Axe 1 – Séminaire «Histoire des Sciences, Histoire de l’Innovation: circulations, communications et civilisations matérielles en Europe (XVIIIe – XXIe s.)» (2013-2014)

Organisateurs

  • Pr David Aubin, Université Pierre et Marie Curie (IMJ-PRG / ASHiC)
  • Pr Pascal Griset, Université Paris-Sorbonne (Irice-CRHI / ISCC)

Comité de programme

  • Reynald Abad (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier),
  • Alain Beltran (CNRS, Irice),
  • Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne, Irice-CRHI, Association P2M),
  • Léonard Laborie (CNRS, Irice-CRHI)

Les séances ont lieu le mardi de 17h30 à 19h30 à la Maison des sciences de la communication et de l’interdisciplinarité du CNRS (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins (salle de conférences, rez-de-chaussée).

Le but du séminaire est de proposer une réflexion approfondie sur l’histoire de la circulation des sciences et des innovations en Europe, ainsi que sur l’histoire des civilisations matérielles que cette circulation transforme. L’histoire des sciences et l’histoire de l’innovation y seront abordées. Ce séminaire est adossé aux activités à l’équipe d’Histoire des Sciences de l’Université Pierre et Marie Curie et à l’axe 1 de recherche « L’Europe comme produit de la civilisation matérielle: l’Europe des flux » du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe ». Chacune des séances du séminaire est construite autour de l’intervention d’un chercheur qui travaille dans l’un de ces domaines. Si la période susceptible d’être couverte dans les interventions va de la fin du 18e siècle à aujourd’hui, l’accent sera mis sur la période la plus récente.

L’un des objectifs du séminaire est de réunir et faire interagir des publics provenant d’horizons différents (étudiants de niveau master 2 en histoire, doctorants et chercheurs débutants en histoire des sciences, et doctorants des disciplines scientifiques de l’UPMC). Afin de faciliter la compréhension des interventions, qui seront de niveau recherche, les séances seront brièvement introduites par les organisateurs. Une séance de discussion suivra les interventions présentées.

Contacts : David Aubin (david.aubin [at] upmc.fr) ou/et Pascal Griset (pascalgriset [at] yahoo.fr)

Programme des séances du second semestre

  • 4 février: Christophe Lécuyer (Université Pierre et Marie Curie) – La loi de Moore et la gouvernance de l’innovation
  • 11 février: Philipp Hertzog (Technische Universität Darmstadt – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – L’impact des collectivités locales dans un projet national – une comparaison franco-allemande des premiers projets de TGV
  • 4 mars: Louise Merzeau (Paris Ouest Nanterre, Dicen-IDF) et Claude Mussou (INA) – Dépôt légal du web: archiver l’instable
  • 11 mars: Hervé MOULIN (Irice) – Les activités spatiales: un nouvel espace de mobilité
  • 18 mars: Sebastian Grevsmühl (Université Pierre et Marie Curie) – L’invention de l’environnement global
  • 25 mars: Simone Turchetti (University of Manchester) – Deeply Concerned with the Environment? NATO and the Rise of the Geosciences in Cold War Europe
  • 1er avril: Jean-Baptiste Fressoz (Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS) – Une histoire politique de l’anthropocène
  • 8 avril: Sylvain Briens (Université Paris-Sorbonne) – Lyrisme d’ingénieur. Technèmes, média et modernisme littéraire
  • 29 avril: Guillaume Carnino (Université Technologique de Compiègne, Costech) – Stabiliser le social par la science dans la seconde moitié du XIXe siècle
  • 6 mai: Christopher FABRE (Irice, ADEME, EDF) – La convergence des modèles français et allemands dans le domaine de l’énergie, 1973-2000
  • 13 mai: Bruno Strasser (Université de Genève) – Le rôle de la coopération scientifique internationale dans la construction européenne
Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail
Logo de l'Institut Historique Allemand à Paris

Signature d’une convention pluriannuelle entre l’Institut historique allemand et le laboratoire d’excellence «Écrire une histoire nouvelle de l’Europe»

Logo de l'Institut Historique Allemand à Paris
Institut Historique Allemand à Paris

Le 5 décembre 2013, une convention a été signée entre l’Institut historique allemand (IHA), représenté par son directeur Thomas Maissen, et le laboratoire d’excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (LabEx EHNE), représenté par son directeur Éric Bussière. Cette convention fixe le cadre d’une collaboration scientifique entre les deux partenaires pour toute la durée du LabEx EHNE.

Les deux partenaires s’engagent à mettre en place des actions communes de recherche, notamment à travers la mise en contact des chercheurs impliqués dans les travaux du LabEx EHNE avec les collègues et les universités allemandes, la co-organisation de journées d’études, colloques et tables-rondes, la co-organisation d’un cycle de conférences avec des intervenants allemands autour d’un sujet transversal du LabEx EHNE.

Cette convention se situe dans le prolongement des journées d’études déjà réalisées ou programmées entre le LabEx EHNE et l’IHA. Les demandes de contacts et projets de table-ronde ou colloques seront centralisés par la secrétaire générale du LabEx, Mme Corinne Doria.

Un comité de suivi a été créé pour coordonner et valider les projets communs : en font actuellement partie le Pr. Thomas Maissen, directeur de l’IHA, le Pr. Eric Bussière, directeur du LabEx EHNE, Mme Corinne Doria et M. Christian Wenkel ainsi que deux chercheurs (un pour le LabEx EHNE, un pour l’IHA) désignés au cas par cas.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

L’Europe et son “autre”: penser la Méditerranée comme objet de l’histoire des relations internationales du temps présent

Petrus Roselli. Carte marine de la mer Méditerranée et de la mer Noire (XVe siècle).
Petrus Roselli. Carte marine de la mer Méditerranée et de la mer Noire (XVe siècle).

Rencontres 2013-2014

Ces rencontres ont été conçues par le Groupe de travail sur la Méditerranée (UMR IRICE, axe 3 : L’Europe et les autres) dans le cadre de l’axe 4 (L’Europe, les Européens et le monde) du Labex Écrire une histoire nouvelle de l’Europe (EHNE), qui est piloté par le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA), Université de Nantes.

Les rencontres s’inscrivent dans l’un des objectifs déclarés du projet, à savoir la décomposition de la notion d’espace européen et l’écriture d’une histoire transnationale de l’Europe. Le groupe rassemble notamment des chercheurs des Universités de Paris I, Paris IV, de Nantes, et du Centre Roland Mousnier, dans le but de mener une réflexion autour de la Méditerranée comme objet d’histoire des relations internationales du temps présent. Une première série de rencontres a eu lieu en 2012-2013. Celles prévues pour 2013-2014 focalisent sur des thématiques plus spécifiques, permettant ainsi d’approfondir dans des problématiques qui seront davantage abordées dans le cadre d’un futur colloque.

Les séances sont organisées par Houda Ben Hamouda (doctorante, Université Paris 1, ATER à l’Université de Nantes, Guia Migani (MCF en histoire contemporaine, Université de Tours) et Sofia Papastamkou, docteur en histoire, BDIC.

Programme 2013-2014

Vecteurs de circulations d’idées et de savoirs dans l’espace méditerranéen

  • 6 décembre 2013 : Alain Messaoudi (MCF, Université de Nantes) : La contribution de l’orientalisme arabisant français à l’affirmation d’un espace méditerranéen
  • 21 janvier 2014 : Claire Fredj (MCF, Université Paris X-Nanterre) : L’invention d’une profession ? Le médecin de colonisation en Algérie XIXe-XXe s.

Construire et penser l’espace méditerranéen

  • 11 février 2014 : Elena Calandri (Professeur, Université de Padoue) : L’Occident et la construction de la Méditerranée : du Pacte Atlantique à la Conférence de Barcelone
  • 25 mars 2014 : John Tolan (Professeur, Université de Nantes) : La portée de la loi de l’église en terre d’islam : le statut légal des chrétiens latin en terre d’islam selon le juriste canonique Ramon de Penyafort (XIIIe s.)

Circulations transnationales, migrations

  • 29 avril 2014 : Simone Paoli (Chercheur post-doc, Université de Padoue) : The migration issue in Euro-Mediterranean relations from the Global Mediterranean Policy (1972) to the Barcelona Process (1995) : changes and continuities
  • 20 mai 2014 : Angelos Dalahanis (Chercheur post-doc, IREMAM) : La Maison de commerce d’Alexandrie et son rôle dans les circulations de personnes de la communauté grecque d’Egypte

Les séances se tiennent de 17h30 à 19h30 à l’Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J.B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F603.

Contact

  • houdabenhamouda31[at]gmail[dot]com
  • migani_guia[at]yahoo[dot]fr
  • sofia.papastamkou[at]bdic[dot]fr
Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Une France terre d’accueil. Proscrits, exilés et réfugiés étrangers, 1813-1852

Conférence de Delphine Diaz, Labex Écrire une histoire nouvelle de l’Europe

L’UniverCité
Saison 2013-2014
Mardi 10 décembre 2013, à 18h30
Animée par Sylvie Aprile, Université de Lille III

Devenue au XIXe siècle l’une des terres d’asile les plus accueillantes du continent avec la Grande-Bretagne, la France, qui avait hérité de l’époque révolutionnaire un embarrassant devoir d’asile envers les étrangers « bannis pour la cause de la liberté », a été amenée à adapter ce principe de manière pragmatique. Du fait de sa légende révolutionnaire, mais aussi de dispositifs d’accueil plus libéraux qu’ailleurs, la France a attiré au cours de la première moitié du XIXe siècle des exilés venus de toute l’Europe, qui ont tenté de construire leur État-nation depuis l’exil, pratiquant ce « patriotisme nomade » dénoncé par le président du Conseil Casimir Perier en septembre 1831.

En adoptant une perspective comparative sur l’exil étranger en France, cette conférence se propose d’abord d’envisager l’ampleur de ce phénomène, alimenté par les soubresauts connus par l’Europe du premier XIXe siècle. Centrée sur les exilés politiques qui ont été reconnus comme « réfugiés » par l’administration, la deuxième partie analysera leur devenir professionnel et leur insertion, plus ou moins pérenne, dans la société française. On se penchera enfin sur les trajectoires politiques suivies par les exilés et réfugiés étrangers en France, en éclairant tout particulièrement les expériences transnationales auxquelles ces derniers ont pris part à travers les sociabilités, formelles ou informelles, ou par l’engagement combattant aux côtés de l’opposition française.

Informations pratiques

Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles. Auditorium Philippe Dewitte.
Musée de l’histoire de l’immigration
Palais de la Porte Dorée – 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris
Contact : conferences@histoire-immigration.fr

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Journée d’études: « Culture et représentations des élites en Europe à la fin du Moyen Âge: Les décors des demeures »

Université de Paris-Sorbonne, Centre André Chastel, École doctorale VI. Galerie Colbert, 2e étage, salle Ingres.

Moins connus que les peintures murales des églises, les décors qui ornaient les murs des demeures de la noblesse et des élites urbaines à la fin du Moyen Âge fournissent une source précieuse sur la culture et les aspirations de ceux qui exerçaient ou partageaient alors le pouvoir. Durant cette journée d’étude, de jeunes chercheurs ayant récemment consacré leurs travaux à ce domaine particulier de la création picturale exposeront leurs enquêtes et les questionnements auxquels ils ont été confrontés.

Téléchargez le programme.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail