L’Europe, entre guerres et paix de religion

Carte confessionnelle de l’Europe. © Pierre Couhault.
Heinrich Thomann, scènes d‘iconoclasme de l’année 1528 dans la Reformationschronik d’Heinrich Bullinger (Zurich, Bibliothèque centrale, ms. B 316, f° 321v et 337), vers 1564. À Berne (en haut), le conseil municipal décide d’adopter la réforme et fait retirer les images des églises. À Toggenburg (en bas), la destruction des images par les habitants est un acte religieux autant que politique : ils se rallient à la réforme de Zwingli et dénoncent la tutelle du prince-abbé de Saint-Gall, seigneur du lieu.
Giorgio Vasari, Scènes de la Saint-Barthélemy, Palais apostolique du Vatican, 1573. Ces trois fresques monumentales décorent la grande salle d’audience (sala regia) du pape ; elles représentent l’attentat contre l’amiral de Coligny (au centre), son exécution et le massacre des protestants (à gauche) et le roi Charles IX prenant la responsabilité des événements (à droite).
Gerard ter Borch, Ratification du traité de Münster, 1648. © National Gallery on line/Rijksmuseum Amsterdam on line catalogue. Source : Wikimedia Commons https://goo.gl/YGwkVs
Auteur-e-s: 

La diffusion de la Réforme protestante dans la première moitié du XVIe siècle provoque l’éclatement de la chrétienté. Le Sud reste fidèle au catholicisme. Au Nord, les autorités politiques imposent la nouvelle confession. Entre les deux, des États multiconfessionnels sont ébranlés par des affrontements religieux ; ils doivent inventer les modalités de la coexistence et trouver un nouvel équilibre entre le politique et le religieux. Les violences qui éclatent en Allemagne, en France ou dans les Pays-Bas sont nourries par l’angoisse d’un Jugement dernier imminent ou par le désir de contribuer à l’accomplissement de la volonté divine. Elles mettent en péril l’État. En inventant des moyens pacifiques de régler les conflits entre les différentes confessions, les autorités politiques réussissent à désamorcer les violences. L’intériorisation de la piété et la diffusion d’une conception plus individuelle du salut participent aussi à ce reflux. L’expérience et la mémoire des troubles religieux contribuent à renforcer le rôle de l’État et à imposer l’idée d’une séparation entre les sphères politique et religieuse.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Appels à communication pour l’encyclopédie EHNE

L’Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe portée par le LabEx EHNE (Sorbonne Université) cherche de nouveaux auteur·es pour enrichir les entrées de ses différentes thématiques.

  • L’Europe comme civilisation matérielle
  • L’Europe dans une épistémologie du politique
  • L’humanisme européen
  • L’Europe, les Européens et le Monde
  • L’Europe des guerres et des traces de guerres
  • Une histoire genrée de l’Europe
  • Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen

Il s’agit d’écrire de courtes notices (7000-8000 signes) à destination d’un large public et proposant une réflexion nouvelle sur l’histoire européenne. Ces dernières seront mises en ligne et traduites en anglais. Elles feront également l’objet de valorisations pédagogiques et scientifiques dans le cadre de nos différents partenariats.

Nous vous proposons de contribuer à ce projet en rédigeant une notice parmi les thèmes suivants :

Axe 1. L’Europe comme civilisation matérielle :

  • Le mode de transport aérien à bas prix, des mobilités européennes accrues ?
  • Le tourisme dans l’Europe de l’Est depuis 1989 : le développement des infrastructures touristiques privées
  • Les câbles de télécommunications sous-marins, infrastructure vitale et sécurité des marchés européens.

Contact : labexehne1@gmail.com

Axe  2 :  L’Europe dans une épistémologie du politique :

  •  L’idée républicaine en Europe
  • Les partis verts en Europe, hier et aujourd’hui
  • Hitler et l’Europe

Contact : marie.levant.ehne@gmail.com

Axe 3 :  Humanisme européen :

Pour l’ensemble thématique : « héritages culturels »

  • Le cicéronianisme

Pour l’ensemble thématique : « Les humanistes et l’Europe »

  • Le pétrarquisme

Pour l’ensemble thématique : « les espaces parallèles de la Renaissance »

  • L’astrologie à la Renaissance

Pour l’ensemble thématique : « Projets d’Europe unie »

  • Le Congrès de l’Europe, La Haye, 1948

Contact :humanisme.ehne@gmail.com

Axe 4 : L’Europe, les Européens et le monde :

Pour l’ensemble thématique : « Expansion coloniale et impérialisme »

  • Explorateurs et missionnaires européens

Pour l’ensemble thématique : « Régulations juridiques »

  • Le congrès de Vienne de 1815

Contact : labexehne4@univ-nantes.fr

Axe 5 : Guerres et traces de guerre :

  • La construction de la figure de l’ennemi
  • La torture comme instrument de guerre
  • Corps brutalisés

Contact : labexguerres@gmail.com

Axe 6 :  Genre et Europe :

Pour l’ensemble thématique « Genre et circulations en Europe »

  • Le genre des migrations dans l’Union européenne (du traité de Maastricht à aujourd’hui)

Contact : genreeurope@gmail.com

Axe 7 : « L’art en Europe » :

Pour l’ensemble thématique : « Géographie et circulation des modèles artistiques »

  • L’Europe dans l’art contemporain
  • Représenter les pays européens

Pour l’ensemble thématique : « Discours nationalistes sur l’art au XIXe siècle »

  • La notion de « jardin à la française »

Contact : labexehne7@hotmail.com

Modalités de proposition

Les personnes intéressées sont invitées à contacter les responsables éditoriaux des notices faisant l’objet d’un appel. Elles soumettront à cet effet un résumé de 80 mots qui synthétisera les principaux éléments de la notice à laquelle ils souhaitent contribuer et insistera sur la dimension européenne du sujet et son intérêt pour une histoire nouvelle de l’Europe.

Description du Projet

https://ehne.fr/ est une Encyclopédie bilingue et numérique pour une histoire nouvelle de l’Europe. Elle est l’un des projets phares du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire nouvelle de l’Europe) et propose des approches transversales de l’histoire européenne du genre, des guerres, de l’art, des circulations et des réseaux, des grandes idéologies et débats politiques. Elle s’intéresse aux fondements culturels et religieux de l’Europe et porte un regard sur les relations entre l’Europe et le monde.

Destinée aux citoyens, aux chercheurs, aux étudiants, l’encyclopédie numérique offre un contenu innovant sous un format original, fruit de la recherche actuelle :

  • Des notices de synthèse rédigées par des spécialistes qui proposent de nouvelles façons de découvrir, de penser et d’étudier l’histoire de l’Europe.
  • Différents supports multimédia enrichis d’illustrations issues de fonds iconographiques inédits et de vidéos provenant des fonds de l’Institut national de l’audiovisuel.

Dans cette perspective, elle offre aux enseignants de nombreux outils de valorisation pédagogique : https://ehne.fr/ressources-pedagogiques

Comité de rédaction de l’encyclopédie EHNE : Éric Anceau, Alain Beltran, Lucien Bély, Éric Bussière, Virginie Chaillou-Atrous, Pierre Couhaut, Denis Crouzet, Olivier Dard, Corine Defrance, Etienne Faisant, Christine Gouzi, Stanislas Jeannesson, Isabelle Matamoros, Léonard Laborie, Marie Levant, Antoine Marès, Mathieu Marly, Hélène Miard-Delacroix, Fabrice Micallef, Jeanne Moisand, François-Xavier Nérard, Simon Perego, Clyde Plumauzille, Laurence Roche-Nye, Mathilde Rossigneux-Méheust, Claire Sanderson, Dany Sandron, Guillaume Tronchet, Fabrice Virgili, Tom Williams

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Le japonisme architectural en Europe (1860-1910)

Vue perspective de la façade nord de la salle de fêtes, lavis publié dans L’architecture aux salons. Salon de 1897, Armand Guérinet, éditeur des Musées nationaux, Paris, 1897, pl. 175-176. © Bibliothèque Forney.
Auteur-e-s: 

Le japonisme est l’ensemble de la production artistique occidentale – française d’abord, puis européenne et américaine – qui s’est inspirée de la culture et de l’art japonais. Suivant de près la réouverture progressive de l’archipel nippon, ce courant artistique est apparu timidement à partir de 1854, date de la reprise forcée du dialogue entre le shogunat et le gouvernement des États-Unis, pour se révéler pleinement au cours des trois décennies suivant la réouverture officielle du pays, en 1868. L’architecture européenne n’a pas échappé à cette mode japonaise, dont nous présentons ici la genèse.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

L’influence européenne dans l’architecture japonaise (1860-1930)

Banque du Japon, édifiée entre 1890 et 1896 à Tokyo par Tatsuno Kingo.
Auteur-e-s: 

Sortant son pays de deux siècles de fermeture, l’empereur Meiji va conduire une intense politique de modernisation tout au long de son règne (1868-1912). Appelés pour participer à cette entreprise, des ingénieurs et architectes étrangers – italiens, français, britanniques, allemands et américains – débarquent dans l’archipel pour y diriger de grands ou petits chantiers de construction. Ils seront à l’origine des premiers édifices marqués par les modèles européens au Japon et formeront les premiers architectes japonais à l’architecture occidentale.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

European Women and the Main International Women’s Organizations

Board Meeting of the International Alliance of Women for Suffrage and Equal Citizenship (IAW), 8-10 May 1936, at the newly established but not yet opened International Archives for the Women’s Movement (known in Dutch as IAV), Keizersgracht 264, Amsterdam. Left: Margery Corbett Ashby, IAW President. Third from right: Rosa Manus, IAW First Vice-President and IAV Founding President.
Auteur-e-s: 

European women’s organized struggles for their rights and social justice began in the early nineteenth century and were almost immediately transnational in character. From the 1860s, women’s international activism became more formally structured. The three main international women’s organizations of the late-nineteenth and early twentieth century were the International Council of Women (ICW, 1881), the International Woman Suffrage Alliance (IWSA, established in Berlin in 1904, from 1926 called the International Alliance of Women for Suffrage and Equal Citizenship, IAW), and the Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF, the Hague, 1915). All three were bourgeois in character and dominated by women of European origin. From the 1910 onwards, socialist or socialist feminist women also created international structures to enhance women’s rights, with the German Clara Zetkin as a key figure. The three main international women’s organizations of the post-1945 world were the ICW and IAW and the newly established left-feminist Women’s International Democratic Federation (WIDF, Paris, 1945) as the third of the “Big Three.” As recognized by the United Nations, these three made crucial contributions towards enhancing women’s rights and status, not just in Europe but globally.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

De Europa (1458). Plaidoyer humaniste pour l’union des Européens

Pie II se rend à Ancône en 1464 pour hâter le départ de la croisade contre les Turcs, fresque de Pinturicchio pour la bibliothèque piccolominienne de Sienne, vers 1505.  Aux pieds du pape, on reconnaît le doge de Venise, Cristoforo Moro (en jaune), et le prince byzantin Thomas Paléologue, frère du dernier empereur (en bleu).
Auteur-e-s: 

Quelques années après la chute de Constantinople, le De Europa d’Enea Silvio Piccolomini (1458) présente l’ensemble du continent européen dans ses dimensions géographique, historique et géopolitique au moment où la menace turque se fait pressante, en particulier dans les Balkans. Pour inciter les nations européennes à s’unir contre leur adversaire commun, l’humaniste devenu pape met en évidence les éléments d’appartenance à une culture et à une croyance communes en décrivant les différentes contrées qui les abritent : l’héritage de la pensée grecque transmise par Rome et la religion chrétienne doivent, selon l’humaniste, demeurer les éléments puissamment fédérateurs de peuples perçus dans leur ensemble et à ce titre désignés pour la première fois par le terme « européens ». L’union des Européens est la condition sine qua non de leur survie face à un ennemi qui ne partage ni leur héritage culturel, ni leur foi, ni leurs valeurs.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Musique aux armées (La)

Musique d’infanterie, Imagerie Pellern, Épinal, Second Empire.
Auteur-e-s: 

Nombre de traces iconographiques et matérielles attestent l’utilisation de trompes et autres instruments à vent sur les champs de bataille depuis l’Antiquité. Participant de l’expérience sonore des soldats, la musique a assumé diverses fonctions qui ont évolué au gré des époques en Europe. Si les instruments à percussion, les trompes et trompettes ont d’abord servi à transmettre des signaux, la naissance d’un répertoire spécifique de « musique militaire » en France sous le règne de Louis XIV puis en Europe répond au besoin d’affirmer le prestige des armées. À partir de la Première Guerre mondiale, la musique se charge de plus en plus de divertir et mobiliser les combattants et soldats, pour entretenir leur moral sur le front.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Domesticité en Europe (La)

« Dienstmädchen-Petition » (« Pétition des domestiques »), Louis Rocca, 1848. © Stadtgeschichtlisches Museum Leipzig
Madame Celnart, Manuel complet des domestiques, ou L’art de former de bons serviteurs, Bayle-Mouillard, 1836. Source : Bnf/Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6283747n
Auteur-e-s: 

Au xixe siècle, la montée de la bourgeoisie, le début de l’industrialisation et l’urbanisation croissante ont entraîné en Europe une augmentation de la demande pour des domestiques en majorité de sexe féminin. Pour les jeunes femmes, le travail de domestique était souvent un emploi de transition jusqu’au mariage et était associé à une mobilité locale, régionale ou transnationale. Comme les conditions de travail n’étaient souvent pas réglementées, les domestiques vivaient dans une grande dépendance vis-à-vis de leur employeur et pouvaient facilement se retrouver dans des conditions précaires. La féminisation du personnel de maison reflète l’idée de plus en plus répandue que le travail domestique et la dépendance qu’il entraîne sont spécifiquement féminins. Après une phase de déclin, le nombre d’employé.e.s de maison a de nouveau fortement augmenté à la fin du xxe siècle. Les femmes migrantes, en particulier, sont employées comme aides domestiques, ce qui renforce l’ordre dominant entre les sexes. Leur principal motif de migration est le désir d’un niveau de vie plus élevé.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail