Genre des métiers (Le)

Essen, mineurs dans la galerie (1961), photographie d’Egon Steiner.
« L’ouvrier et la Kolkhozienne », œuvre créée en 1937 par la sculptrice Vera Moukhina pour représenter l’Union soviétique à l’exposition universelle de Paris. La sculpture, composée des figures d’une femme brandissant la faucille, et d’un homme brandissant le marteau, symbolise les deux branches du prolétariat : les paysans et les ouvriers ; mais elle représente aussi sur un pied d’égalité les deux fondements de la société : la femme et l’homme. Source : Wikimedia Commons https://goo.gl/gdrgmv

Auteur-e-s

La naturalisation des qualités féminines et masculines, qui a servi à la répartition genrée des métiers, s’accentue au xixe siècle. Les métiers d’homme sont alors souvent fondés sur la force physique, mais aussi sur l’exercice des hautes fonctions publiques et des professions de savoir et de pouvoir, tandis que les métiers de femmes relèvent davantage de la dextérité et du domaine des soins ou de l’éducation. La transgression de l’ordre du genre des métiers a créé nombre de « premières » dans leur profession depuis la fin du xixe siècle, mais aussi quelques « premiers » jusqu’au début du xxie siècle. Leur histoire correspond notamment à la reconnaissance de droits accordés aux femmes et aux progrès de l’égalité professionnelle, sans aboutir toutefois à l’égalité salariale.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail