Chaire d’excellence : Alessandra Tarquini

Invitée par l’axe 2 pour le 1er trimestre de l’année 2017-2018, elle participe au séminaire coordonné par Olivier Dard et Didier Musiedlak : Écrire une histoire transnationale du fascisme : enjeux et débats.

Programme du séminaire : séminaire fascisme

Biographie :

Elève de Renzo de Felice, elle a également étudié avec Emilio Gentile et Gaetano Calabro, et a été boursière de l’Institut italien pour les recherches historiques. Elle est professeur associé d’histoire contemporaine à l’Université La Sapienza. Spécialiste de la culture et de la politique italienne du Axe siècle, elle a publié des monographies et de nombreux articles, comme Il partito socialista fra guerra fredda e « questione ebraica »: sionismo, antisemitismo e conflitto arabo-israeliano nella stampa socialista, dalla nascita della Repubblica alla fine degli anni sessanta, in Ebraismo, sionismo e antisemitismo nella stampa socialista italiana dalla fine dell’Ottocento agli anni Sessanta, a cura di Mario Toscano,Venezia, Marsilio, 2007, pp. 161-232 et plusieurs articles du Dizionario biografico degli italiani.

Elle a publié la correspondance Croce-Tilgher (Bologne, Il Mulino, 2004), et Gentile-Prezzolini Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 2006). Elle a collaboré également à diverses émissions de la RAI, et à plusieurs programmes de radio.

Biographie complète

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Recrutement : chercheur postdoctorant, Histoire, développement et institutionnalisation de l’espace Schengen

TITRE DU PROJET : Histoire, développement et institutionnalisation de l’espace Schengen
Thème de recherche : Histoire – droit – Europe – migrations – libre circulation
Lieu de travail : Institut d’études européennes et globales Alliance Europa, MSH Ange Guépin, Nantes
Unité(s) de recherche : CRHIA (EA 1163)
Département(s) de Recherche UBL de rattachement : OST
Responsable(s) scientifique(s) du projet : Michel Catala, Yves Pascouau
Type d’offre : chercheur contractuel (CDD 12 mois, renouvelable éventuellement une fois)
Etablissement employeur : Université de Nantes
Date limite de candidature : 30/09/2017
Date prévisionnelle de prise de poste : 1/11/2017

Environnement

Avec 38.000 étudiants dont 3.900 étrangers, 3.750 personnels, (dont 50% dédié à la recherche), l’Université de Nantes n’a cessé d’aller de l’avant. Dans les 50 dernières années, l’université de Nantes a porté la formation et la recherche au meilleur niveau. Face aux enjeux d’aujourd’hui, elle continue à se réinventer. Ce nouveau modèle place l’étudiant au centre de ses préoccupations et l’être humain au cœur de ses ambitions. Basée à Nantes, une ville reconnue pour son dynamisme culturel et économique et sa qualité de vie, l’Université dispose de deux autres campus à Saint Nazaire et la Roche Sur Yon.

Le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) est un laboratoire qui rassemble 50 enseignants-chercheurs et 90 doctorants en histoire ancienne, histoire médiévale, histoire moderne, histoire contemporaine, lettres et langues, autour d’une thématique commune : « Du monde à l’Atlantique, de l’Atlantique au monde : modalités, espaces et acteurs des échanges internationaux de l’Antiquité à nos jours ». Le CRHIA pilote l’axe 4 du LabEx EHNE, Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe, intitulé « L’Europe, les Européens et le monde », qui s’attache tout particulièrement à l’étude des circulations et des migrations entre l’Europe, ses périphéries et le reste du monde.

Le CRHIA est membre du GIS Institut d’études Européennes et globales Alliance Europa, dont l’objet est d’étudier les crises de l’Europe confrontée à une mondialisation qui, dans les tous les secteurs, semble de jour en jour la marginaliser un peu plus et lui imposer des bouleversements structurels souvent mal compris de sociétés fragilisées.

L’objectif est de repenser les conditions de l’intégration européenne dans les cadres du processus de mondialisation mais aussi d’évaluer l’impact de la globalisation sur les manières d’agir, de penser, de faire société en Europe. La Chaire Schengen, à laquelle est rattachée le post-doctorant, est l’une des chaires de l’Institut.

Mission (projet scientifique)

L’Institut d’études européennes et globales, le CRHIA et le LabEx EHNE lancent un programme de recherche sur l’histoire de l’espace Schengen dans le cadre de la création d’une chaire placée sous la responsabilité de Michel Catala, professeur d’histoire contemporaine et directeur d’Alliance Europa, et d’Yves Pascouau, docteur en droit européen et chercheur associé à l’Université de Nantes. Le post-doctorant s’intègrera dans cette équipe.

L’histoire de l’espace Schengen, des origines précédant la signature du traité en 1985 jusqu’à son incorporation dans le Traité d’Amsterdam de 1997, reste mal connu. Il s’agit d’écrire une histoire nouvelle de la libre circulation en Europe, de ses acteurs, des résistances qu’elle doit surmonter, des processus d’institutionnalisation qu’elle génère, des conséquences sur les législations et les pratiques des Etats membres, tant sur l’ouverture des frontières intérieures que sur le contrôle des frontières extérieures. La recherche tentera de mettre à jour et de comprendre les dynamiques qui ont animé le projet Schengen, ses forces et ses faiblesses, les difficultés et oppositions qui l’ont accompagné ainsi que le jeu des acteurs qui l’ont porté ou l’ont au contraire ralenti.

Le post-doctorant devra réaliser des recherches documentaires dans les archives allemandes, françaises et européennes et participer à des publications collectives. Il participera également à l’animation de séminaires ou journée d’études.

Profil recherché

Docteur en histoire contemporaine, avec au maximum 3 ans d’expérience après l’obtention de son doctorat3 , disposant d’une expérience de recherche à l’international (durant ou après son doctorat), n’ayant pas soutenu sa thèse au sein de l’établissement de recrutement et n’ayant pas déjà travaillé dans l’unité de recherche d’accueil.

Maitrise de l’anglais et de l’allemand indispensable (capacité à s’exprimer et à rédiger en français pour les candidats étrangers)

Autonomie, rigueur, capacité à travailler en équipe

Dossier de candidature

Pour candidater à cette offre, veuillez transmettre les éléments suivants à : labexehne4@univ-nantes.fr (copie à crhia@univ-nantes.fr et recherche@u-bretagneloire.fr)

 Un CV et une lettre de motivation qui aborde notamment votre projet professionnel
 Une liste de vos principaux travaux réalisés (2 pages max.) : publications scientifiques, brevets et autres productions scientifiques
 Le rapport du jury de thèse
 D’éventuelles lettres de recommandations
 Une copie de votre diplôme de doctorat

Les dossiers seront examinés par un comité de sélection qui procédera à des auditions en octobre 2017.

Vous trouverez la description du processus général de sélection sur la page suivante : https://ubretagneloire.fr/dossiers/postdoc/candidatures

Dossier à télécharger : RecrutementPostDoc Schengen CRHIA_UBL
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Appel à contribution : La France et la dénazification de l’Allemagne après 1945

Colloque international organisé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, l’Institut historique allemand de Paris, l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine ENS Paris et le Labex EHNE (Ecrire une Histoire nouvelle de l’Europe) en coopération avec le Musée des Alliés à Berlin et la Fondation Maison du chancelier Adenauer Rhöndorf

22–23 mars 2018
Lieux :
Institut historique allemand de Paris
Centre des Archives diplomatiques de La Courneuve

Argumentaire

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et à la suite des accords de Potsdam (juillet–août 1945), les Alliés mettent en œuvre, dans leur zone d’occupation respective en Allemagne et en Autriche, une politique de « dénazification » destinée d’une part à sanctionner les nazis et d’autre part à démocratiser la société allemande. Dans ce cadre, une épuration est menée, qui comprend plusieurs dimensions (judiciaire, administrative, professionnelle). Cette épuration est complexe à appréhender, car elle a été dirigée de manière différente par les Alliés malgré leur accord initial à Potsdam et l’expérience commune du procès de Nuremberg (1945/46). Même à l’Ouest, en dépit d’une tendance grandissante à l’homogénéisation des pratiques épuratoires, notamment dans l’association des Allemands eux-mêmes à l’entreprise, la dénazification ne fut jamais uniforme selon les régions et les secteurs professionnels.

Certes l’ambition de la dénazification est immense, puisqu’il s’agit non seulement de sanctionner au plan pénal les criminels nazis, mais aussi de neutraliser les élites fonctionnelles ayant servi la dictature de Hitler et, au-delà, d’évaluer la compromission politique de plus de 8,5 millions d’Allemands ayant appartenu NSDAP, tout en accompagnant le retour à la démocratie par une pédagogie destinée au plus grand nombre. La dénazification comme épuration administrative est pourtant brève, puisqu’elle est déclarée officiellement achevée dès 1948, bien que certaines procédures se poursuivent dans les faits à l’Ouest jusqu’au seuil des années 1950 et qu’un contentieux se déploie à plus long terme en République fédéral d’Allemagne. Avec le recul, si l’épuration a parfois été jugée bien trop limitée à l’Ouest, la démocratisation apparaît en revanche un acquis durable de l’après-1945. Dès lors, tirer le bilan de la dénazification appelle un jugement nuancé. De plus, il reste encore pour les historiens de nombreux champs à explorer.

Au plan historiographique, le volet épuratoire de la dénazification (judiciaire et administratif) a en effet fait l’objet de monographies régionales ou par zone d’occupation de grande qualité, notamment dans les années 1980 et 1990. Quelques études comparatives ont été publiées. Mais force est de constater qu’il manque encore aujourd’hui une véritable synthèse sur la dénazification menée en zone d’occupation française (ZOF). De plus, le croisement avec l’étude de l’épuration des collaborateurs en France a été rarement tenté.

L’ouverture sans restriction des archives françaises relatives à la Seconde Guerre mondiale et à ses suites (arrêté du Premier Ministre du 24 décembre 2015), les efforts des services d’archives concernés pour faciliter l’accès aux fonds émanés de l’administration de la ZOF (plus de 250 000 dossiers de dénazification indexés) ouvrent aujourd’hui de nouvelles perspectives à la recherche.

Ce colloque aura pour objectifs de dresser un bilan historiographique sur le sujet, de présenter les sources disponibles, inédites ou méconnues, en France et en Allemagne, et de dégager de nouveaux axes de recherches. Un regard croisé avec la contribution d’archivistes des Länder permettra de dresser ce panorama. On s’en tiendra à analyser les processus de dénazification dans la seule ZOF, tout en adoptant une démarche comparative (sources britanniques, américaines et russes) afin d’en mettre en lumière les éventuelles spécificités.

Les communications pourront aborder, sur un plan général, les règles juridiques et le fonctionnement des juridictions et de la bureaucratie chargées de la dénazification. Pourront être présentées des études de cas individuels, fondées non seulement sur des croisements de témoignages, mais surtout sur les dossiers d’archives nominatifs susceptibles d’éclairer la politique de dénazification des Français avant que les comités d’épuration composés d’Allemands ne prennent le relai dans la nouvelle Allemagne. Au-delà des cas individuels, il s’agira de s’interroger sur le fonctionnement et le recrutement des administrations allemandes après-guerre permettant de nourrir une histoire sociale de la démocratie ouest-allemande en train de se construire.

La dénazification en Allemagne de l’ouest et en Allemagne de l’est, qui a concerné toute la société, a été en effet particulièrement appliquée à l’administration, entrainant l’éviction et ensuite la réintégration d’un certain nombre de fonctionnaires dont on avait besoin pour reconstruire le pays et dont les droits furent précocement garantis en République fédérale d’Allemagne. Le colloque sera aussi l’occasion d’organiser pour le public français une présentation des enquêtes actuellement menées en Allemagne par différentes commissions nommées au sein des ministères par le gouvernement de la RFA pour étudier les réalités de l’épuration administrative et les conditions de la transition démocratique après le nazisme. Par ailleurs, il pourrait être pertinent de mettre en perspective les deux mouvements d’épuration, en France et en Allemagne, à l’occasion d’une table ronde.

Enfin, ce projet de colloque se situe dans le prolongement d’une exposition intitulée « Who was a Nazi ? – la dénazification après 1945 en Allemagne », présentée au musée des Alliés à Berlin en 2015-2016. Il évoquera donc également la question de la transmission et de la perception du processus de dénazification par le public allemand. Comité scientifique : Sébastien Chauffour (Archives diplomatiques de la Courneuve), Corine Defrance (CNRS, Labex EHNE), Stefan Martens (Institut historique allemand), Hélène Miard-Delacroix (ParisSorbonne, Labex EHNE), Isabelle Nathan (Archives diplomatiques de la Courneuve), MarieBénédicte Vincent (Ecole normale supérieure, Institut d’histoire moderne et contemporaine)

Langues : français, allemand, anglais

Les propositions qui doivent comporter un titre et un résumé en 1500 signes de l’intervention, avec nom, titre, affiliation institutionnelle et travaux en cours de l’auteur.

Ils sont à adresser jusqu’au 30 septembre 2017 à : colloque-international@dhi-paris.fr

Appel à contribution à télécharger (en français) : Colloque dénazification de la ZOF
Appel à contribution à télécharger (en allemand) : Internationales Kolloquium Entnazifizierung
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Appel à candidature : contrat doctoral LabEx EHNE Axe 4, L’Europe, les européens et le monde

Dans le cadre LabEx EHNE (axe 4 « L’Europe, les Européens et le monde ») et de l’Institut d’études européennes et globales Alliance Europa, le CRHIA recrute un(e) doctorant(e) sur l’histoire contemporaine de l’Europe depuis 1945 jusqu’à nos jours.

Les sujets proposés doivent s’intégrer dans les projets scientifiques de l’axe 4 du LabEx ENHE et du projet CITER. L’ouverture pluridisciplinaire (notamment droit, science politique, civilisations) et la dimension comparative et plurinationale seront très appréciées.

Compétences et qualifications :

Bonne pratique de l’anglais souhaitable et/ ou d’une autre LV. Maîtrise du français pour un candidat étranger.
Esprit d’initiative et capacité à s’intégrer dans un programme collectif. Rigueur et autonomie.

Le doctorant devra participer aux activités du LabEx EHNE et d’Alliance Europa. Possibilité d’un contrat d’activités complémentaires pour la valorisation des deux projets, notamment en direction de l’enseignement secondaire.

Candidature :

  • CV
  • lettre de motivation
  • présentation du sujet de thèse (4 pages maximum)
  • relevé de notes de master 1 et 2 (avec notes des mémoires et rang de classement en master 2)
  • lettre de soutien du directeur de recherches en M2

Les candidatures sont à envoyer avant le 10/07/2017 dernier délai à : crhia@univ-nantes.fr

Appel à télécharger : AAC CD LabEx EHNE-Alliance Europa
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Podcasts séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation

Retrouvez quelques séances passées du séminaire « Histoire des sciences, histoire de l’innovation circulations, communications et civilisations matérielles en Europe (XVIIIe – XXIe s.) », organisé par l’Université Paris Sorbonne, l’UPMC et le LabEx EHNE :

13 octobre 2016 / Résumé et audio
Hugues Marchal, Universität Basel, « L’innovation dans la poésie scientifique du XIXe siècle »

23 février 2017 / Résumé et audio
Hartmut Rosa, Friedrich-Schiller-Universität Jena, “Setting the world in motion and making it available : Why modernity’s mode of dynamic stabilization causes alienation and desynchronization”

4 mai 2017 / Résumé et audio
Lino Camprubi, Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, “Underwater Surveillance and the Modern Mediterranean”

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Appel à communication : European stakeholders during the Revolutions of 1848

International colloquium 

Paris — May 2018

After the colloquium held for the 150-year anniversary of 1848 and its famous Revolutions, organized by the French « Société de 1848 » and which was a historiographic landmark, it seemed important, twenty years later, to shed a new light on this major event of the Nineteenth Century.

Firstly, we ought to answer to Maurice Agulhon’s repeated wish to know more about the stakeholders, insofar as the Dictionary of the French political leaders of 1848 written by the Nineteenth Century History Study Centre (« Centre d’histoire du XIXe siècle ») of Paris-Sorbonne and Paris-Panthéon Sorbonne universities, published with Agulhon’s support, is a new step in the thorough study of this period.

Secondly, we shall widen our field of study to encompass the whole of the 1848 Revolutions. The Nineteenth Century History Study Centre, the EHNE Excellence Laboratory (« LabEx ») whose main purpose is to write a new story of Europe, the « Société de 1948 et des révolutions du XIXe siècle », the Comity of Parliamentary and Political History (« Comité d’histoire parlementaire et politique ») and the Intercollegiate Cultural History Centre of Padua (« Centre interuniversitaire d’histoire culturelle de Padoue »), all fostered by the French « Conseil d’État », have worked together to organize this event, which will take place in Paris in May 2018. The main question will be the following: What  does it mean to be a stakeholder in the Revolutions of 1848? We will lean upon the notion of protagonist as defined by Haïm Burstin regarding the 1789 French Revolution, while paying close attention to the effects of stances in the geographic, linguistic and social fields.

To this end, an international open call for contributions is launched regarding the eight following themes. Whether the approach be specifically historical or rather multidisciplinary, whether or not it should use the prosopographic method, as a whole or partially, the statements will focus on one or several groups of stakeholders rather than on individuals. The circulation of stakeholders as well as the flow of ideas will be taken into account, just like the colonial dimension will be.

 

1) The new rulers and their entourage (ministers, cabinets, national leading elites…)

2) The parliamentarians (candidates, sociographic study of the elected representatives, including in a diachronic and / or synchronic comparative dimension, working in board, committee and session)

3) Stakeholders at the boundary of national and local matters (on the one hand, provincial, departmental, municipal elected representatives, stakeholders in peripheral, cut off areas; on the other hand, mediation of central authorities, prefects, government auditors and sub-auditors, magistrates, military men with territorial responsibilities, chancellors, teachers…)

4) International travellers: revolutionaries, utopists, outcasts (experiences abroad, circulation of models, transnational movements of brotherhood…)

5) Insurgents and forces of law and order: profiles, operational modes, representations

6) Social and gender stakeholders (bosses, labourers, women, members of clubs, members of charitable organizations…)

7) Spiritual and cultural mediators (national and local prides, priests of all ranks, members of the Freemasonry, writers, publicists, engineers, agronomists…)

8) 1848 stakeholders after 1848 (experience, public image…)

 

A conclusive round table will enable participants to draw up the most common profiles of European stakeholders in the Revolutions of 1848 and will strive to answer the main question of  the colloquium.

 

One-page long summarized proposals should be sent to the following email address crhxixe@univ-paris1.fr before September 15, 2017. Communicating languages will be French and English.

 

Scientific committee

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Sylvie Aprile (Paris-Nanterre), Fabrice Bensimon (Paris-Sorbonne), Francesco Bonini (Rome Lumsa), Jacques-Olivier Boudon (Paris-Sorbonne), Philippe Boutry (Paris-Panthéon-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Jean-Claude Caron (Blaise-Pascal Clermont-Ferrand), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Emmanuel Fureix (Paris-Est Créteil), Jean Garrigues (Orléans), Maurizio Gribaudi (EHESS), Louis Hincker (Valenciennes), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Raymond Huard (Paul-Valéry Montpellier III), Dominique Kalifa (Paris-Panthéon-Sorbonne), Axel Korner (UCL), Jacqueline Lalouette (Paris 13), Jean-Noël Luc (Paris-Sorbonne), Peter Mc Phee (Melbourne), John Merriman (Yale), Silvia Marton (Bucarest), Sylvain Milbach (Savoie Mont-Blanc), Natalie Petiteau (Avignon), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne), Carlotta Sorba (Padoue), Jonathan Sperber (Missouri)

 

Organizational committee 

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Pierre-Marie Delpu (Paris-Panthéon-Sorbonne), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Sébastien Hallade (Paris-Sorbonne), Louis Hincker (Blaise Pascal Clermont-Ferrand), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Recrutement postdoc axe 2 LabEx EHNE : L’Europe dans une épistémologie du politique

Dans le cadre du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE), le Centre d’histoire du XIXe s. recrute un-e post-doctorant-e qui sera chargé-e de l’animation de l’axe 2 intitulé « L’Europe dans une épistémologie du politique »

Date limite de candidature : le 18 juin 2017
Renseignements et candidatures (à envoyer au format PDF à) : osibre@gmail.com Objet : candidature-postdoc- Axe2-EHNE
Présélection : au plus tard le 20 juin 2017
Auditions : Fin juin 2017
Prise de poste : le 1er septembre 2017
Renseignements : osibre@gmail.com
Structure : Centre d’histoire du XIXe s. (Paris-Sorbonne et Paris-Panthéon-Sorbonne) http://crhxix.univ-paris1.fr
Unité : EA 3550
Localisation géographique : Paris
Poste : CDD de post-doctorant à temps complet à compter du 01/09/2017
Durée : 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans au maximum
Rémunération : Salaire mensuel net : env. 1 900 €
Financement : LabEx EHNE – Investissements d’Avenir
Responsables scientifiques : Olivier Dard et Eric Anceau

Description du poste

Le ou la post-doctorant-e sera chargé-e de l’animation de l’axe 2 du projet. Ses fonctions principales seront :

  • Assurer un suivi scientifique et une coordination administrative des travaux de l’axe 2 du LabEx EHNE en lien avec les activités générales du LabEx EHNE.
  • Participer notamment à l’organisation des manifestations scientifiques et au comité de pilotage de l’axe 2 ainsi qu’aux différentes publications dans lesquelles l’axe est impliqué.
  • Assurer le suivi des groupes de travail, la diffusion des activités et la coordination de la participation de l’axe 2 à la réalisation de l’encyclopédie en ligne du LabEx EHNE.
  • S’impliquer dans le travail scientifique de l’axe 2.

Conditions de résidence et d’exercice

  • Il/elle devra impérativement résider à Paris ou dans sa région pour animer les travaux de l’axe et s’y consacrer à temps plein. Un bureau partagé dans les locaux de l’Université sera mis à sa disposition.
  • Possibilité de déplacements à l’étranger et en région.

Compétences requises

  • Bonne maîtrise du français et de l’anglais (avec capacités rédactionnelles). Connaissance d’une troisième langue souhaitée.
  • Esprit d’initiative et capacité à s’intégrer dans un programme collectif.
  • Rigueur, autonomie et capacités d’organisation.
  • Capacité de coordination des travaux d’une équipe.
  • Maîtrise des outils informatiques (WORD, EXCEL, Dropbox, Googledrive, Carnet de recherche Hypothèses…)

Qualifications requises

  • Doctorat en histoire contemporaine (ou moderne) en rapport avec la thématique au sens large de l’axe 2 du LabEx EHNE.
  • Avoir soutenu sa thèse depuis moins de 5 ans

Dossier de candidature

  • CV avec la liste des publications
  • Lettre de motivation
  • Rapport de soutenance de thèse

Présentation du projet

Le Labex EHNE, financé dans la 2e vague des Investissements d’Avenir, a pour objectif principal d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en reconstruisant une historiographie nouvelle de l’Europe qui s’adresse tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens et aux politiques.

Le projet réunit sept laboratoires partenaires issus de quatre établissements (Paris- Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nantes, École des Chartes).
Sept axes de recherches ont été définis pour atteindre cet objectif :

  1. L’Europe comme produit de la civilisation matérielle
  2. L’Europe dans une épistémologie du politique
  3. L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi », entre affirmation et crises identitaires
  4. L’Europe comme « hors soi » : frontières, voisinage et altérité lointaine
  5. L’Europe des guerres et des traces de guerre
  6. Genre et Europe
  7. Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen

L’axe 2 se démarque d’une histoire politique comprise dans le champ d’une histoire des idées politiques classiques, ou qui se limiterait à une analyse des acteurs et des enjeux institutionnels. Il interroge les concepts, les modèles, les pratiques, les acteurs, de manière croisée, et non exclusive, en s’attachant à dépasser les fractures chronologiques habituelles, en s’appuyant notamment sur les réseaux, les transferts et une dimension systématiquement comparative à l’échelle européenne.

Le travail de l’axe 2 a donc pour objectif de fournir une approche multiscalaire, transnationale, et plurithématique, ouverte à d’autres approches disciplinaires : droit, science politique, sociologie, anthropologie, germanistique etc. pour éclaircir en particulier certains concepts qui ont cours sur la citoyenneté ou l’espace public européen.

L’objectif du LabEx EHNE et de son axe 2 est de parvenir à la réalisation de nouveaux outils en histoire européenne :

  • Une encyclopédie analytique en ligne et la mise en ligne de documents (www.ehne.fr).
  • 14 ouvrages, 2 par axes, dont l’un à mi-parcours chez Nouveau Monde.
  • Une synthèse finale sous forme d’ouvrage collectif.
  • Ateliers, journées d’étude et colloques pour préparer ces publications.
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Recrutement post-doc Axe 3 LabEx EHNE : Humanisme européen

Dans le cadre du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE), le Centre Roland Mousnier – UMR 8596 (Université Paris-Sorbonne) recrute un-e post-doctorant-e qui sera chargé-e de l’animation de l’axe 3 intitulé « L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi » entre affirmation et crises identitaires ».

Date limite de candidature : 14 juin 2017

Renseignements et candidatures (à envoyer au format PDF à) : humanisme.ehne@gmail.com
Objet : candidature-postdoc – Axe3 – EHNE

Dossier de candidature :

– CV avec la liste des publications
– Lettre de motivation
– Rapport de soutenance de thèse
– Auditions : 26 juin 2017

Prise de poste : 1er septembre 2017
Structure : Université Paris-Sorbonne.
Unité accueillante : Centre Roland Mousnier, UMR 8596.
Localisation géographique : Paris
Poste : CDD de post-doctorant à temps complet à compter du 01/09/2017
Durée : 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans au maximum
Salaire mensuel net : env. 1 900 €
Financement : LabEx EHNE – Investissements d’Avenir
Directeur scientifique de l’axe 3 : Denis Crouzet

Description du poste

Le ou la post-doctorant-e sera chargé-e de l’animation de l’axe 3 du projet.
Ses fonctions principales seront :
– Assurer un suivi scientifique et une coordination administrative des travaux de l’axe 3 du LabEx EHNE en lien avec les activités générales du LabEx EHNE.
– Participer notamment à l’organisation des manifestations scientifiques et au comité de pilotage de l’axe 3 ainsi qu’aux différentes publications dans lesquelles l’axe est impliqué.
– Assurer le suivi des groupes de travail, la diffusion des activités et la coordination de la participation de l’axe 3 à la réalisation de l’encyclopédie en ligne du LabEx EHNE.
– S’impliquer dans le travail scientifique de l’axe 3.

Conditions de résidence et d’exercice

– Il/elle devra impérativement résider à Paris ou dans sa région pour animer les travaux de l’axe et s’y consacrer à temps plein. Un bureau partagé dans les locaux de l’Université sera mis à sa disposition.
– Possibilité de déplacements à l’étranger et en région.

Compétences requises

– Bonne maîtrise du français et de l’anglais (avec capacités rédactionnelles). Connaissance d’une troisième langue souhaitée.
– Esprit d’initiative et capacité à s’intégrer dans un programme collectif.
– Rigueur, autonomie et capacités d’organisation.
– Capacité de coordination des travaux d’une équipe.
– Maîtrise des outils informatiques (WORD, EXCEL, Dropbox, Googledrive, Carnet de recherche hypothèses…)

Qualifications requises

– Doctorat en histoire moderne en rapport avec la thématique de l’axe 3 du LabEx EHNE.

Présentation du projet

Le Labex EHNE, financé dans la 2e vague des Investissements d’Avenir, a pour objectif principal d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en reconstruisant une historiographie nouvelle de l’Europe qui s’adresse tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens et aux politiques. Le projet réunit sept laboratoires partenaires issus de trois établissements (Paris-Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nantes).
Sept axes de recherches ont été définis pour atteindre cet objectif.
1. L’Europe comme produit de la civilisation matérielle
2. L’Europe dans une épistémologie du politique
3. L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi », entre affirmation et crises identitaires
4. L’Europe comme « hors soi » : frontières, voisinage et altérité lointaine
5. L’Europe des guerres et des traces de guerre
6. Genre et Europe
7. Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen

L’objectif est de parvenir à la réalisation de nouveaux outils en histoire européenne :
• Une encyclopédie analytique en ligne et la mise en ligne de documents. www.ehne.fr
• 14 ouvrages, 2 par axes, dont l’un à mi-parcours.
• Une synthèse finale sous forme d’ouvrage collectif.
• Ateliers, journées d’étude et colloques pour préparer ces publications.

Thématiques générales de l’axe 3

Le passé, le présent et le futur de l’Europe sont inséparables du désir de dépassement des frontières, de paix et d’unité, mais aussi de crainte et de haine de la différence, au péril des guerres, notamment celles de religion. Ces identités modulées grâce à l’autre, contre l’autre ou avec l’autre sont l’enjeu essentiel de notre champ d’investigation. Il s’agit d’en comprendre et analyser les mécanismes sur la longue durée, condition première d’un humanisme européen, d’une ouverture au monde.

Cinq perspectives principales :
– L’appropriation d’une culture gréco-romaine – les « humanités » – comme voie virtuelle de l’Europe.
– L’Europe comme modèle de la république des Lettres
– L’invention d’une identité à travers la remise en cause de soi
– L’Europe des religions est une question centrale à étudier sur le long terme.
– L’Europe comme imaginaire de soi et de l’autre.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Recrutement d’un post-doctorant pour l’axe 6 du LabEx EHNE : Genre & Europe

Dans le cadre du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE), l’UMR-Sirice (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) recrute un-e post-doctorant-e qui sera chargé-e de l’animation de l’axe 6 intitulé « Genre & Europe »
 
Date limite de candidature : le 18 juin 2017
Renseignements et candidatures (à envoyer au format PDF à) : genreeurope@gmail.com
Objet : candidature-postdoc- Axe6-EHNE
Présélection : au plus tard le 20 juin 2017
Auditions : Fin juin 2017
Prise de poste : le 1er septembre 2017
Renseignements : ju_le_gac@yahoo.fr
 
Structure : UMR Sirice (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) – Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris-Sorbonne, CNRS.
Unité : UMR 8138
Localisation géographique : Paris
Poste : CDD de post-doctorant à temps complet à compter du 01/09/2017
Durée : 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans au maximum
Rémunération : Salaire mensuel net : env. 1 900 €
Financement : LabEx EHNE – Investissements d’Avenir
Responsable scientifique : Fabrice Virgili
 
Description du poste
Le ou la post-doctorant-e sera chargé-e de l’animation de l’axe 6 du projet. Ses fonctions principales seront :
— Assurer un suivi scientifique et une coordination administrative des travaux de l’axe 6 du LabEx EHNE en lien avec les activités générales du LabEx EHNE.
— Participer notamment à l’organisation des manifestations scientifiques et au comité de pilotage de l’axe 6 ainsi qu’aux différentes publications dans lesquelles l’axe est impliqué.
— Assurer le suivi des groupes de travail, la diffusion des activités et la coordination de la participation de l’axe 6 à la réalisation de l’encyclopédie en ligne du LabEx EHNE.
— S’impliquer dans le travail scientifique de l’axe 6.
 
Conditions de résidence et d’exercice
— Il/elle devra impérativement résider à Paris ou dans sa région pour animer les travaux de l’axe et s’y consacrer à temps plein. Un bureau partagé dans les locaux de l’Université sera mis à sa disposition.
– Possibilité de déplacements à l’étranger et en région.
 
Compétences requises
— Bonne maîtrise du français et de l’anglais (avec capacités rédactionnelles). Connaissance d’une troisième langue souhaitée.
— Esprit d’initiative et capacité à s’intégrer dans un programme collectif.
— Rigueur, autonomie et capacités d’organisation.
— Capacité de coordination des travaux d’une équipe.
— Maîtrise des outils informatiques (WORD, EXCEL, Dropbox, Googledrive, Carnet de recherche hypothèses…)
 
 Qualifications requises
— Doctorat en histoire contemporaine (ou moderne) en rapport avec la thématique de l’axe 6 du LabEx EHNE.
— Avoir soutenu sa thèse depuis moins de 5 ans.
 
Dossier de candidature
— CV avec la liste des publications
— Lettre de motivation
— Rapport de soutenance de thèse
 

Présentation du projet

Le Labex EHNE, financé dans la 2e vague des Investissements d’Avenir, a pour objectif principal d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en reconstruisant une historiographie nouvelle de l’Europe qui s’adresse tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens et aux politiques.
Le projet réunit sept laboratoires partenaires issus de quatre établissements (Paris-Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nantes, École des Chartes).
 
Sept axes de recherches ont été définis pour atteindre cet objectif.
  1. L’Europe comme produit de la civilisation matérielle
  2. L’Europe dans une épistémologie du politique
  3. L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi », entre affirmation et crises identitaires
  4. L’Europe comme « hors soi » : frontières, voisinage et altérité lointaine
  5. L’Europe des guerres et des traces de guerre
  6. Genre et Europe
  7. Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen
 
L’objectif est de parvenir à la réalisation de nouveaux outils en histoire européenne :
  • Une encyclopédie analytique en ligne et la mise en ligne de documents. www.ehne.fr
  • 14 ouvrages, 2 par axes, dont l’un à mi-parcours chez Nouveau Monde.
  • Une synthèse finale sous forme d’ouvrage collectif.
  • Ateliers, journées d’étude et colloques pour préparer ces publications.
 

L’axe 6 « Genre & Europe » :

L’axe 6 du LabEx se propose de montrer que le genre a fort à faire avec l’Europe. Que l’on considère l’Europe comme espace imaginé ou politique, comme marché ou aire culturelle, les rapports entre les sexes sont constitutifs de la définition de cet espace comme des divisions en son sein. L’axe Genre & Europe veut développer ces questions autour de deux volets :
1. Penser et construire l’Europe, effets de genre : prise en compte de la différence des sexes dans les projets politiques et sociétaux européens
– Le genre des guerres européennes
– Imaginer et /ou construire un espace européen de paix : quelle attention au genre ?
– Ce que les femmes ont fait à l’Europe : utopies et émergence d’une idée européenne, mouvements européistes, réseaux à l’échelle du continent, groupes de pression
– Ce que l’Europe a fait aux rapports entre les sexes : imposition de normes de genres, politiques égalitaires, rôle de la Cour de Justice européenne
– L’Union européenne : une institution genrée ?
2. Être Européen.ne.s et vivre l’Europe
– Identités de genre : sexualités, configurations familiales, violences sexuées
– Comportements démographiques et politiques du corps
– Femmes et hommes au travail : configurations européennes
– Les dimensions genrées de la participation politique, du sujet au/à la citoyen.ne : diversité des formes d’intervention politique, accès au droit de vote et à la représentation politique, engagement militant, exercice du pouvoir…
– Les mobilités lues au prisme du genre : voyages, migrations et exils politiques
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Appel à communication : Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen

Colloque international : 3-5 Octobre 2018 Nantes.

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les Etats dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Ateliers académiques :

Atelier 1 : Définir la religion
Qu’est-ce qu’une religion ? Comment les philosophes, théologiens, anthropologistes, juristes et autres ont-ils délimité les frontières du sacré et du profane ? Du religieux et du séculaire ? Dans quelle mesure ces définitions sont-elles spécifiques à une culture ? Quand et comment bascule-t-on d’une opposition polémique entre « religion » et « superstition » à une catégorie apparemment plus objective de « religions » au pluriel ? Les systèmes de croyances non-théocentrés (communisme, fascisme…) peuvent-ils être considérés comme des religions, dans la mesure où ils contiennent un certain nombre des aspects et éléments de systèmes religieux ?

Atelier 2 : Sécularisation, laïcité(s) et pluralisme dans les sociétés européennes
La sécularisation est un ensemble de processus sociétaux qui consiste, de la part des sujets, à mettre à distance des prescriptions ou conseils religieux. L’adoption d’un cadre laïque a, quant à elle, souvent été étudiée dans les termes d’une lutte binaire entre cultes (ou institutions religieuses) notamment l’Eglise catholique, et État. Au cours de cet atelier, nous prêterons attention à la manière dont une pluralité de religions détermine les attitudes étatiques envers la religion et la définition de droits religieux (que ce soit les rôles des juifs et des protestants dans la Première République en France, la place des dissidents protestants et des catholiques en Angleterre au XVIIe siècle ou le rôle de l’islam dans les sociétés où l’Etat est conçu comme proche de la neutralité au XXIe siècle). Verra-t-on une réaffirmation ou une redéfinition des cadres légaux liés à la sécularisation ? Ou bien une accommodation avec des spécificités religieuses dans un monde « post-séculier » ?

Atelier 3 : Politiques religieuses dans les empires coloniaux européens
Entre le XVIe et le XXe siècle, les nations européennes ont gouverné de larges empires coloniaux avec une grande diversité de religions. Au cours de cette session, nous examinerons les réactions des pouvoirs coloniaux à cette diversité religieuse ainsi que les politiques mises en place (de l’encouragement de missionnaires chrétiens ou musulmans à la régulation et au renforcement de barrières religieuses en passant par la manipulation d’élites religieuses locales voire même leur recrutement auprès des hiérarchies coloniales). Les populations colonisées ont utilisé les arguments et institutions religieux de différentes manières, pour naviguer entre les structures coloniales, pour réclamer des droits ou pour s’opposer au pouvoir colonial européen.

Atelier 4 : Pluralisme religieux dans le monde musulman
Cet atelier portera sur la manière dont les sociétés des pays majoritairement musulmans ont traité la pluralité religieuse des points de vues théologique, juridique ainsi que de la pratique. La catégorie légale de dhimmi a émergé dès les premiers siècles de l’Islam bien qu’en pratique ce statut différait d’une société à une autre. Depuis le XIXe siècle, les théologiens et juristes musulmans, confrontés aux catégories du droit non-confessionnel, ont développé des stratégies diverses pour définir la place du non-musulmans dans les sociétés sous autorité musulmane et du musulman dans les sociétés où la nature de l’Etat n’a pas été défini en relation avec le droit islamique.

Atelier 5 : Religion et mondialisations : sécularisation, commercialisation, réenchantement
Les progrès technologiques, de la communication ainsi que dans la capacité de mobilité des individus ont créé un marché global pour la religion. Cette session donnera l’occasion d’examiner les effets de ces changements sur les pratiques religieuses et l’insertion des religions dans les espaces publics en Europe, sur l’organisation et le rôle des institutions religieuses traditionnelles et sur d’autres qui émergent, mais également sur le dialogue inter-religieux dans les sociétés européennes.

Soumission des propositions :

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

  1. Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 1er septembre 2017 à l’adresse ipra@univ-nantes.fr. Les communications peuvent être rédigée en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :
    1. Un document au format .doc contenant
    2. Nom complet et affiliation
    3. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
    4. Un résumé de la communication (200-500 mots)
    5. Une liste de 5-10 mots-clés
  2. Un CV

Validation et confirmation :

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 31 octobre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.
Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge.

Comité de Pilotage :

Dominique Avon, Université du Maine
Arnauld Leclerc, Université de Nantes
Michel Catala, Université de Nantes
John Tolan, Université de Nantes
Nicolas Stefanni, IPRA, Université de Nantes
Amanda Rio de Pedro, Alliance Europa, Université de Nantes

Comité scientifique :

D. Avon
A Leclerc
J. Tolan
Jean-Marc Ferry, Université de Nantes Christiane Gruber, University of Michigan
Tomoko Masuzawa, University of Michigan
Annick Peters Custot, Université de Nantes
Karine Durin, Université de Nantes
Céline Borello, Université du Maine
Vincent Vilmain, Université du Maine
Jean-Philippe Schreiber, Université Libre de Bruxelles Lionel Obadia, Université de Lyon II
Caroline Julliot, Université du Maine

Fichier à télécharger : Colloque Europe et religion
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail