Les laboratoires

crhxixCentre de Recherches en Histoire du XIXe siècle

Le Centre de recherches en histoire du xixe siècle coordonne les activités de recherche de ses membres (21 enseignants-chercheurs statutaires, 3 professeurs émérites, 3 PRAG, 24 allocataires et attachés temporaires, 30 chercheurs associés), organise séminaires de recherche, journées d’études et colloques, dont il publie les Actes. Dépassant très largement l’étude de la France du xixe siècle, qui constitua sa vocation scientifique initiale, ses recherches portent aujourd’hui sur l’histoire politique, sociale et culturelle du grand xixe siècle, envisagé de plus en plus dans une perspective européenne comparée. Il accueille également les activités de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du xixe siècle, qui a fêté son centenaire en 2004, ainsi que le Comité de rédaction de la Revue d’histoire du xixe siècle.


 

UMR Identités, Relations Internationales et Civilisations de l’Europe

L’UMR SIRICE, créée en 2002, a pris la succession d’un GDR intitulé « Europe et Européens : interactions et relations internationales ». Elle rassemble des équipes des Universités de Paris I et de Paris IV : pour Paris I, il s’agit des historiens de l’Institut Pierre Renouvin ; pour Paris IV, il s’agit des historiens du Centre d’histoire de l’Europe et des relations internationales, et des « civilisationnistes » du Centre de recherche sur les mondes germaniques. Sont associés également, à titre individuel, des historiens de l’Université de Cergy-Pontoise et de l’Université de Paris III.

Dès l’origine, l’objectif a été d’intégrer les recherches de toutes ces composantes autour d’un objet unique, « l’Europe » au sens large du terme, autour des questions européennes au xxe siècle principalement – mais pas seulement -, en opérant un double croisement : entre histoire du long terme et histoire du temps présent, entre approche comparatiste et approche internationaliste. L’unité compte une trentaine d’enseignants-chercheurs, huit chercheurs du CNRS, une secrétaire IATOS et trois ITA (une secrétaire et deux ingénieurs d’études). L’activité se développe autour de six axes de recherche. Autour de l’objet « Europe », l’objectif a été de transformer les synergies existantes entre chercheurs de Paris I, de Paris IV, de Paris III, de Cergy-Pontoise et du CNRS en une véritable intégration scientifique dans le cadre de l’UMR. Chacun des six axes, en effet, mêle et intègre étroitement les membres de chacune des composantes d’origine.


 

Centre André Chastel

Le Centre André Chastel, Laboratoire de recherche en Histoire de l’art (UMR 8150), est une unité mixte qui remonte dans sa configuration actuelle au 1er janvier 2004. Il a été évalué A+ par l’Aeres lors de la dernière évaluation en 2009. Placé sous la triple tutelle du CNRS, de l’université Paris-Sorbonne et du ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale des patrimoines), il rassemble une cinquantaine de membres, chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs qui développent au sein des cinq équipes qui le constituent, mais aussi dans le cadre de thématiques transversales, des travaux et actions portant sur l’histoire de l’art du Moyen Âge à nos jours. Cent soixante-dix doctorants sont associés à sa politique scientifique.


 

Centre Roland MousnierCentre Roland Mousnier

Unique en son genre, le Centre Roland Mousnier était à ses débuts un lieu de recherche totalement centré sur l’étude de l’une des quatre grandes périodes de la tradition académique française, celle que nos collègues anglo-saxons appellent « early modern history », l’Histoire Moderne. Dans ce domaine, de grands noms ont marqué l’histoire du Centre, avec Roland Mousnier, Alphonse Dupront, Victor-Lucien Tapié, Pierre Chaunu, François Crouzet, Jean Meyer, André Corvisier, François Caron. Après Roland Mousnier et François Crouzet, la direction du Centre a été exercée par Jean-Pierre Bardet jusqu’à juin 2006, auquel Denis Crouzet a succédé, Dominique Barjot assumant la direction adjointe.

Un court rappel s’impose, qui permettra de constater que les chercheurs et enseignants chercheurs qui constituent l’UMR 8596 revendiquent de s’inscrire dans une double dynamique de continuité historiographique et de réactualisation à la fois des problématiques et des champs historiques. Le centre Roland Mousnier est, à l’échelle de la France, un des plus anciens centre universitaire de recherches en histoire. Ses origines lointaines remontent à un arrêté ministériel du 17 avril 1958, quand, à l’initiative de Roland Mousnier entouré d’Alphonse Dupront et de Victor-Lucien Tapié, fut créé le Centre de recherches sur la civilisation de l’Europe moderne (CRCEM) qui était rattaché à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris.


 

crhiaCentre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique

Le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163) est l’un des grands centres de recherches historiques de l’Ouest, classé A dans le cadre du contrat quinquennal 2012-2016. Il regroupe des enseignants-chercheurs et des doctorants de Nantes et de La Rochelle.

Notre laboratoire rassemble des chercheurs en histoire ancienne, histoire médiévale, histoire moderne, histoire contemporaine, lettres et langues. Soit au total 161 membres (50 enseignants-chercheurs titulaires, 11 autres chercheurs, 6 post-doc, 87 doctorants et 7 personnels administratifs et techniques) et 77 chercheurs associés autour d’une thématique commune : « Formes, espaces et acteurs des échanges internationaux de l’Antiquité à nos jours ».


 

Institut des Sciences de la Communication du CNRSiscc

L’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) est une unité mixte de service (UMS 3665), appuyée sur la communauté d’universités et d’établissements Sorbonne Universités. Il a pour tutelles principales le CNRS (rattaché à la présidence) et l’Université Paris-Sorbonne, et pour tutelle secondaire l’Université Pierre et Marie Curie.

L’ISCC a pour mission de mener et d’accompagner des recherches interdisciplinaires centrées sur les questions de communication, aux interfaces entre science, technologies et société.. Il organise la structuration du champ de recherche en accueillant et en fédérant des équipes autour de pôles thématiques. Ces travaux sont accompagnés d’une veille sur les domaines analysés par les chercheurs de l’ISCC.

Lieu ouvert au cœur du site Sorbonne universités, l’institut accueille des doctorants et des post-doctorants, leur offrant un accès aux ressources scientifiques d’une bibliothèque thématique et numérique et leur permettant ainsi une proximité avec les chercheurs.