Recrutement d’un-e post-doctorant-e Axe 5 – L’Europe des guerres et des traces de guerre

Dans le cadre du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE), l’UMR-Sirice (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) recrute un-e post-doctorant-e qui sera chargé-e de l’animation de l’axe 5 intitulé « L’Europe des guerres et des traces de guerre ».

Date limite de candidature : le 1er juin 2017
Candidatures à envoyer au format PDF à : labexguerres@gmail.com
Objet : candidature-postdoc- Axe5-EHNE
Présélection : au plus tard le 15 juin 2017
Auditions : fin juin 2017
Prise de poste : le 1er septembre 2017

Fiche de poste

STRUCTURE : UMR Sirice (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) – Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris-Sorbonne, CNRS.
UNITE : UMR 8138
LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE : Paris
POSTE : CDD de post-doctorant à temps complet à compter du 01/09/2017
DURÉE : 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans au maximum
RÉMUNÉRATION : Salaire mensuel net : env. 1 900 €
FINANCEMENT : LabEx EHNE – Investissements d’Avenir
RESPONSABLES SCIENTIFIQUES : Corine Defrance et François-Xavier Nérard – Responsables de l’axe 5 du LabEx EHNE.

Description du poste

Le ou la post-doctorant-e sera chargé-e de l’animation de l’axe 5 du projet. Ses fonctions principales seront :
– Assurer un suivi scientifique et une coordination administrative des travaux de l’axe 5 du LabEx EHNE.
– Participer notamment à l’organisation des manifestations scientifiques et au comité de pilotage de l’axe 5 ainsi qu’aux différentes publications dans lesquelles l’axe est impliqué.
– Assurer le suivi des groupes de travail et la coordination de la participation de l’axe 5 à la réalisation de l’encyclopédie en ligne du LabEx EHNE.
– S’impliquer dans le travail scientifique de l’axe 5.

Conditions de résidence et d’exercice

– Il/elle devra impérativement résider à Paris ou dans sa région pour animer les travaux de l’axe et s’y consacrer à temps plein. Un bureau partagé dans les locaux de l’Université sera mis à sa disposition.
– Possibilité de déplacements à l’étranger et en région.

Compétences requises

– Bonne maîtrise du français et de l’anglais (avec capacités rédactionnelles). Connaissance d’une troisième langue souhaitée.
– Esprit d’initiative et capacité à s’intégrer dans un programme collectif.
– Rigueur, autonomie et capacités d’organisation.
– Capacité de coordination des travaux d’une équipe.

Qualifications requises

– Doctorat en histoire contemporaine (ou moderne) en rapport avec la thématique de l’axe 5 du LabEx EHNE.
– Avoir soutenu sa thèse depuis moins de 3 ans.

Dossier de candidature

– CV avec la liste des publications
– Lettre de motivation
– Rapport de soutenance de thèse
– Deux lettres de recommandation envoyées directement à l’attention des responsables scientifiques de l’axe sur l’adresse labexguerres@gmail.com.

 

Présentation du projet

Le LabEx EHNE, financé dans la 2e vague des Investissements d’Avenir, a pour objectif principal d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en reconstruisant une historiographie nouvelle de l’Europe qui s’adresse tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens et aux politiques.

Le projet réunit sept laboratoires partenaires issus de quatre établissements (Paris-Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nantes, École des Chartes).

Sept axes de recherches ont été définis pour atteindre cet objectif.

  1. L’Europe comme produit de la civilisation matérielle
  2. L’Europe dans une épistémologie du politique
  3. L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi », entre affirmation et crises identitaires
  4. L’Europe comme « hors soi » : frontières, voisinage et altérité lointaine
  5. L’Europe des guerres et des traces de guerre
  6. Genre et identités européennes
  7. Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen

L’objectif est de parvenir à la réalisation d’une production en histoire spécifique :

  • Une encyclopédie analytique en ligne et la mise en ligne de documents. (www.ehne.fr)
  • 14 ouvrages, 2 par axes, dont l’un à mi-parcours chez Nouveau Monde.
  • Une synthèse finale sous forme d’ouvrage collectif.
  • Ateliers, journées d’étude et colloques pour préparer ces publications.

L’axe 5 « Europe des guerres et des traces de guerre » :

Au sein du LabEx EHNE, l’axe 5 interroge le rôle central que la guerre et ses suites jouent dans l’histoire de l’Europe contemporaine. Les chercheurs qu’il rassemble étudient les guerres et leurs traces, matérielles, mentales ou mémorielles, individuelles ou collectives, dans un cadre européen dépassant les histoires nationales ou les chronologies trop étroites, sur-représentées dans les travaux sur la guerre. Ils cherchent ainsi à comprendre ce qu’est la guerre déclinée dans toutes ses dimensions. Leurs travaux ambitionnent de redéfinir certains termes clés – tels que guérillas, petites guerres, guerre civile, guerre mondiale, guerre froide –, et de reposer la ou les question(s) centrale(s) : « Qu’est-ce que la guerre ? » « Quels sont les rapports entre la guerre et la paix ? » dans des approches à la fois politique, juridique, anthropologique et culturelle. Aussi les entrées et les sorties de guerre et de conflit sont-elles incluses dans le champ de recherche. Ces approches conduisent à repenser les notions de vainqueurs et vaincus, de défaites et de victoires dans le temps de la guerre et dans la longue durée de l’après-guerre, les formes de mobilisations et de démobilisations, qu’il s’agisse de la « guerre après la guerre » ou des processus de rapprochement et de réconciliation après le conflit. L’axe 5 veut penser ensemble la guerre, ses traces, sa mémoire et ses représentations.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Fresque INA : François Mitterrand

Léonard Laborie, membre du comité de pilotage de l’axe 1, est l’auteur du parcours thématique « Pas de socialisme sans la science », qui rejoint la fresque interactive de l’INA consacrée à François Mitterrand.

Il illustre ses propos par des archives audiovisuelles, livrant pour l’occasion des matériaux précieux pour les chercheurs : notices, éclairages, transcriptions d’émissions, de discours, d’entretiens.

 

Présentation : 

« Pas de socialisme sans la science. Le refus du progrès technique, la peur de l’acte créateur sont le propre des sociétés perdues », affirme François Mitterrand en 1980 dans un livre d’entretien, Ici et Maintenant.

Quoiqu’on garde rarement de François Mitterrand le souvenir d’un homme concerné par ces questions, son action a promu la science et la technologie au rang de priorité, tentant de faire rimer, à nouveau, progrès social et progrès technique.

Retrouvez la fresque INA
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Podcast du colloque : L’engagisme dans les colonies européennes au XIXe siècle

Retrouvez le podcast du colloque : L’engagisme dans les colonies européennes au XIXsiècle sur Euradionantes.

L’abolition progressive de la traite et de l’esclavage dans les colonies européennes conduit les autorités à faire appel à des travailleurs étrangers en Asie et en Afrique pour satisfaire les besoins en main-d’œuvre des colonies. Ainsi, par le biais du système de l’engagisme, plusieurs millions de travailleurs émigrent pour les colonies européennes d’Amérique, du Pacifique et de l’océan Indien. En échange de la promesse d’une vie meilleure, ils signent un contrat d’engagement dont la durée varie selon l’origine et la colonie d’accueil. Souvent comparé à la traite, ce système dont les abus sont visibles s’éteint progressivement à la veille de la Première Guerre mondiale.

Animatrice:
Virginie Chaillou-Atrous, chercheuse post-doctotante CRHIA/ LabEx EHNE

Intervenants:
Jacques Weber, professeur émerite Université de Nantes
Céline Flory, chercheuse au CNRS
Michèle Marimoutou, historienne, professeur d »histoire-géographie à La Réunion
Pieter Emmer, Professeur émérite, Univesité de Leyde Pays-Bas
Emmanuel Parraud, Auteur-réalisateur.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

L’encyclopédie EHNE dans le magazine L’Histoire

capture-decran-2016-10-17-a-15-22-26Notre directeur, Éric Bussière, et notre précédente secrétaire générale, Clémentine Vidal-Naquet, ont été interviewés par le magazine L’Histoire qui vient de publier leurs propos sur son site.

Début 2016, une Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe a été mise en place sur internet à l’initiative du Laboratoire d’excellence « Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe ». Clémentine Vidal-Naquet, la secrétaire générale du LabEx, et Éric Bussière, le directeur général, ont accepté de répondre à nos [L’Histoire] questions sur ce projet.

Retrouvez l’article complet en ligne sur le site de L’Histoire
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

BLOIS 2016 – Partir faire la Guerre froide à l’Ouest

Retrouvez l’article des Clionautes sur la conférence modérée par François Xavier Nérard aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois sur le thème :

Partir faire la Guerre froide à l’Ouest

L’un des plaisirs de Blois est de rencontrer de jeunes universitaires qui, le temps d’une conférence, viennent expliquer leur travail. La fraîcheur est au rendez-vous avec, ce qui est plus rare, un sens du récit qui sait alterner explications concises et illustrations éclairantes. Plusieurs anecdotes à la fois drôles et exploitables raviront le professeur qui enseigne la Guerre froide.

Présentation des conférenciers
La conférence est une Carte Blanche à l’UMR SIRICE (Sorbonne, Identités, Relations internationales et Civilisations de l’Europe). François-Xavier Nérard, maître de conférence à Panthéon-Sorbonne, est le modérateur.
Sylvain Dufraisse, professeur agrégé, vient de soutenir une thèse intitulée « Les héros du sport. La fabrique de l’élite sportive soviétique (1934-1980) ».
Sophie Momsikoff, professeur agrégée, vient également de soutenir une thèse sur les années Gorbatchev, intitulée « La Nouvelle Pensée gorbatchévienne, origines et influences, hommes et réseaux, 1956-1992 « 
Isabelle Gouarné, docteur en sociologie est chargée de recherches au CNRS. Elle intervient ici pour aborder les scientifiques soviétiques.
Enfin, Stéphanie Gonçalves travaille sur les ballets et vient également de soutenir une thèse sur le sujet (« Une guerre des étoiles : les tournées de ballet dans la diplomatie culturelle de la Guerre froide, 1945-1968 »).

PNG - 283.8 ko

La conférence
Le modérateur, François-Xavier Nérard rappelle que le travail sur les délégations soviétiques a donné lieu à une publication : « L’URSS à l’étranger », Cahiers SIRICE(en ligne sur CAIRN). L’URSS et l’étranger sont deux aspects souvent dissociés. Au mieux, on s’interroge sur les Occidentaux qui visitent l’URSS, comme Tintin au pays des Soviets. Mais la plupart du temps, on reste dans un angle mort, hormis pour évoquer complaisamment les défections, ceux qui ont fui l’URSS. En effet, dans l’imaginaire collectif, l’URSS est une prison des peuples dont personne ne sort. C’est oublier tous ceux qui, pour des raisons temporaires et valables, doivent quitter l’URSS : athlètes, danseurs, scientifiques, etc.
L’idée est de faire une histoire concrète, la moins inféodée possible à l’histoire officielle qui tend à gonfler le rôle de l’État.

 

Lire la suite sur le site des Clionautes.
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail