Expulsion des Allemands de Tchécoslovaquie après la Seconde Guerre mondiale

Le Zentrales Denkmal Flucht und Vertreibung 1945 [Mémorial central de la fuite et de l’expulsion de 1945] conçu par Joachim Bandau et inauguré en 1999, Nuremberg.

Auteur-e-s

L’expulsion des Allemands de Tchécoslovaquie en 1945-1946 vient mettre un terme à la présence pluriséculaire de populations germanophones dans cette partie de l’Europe médiane. Le différend germano-tchèque au sujet de ces expulsions reste fort tout au long du second xxe siècle. Les souffrances endurées par les Tchécoslovaques sous la domination nazie et celles subies par les populations germanophones au moment de leur expulsion alimentent depuis 1945 un fort ressentiment de part et d’autre. Cette rancœur est longtemps renforcée chez les expulsés par le silence que le régime communiste impose sur cette épineuse question en Tchécoslovaquie, laissant à l’Allemagne de l’Ouest le soin d’accorder des réparations. Dans ces conditions, l’amorce d’un processus de réconciliation est presque impossible. Les discussions engagées depuis 1989 ont toutefois permis de revenir à une relation plus apaisée, davantage en phase avec l’évolution des mémoires de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail