Axe 1 : L’Europe comme produit de la civilisation matérielle : flux, crises, transitions

L’Europe la nuit.
Extrait de « Earth at night », photographie satellite nocturne à plat de la NASA pour le projet Black Marble, 2012.
Source : NASA

L’Union européenne se définit comme un espace de « flux libres » de personnes, de marchandises, de services et de capitaux. Ces flux reposent sur des infrastructures d’énergie, de communication et de mobilité dont le tissage transnational remonte à l’époque moderne. C’est à ce tissage et aux usages associés que l’axe 1 s’intéresse, pour éclairer l’histoire de l’Europe comme produit de la civilisation matérielle. Il s’agit par conséquent d’étudier ce qui relie et délie matériellement les Européens à travers le temps, faisant apparaître l’Europe comme une succession de configurations où des acteurs nouveaux apparaissent, à côté des diplomates, des responsables politiques ou encore des hommes d’idées : les entrepreneurs, les ingénieurs et autres experts, mais aussi les marchands, et tous ceux qui, par leurs pratiques, mettent l’Europe en réseau.

L’axe se concentre sur trois secteurs importants et leurs interfaces. L’énergie est analysée en tant que déterminant des espaces successifs de la civilisation matérielle et des formes de la vie sociale (penser, travailler, se déplacer, communiquer). Un deuxième sous-axe se concentre sur la mobilité des personnes et marchandises en tant que supports des marchés La production des mobilités y est abordée au travers des enjeux de logistique, de construction d’infrastructures, de polarisation et de métropolisation des territoires. Enfin le sous-axe communication s’intéresse aux flux de toutes natures qui innervent l’espace européen, en déterminent ses contours et ses modes d’insertion dans le monde.

 

Responsable de l’axe : 

Post-doctorante en charge de l’axe : 

  • Cécile WELKER, coordinatrice de l’axe. Thèmes de recherche : histoire de la production et de l’appropriation des images de synthèse ; trajectoires des contributeurs et circulations de la recherche ; politiques d’innovation.

Comité de pilotage : 

  • Alain BELTRAN, directeur de recherche au CNRS et président du Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie. Ses recherches portent sur la question énergétique du XIXe à nos jours.
  • Yves BOUVIER, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, ses recherches portent sur l’histoire de l’énergie et plus particulièrement de l’électricité, ainsi que sur l’histoire industrielle des télécommunications.
  • Mathieu FLONNEAU, maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est spécialiste d’histoire urbaine, des mobilités et de l’automobilisme.
  • Léonard LABORIE, chargé de recherche au CNRS. Ses travaux portent sur l’histoire de la construction technologique de l’Europe, en particulier dans le domaine des communications.

 

Contact : labexehne1[at]gmail.com

 

Carnet de recherche : http://europeflux.hypotheses.org/