bernard Lachaise, professeur d’histoire contemporaine à l’université Bordeaux Montaigne
Albert Claveille en Dordogne : histoire et mémoire

11h30-12h : Conclusions

Christophe Bouneau, professeur d’histoire contemporaine à l’université Bordeaux Montaigne

Adresse : Cloître des Récollets, place Cayla, 24100 Bergerac
L’accès au colloque est libre. Pour tout renseignement : leonard.laborie@gmail.com

Programme Albert Claveille

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Journée historiographique du LabEx EHNE. De la civilisation matérielle aux flux européens : énergie, mobilité, communication (axe 1)

JourHistorio01La première journée historiographique du LabEx EHNE, « De la civilisation matérielle aux flux européens : énergie, mobilité, communication (axe 1) » aura lieu le vendredi 12 décembre 2014 de 9h30 à 17h, à l’ISCC (Institut des sciences de la communication, 20 rue Berbier-du-Mets), dans la salle de conférence. Cette première journée est une belle occasion de découvrir les travaux de l’axe 1 (l’Europe comme produit de la civilisation matérielle: l’Europe en flux). Elle sera suivie d’autres journées du même type, organisées par les membres des autres axes du LabEx EHNE. Télécharger le programme au format PDF.

Programme

9h30 – Introduction. De l’histoire des techniques à l’histoire de l’innovation Pascal Griset, Université Paris-Sorbonne/ISCC 10h – L’historiographie du commerce international en Europe au 18e siècle Pierrick Pourchasse, Université de Bretagne occidentale Introduction par Reynald Abad, Université Paris-Sorbonne 11h – The futures of mobility history Gijs Mom, Technische Universiteit Eindhoven Introduction par Mathieu Flonneau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12h – Power to the People, Energy in Europe over the last five centuries Astrid Kander, Lunds Universitet Introduction par Alain Beltran, CNRS 14h30 – Technologies de communications et histoire des médias : esquisse historiographique d’un champ interdisciplinaire Andreas Fickers, Université du Luxembourg Introduction par Léonard Laborie, CNRS 15h30 – Writing the Rules for Europe. The origins and impact of technocratic Internationalism Johan Schot, University of Sussex, Director of Science Policy Research Unit Introduction par Éric Bussière, Université Paris-Sorbonne, directeur du LabEx EHNE 16h30 – Conclusion Olivier Coutard, CNRS, directeur du Laboratoire techniques, territoires et sociétés (Latts)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Programme du colloque international FGTIC: Femmes, genre et technologies de l’information et de la communication (Europe, XIXe-XXIe siècles)

fgticParis, 15-16 mai 2014
Institut des sciences de la communication du CNRS
20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris
entrée libre sur inscription avant le 10 mai à fgtic@iscc.cnrs.fr

15 mai 2014

9.30-17.30

Matin

9.30 Ouverture

  • Eric Bussière, Professeur titulaire de la chaire Jean Monnet d’Histoire de la construction européenne à l’Université de Paris-Sorbonne, Directeur de l’UMR IRICE (Paris I, Paris IV, CNRS), Directeur du LabEx EHNE
  • Fabrice Virgili, Directeur de recherche au CNRS (IRICE, CNRS, LabEx EHNE), responsable de l’Axe « Genre et Europe » du Laboratoire d’excellence EHNE

10.00-10.55 Du télégraphe au téléphone

Présidence : Jean-Claude Ruano-Borbalan, Directeur du laboratoire HT2S-CNAM, Professeur (CNAM)

  • Telegraphy and the « New Woman » in late 19th Century Europe – Simone Müller-Pohl, University of Freiburg
  • L’affaire Sylviac (1904-1906) ou Jeanne d’Arc contre les demoiselles du téléphone – Dominique Pinsolle, Université Bordeaux-Montaigne

Pause

11.10-12.30 De la radio aux réseaux

Présidence : Cécile Méadel, Professeure à Mines ParisTech, Centre de sociologie de l’innovation

  • Mary Agnes Hamilton, femme de lettres, journaliste et députée à l’âge d’or de la radiodiffusion et du suffrage des femmes – Audrey Vedel Bonnéry, Université Charles de Gaulle – Lille 3
  • Les femmes et l’arrivée du petit écran dans les foyers – Claire Blandin, Université Paris Est Créteil Val de Marne, UPEC-CRHEC (EA4392)
  • « Il a free, il a tout compris ? ». La mise en scène médiatique des usages des NTIC – Justine Marillonnet, Institut de la Communication de l’Université Lumière Lyon 2

12.30 – 14.00 Déjeuner libre

Après-midi

14.00-15.20 Figures de pionnières

Présidence : Frédéric Clavert, Ingénieur de recherche, LabEx EHNE

  • Femmes expertes en langage d’indexation en Europe (XIXème -XXème siècles): Suzanne Briet, Marie Moliner, Karen Spark Jones – Sylvie Fayet-Scribe, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Hedy Lamarr – pioneer of modern wireless communication systems – Nicola Hille, University of Stuttgart
  • Heureusement qu’il y avait Yoko Tsuno – Sylvie Allouche, Université de Technologie de Troyes, CREIDD.

Pause

15.40-17.00 Dans un monde binaire

Présidence : Christophe Lécuyer, professeur d’histoire des sciences et des techniques à l’Université Pierre et Marie Curie et senior research fellow au Charles Babbage Institute à l’Université du Minnesota.

  • From computing girls to data processors: Women computers in the Rothamsted Statistics Department – Giuditta Parolini, Berlin Center for the History of Knowledge and Technische Universität Berlin
  • Programmation informatique et genre en Europe : émergence et sexuation d’un métier entre 1960 et 1990 – Chantal Morley, Institut Mines-Télécom, Télécom École de Management, LITEM & Martina McDonnell, Institut Mines-Télécom,Télécom École de Management, LITEM
  • Les nouvelles technologies au service de l’internationalisme féministe post-guerre froide: « NEWW On-Line Project » – Ioana Cîrstocea, CNRS, UMR 7363 SAGE Strasbourg

17.00-17.30

  • Femmes et médias, le regard de Médiamétrie – Philippe Tassi, Directeur Général Adjoint de Médiamétrie & Charles Juster, Directeur de la Communication de Médiamétrie

16 mai 2014

9.30-18.00

Matin

9.30-10.20 Carrières et professionnalisation

Présidence : Gerard Alberts, Universiteit van Amsterdam

  • Breaking the « Glass Slipper »: Lessons from the Historical Evolution of Occupational Identity in ICT and Commercial Aviation Contexts – Karen Lee Ashcraft, Department of Communication, University of Colorado Boulder & Catherine Ashcraft, National Center for Women & IT, University of Colorado Boulder
  • Un âge d’or révolu ? Carrières féminines dans l’informatique en France (1955-1980) – Pierre Mounier-Kuhn, CNRS & Université Paris-Sorbonne, Centre Alexandre Koyré

Pause

10.35-12.30 Table ronde Femmes chercheuses en informatique

Animée par Benjamin Thierry, Irice-CRHI, Paris-Sorbonne, ISCC

12.30-14.00 Déjeuner libre

Après-midi

14.00-15.20 Des outils et espaces de revendication

Présidence : Delphine Gardey, Directrice de l’Institut des Etudes Genre, Faculté des Sciences de la Société, Université de Genève

  • Airing the differences: women in the Spanish free radio movement (1976-2014). – José Emilio Pérez Martínez, Department of Contemporary History, Universidad Complutense de Madrid
  • « Que reste-t-il de Donna Haraway ? Cyborg, féminisme et anthropocentrisme » – Pierre Lénel, LISE (CNRS, CNAM)
  • Les TIC : outils de résistance féministe ou miroir déformant ? – Karine Bergès, Université de Cergy-Pontoise

Pause

15.40-17.15 Approches générationnelles

Présidence : Alec Badenoch, Department of Media and Culture Studies, Utrecht University

  • Sexuation des pratiques numériques des seniors et expression de son identité de genre – Hélène Bourdeloie, Université Paris 13, LabSIC & Costech – UTC
  • La mise en scène genrée des usages des TIC : une comparaison entre la presse « jeune » allemande et la française (1994-2014) – Marion Dalibert & Simona De Iulio, Université de Lille3, Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (GERiiCO)
  • Des adolescent-e-s et des jeux vidéo. Quels héros, quelles héroïnes, pour les unes, pour les uns? – Fanny Lignon, Université Lyon 1 – ESPE, Laboratoire THALIM/ARIAS (CNRS/Paris 3/ENS)
  • Les « blogs de filles » : espaces d’appropriation et de contestation du genre – Alexie Geers, Lhivic (Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine) – EHESS

17.15 Clôture

  • Anne Pépin, Directrice de la mission pour la place des femmes au CNRS
  • Ruth Oldenziel, Eindhoven University of Technology, Senior Fellow at the Rachel Carson Center, Munich

Ce colloque est organisé par le LabEx EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), Axes 1 et 6, en partenariat avec l’Institut des sciences de la communication du CNRS et avec le soutien du laboratoire LISE (CNAM/CNRS).

Comité d’organisation

  • Delphine Diaz (IRICE, Université Paris-Sorbonne, LabEx EHNE)
  • Valérie Schafer (ISCC, CNRS)
  • Régis Schlagdenhauffen (LISE, CNAM/CNRS, LabEx EHNE)
  • Benjamin Thierry (IRICE, Université Paris-Sorbonne)

Comité scientifique

  • Gerard Alberts (Universiteit van Amsterdam)
  • Alec Badenoch (Department of Media and Cultural Studies, Utrecht University)
  • Isabelle Berrebi-Hoffmann (LISE, CNAM/CNRS)
  • Niels Brügger (The Centre for Internet Studies, Aarhus University)
  • Frédéric Clavert (Université Paris-Sorbonne, IRICE, LabEx EHNE)
  • Delphine Gardey (Faculté des Sciences de la Société, Université de Genève)
  • Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne, CRHI-IRICE/ISCC, LabEx EHNE)
  • Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IUF)
  • Christophe Lécuyer (Université Pierre et Marie Curie)
  • Ilana Löwy (Cermes, CNRS, EHESS, Inserm, Paris 5)
  • Cécile Méadel (CSI, MINES Paris Tech)
  • Ruth Oldenziel (Eindhoven University of Technology, Senior Fellow at the Rachel Carson Center, Munich)
  • Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, CNAM)
  • Fabrice Virgili (IRICE, CNRS, LabEx EHNE)

Secrétariat scientifique

  • Arielle Haakenstad (Université Paris-Sorbonne, IRICE/ISCC, LabEx EHNE)

Pour tout renseignement:

fgtic@iscc.cnrs.fr

 

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail