Contrôle des naissances en Europe du XIXe au XXIe siècle

Thermomètre pour déterminer les jours de fécondité et d’infécondité du cycle menstruel, vers 1950
August Haidjuk, « Toujours plus et toujours moins », Ulk, 41e année, no 24, 14/06/1912, Berlin.

Alors que domine jusqu’au xviiie siècle en Europe l’idée qu’il faut accepter stoïquement toute grossesse, le contrôle des naissances se généralise à partir du xixe siècle et devient progressivement une pratique répandue, en dépit de l’opposition de l’Église et des responsables politiques. Celui-ci apparaît en effet comme un moyen d’ascension sociale, puis, à partir des années 1960, de manière croissante, comme un instrument de liberté. Les politiques, après avoir longtemps condamné cette évolution, finissent par s’y adapter, y contribuant par la libéralisation de la contraception. Néanmoins, les gouvernements restent encore divisés en Europe, en particulier sur la question de l’avortement.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail