Engagement des catholiques pour la paix (1906-1939) (L')

Le calvaire de la paix, édifié pour le congrès de Bierville en août 1926.
Auteur-e-s: 

Du Congrès universel de la paix de Milan, en 1906, à la Seconde Guerre mondiale, des catholiques français s’enrôlent dans le combat pour la paix. Cet engagement sans exclusive religieuse ou philosophique leur offre toutefois l’occasion pour eux de travailler avec leurs coreligionnaires de toute l’Europe. C’est le cas de Marc Sangnier fondateur du journal Le Sillon puis la Ligue de la Jeune-République, figure de proue du pacifisme catholique dans l’entre-deux-guerres. Dès 1920, il lance celle-ci dans la réconciliation franco-allemande afin que la Première Guerre mondiale soit bien la « der des ders. » Au sein de l’Internationale démocratique, les jeunes-républicains collaborent avec l’Internacio katolika et la Ligue des catholiques allemands pour la paix ainsi qu’avec des personnalités des autres pays européens. Cependant, dès le milieu des années 1920, les relations franco-allemandes deviennent plus difficiles suite à des désaccords internes comme à la dégradation du contexte international. À partir de 1933, les pacifistes catholiques voient leur champ d’action se réduire aux limites de leurs frontières nationales.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail