Genre et autorités catholiques

Marcel Delboy, Mission des ports et des gares. Association catholique internationale des œuvres pour la protection de la jeune fille, entre 1925 et 1935, Bibliothèque Marguerite Durand – Ville de Paris.

Les religions contribuent à fabriquer les identités de genre au sein des sociétés européennes. Au xixe siècle, la démocratisation et la sécularisation qui surgissent des révolutions libérales du xxe siècle ont transformé les autorités religieuses. Si les autorités catholiques confortent des rapports de genre traditionnels, les modèles proposés sont aussi en tension avec leurs homologues laïcs, à l’exemple du modèle de masculinité sacerdotale fondé sur le célibat. Le catholicisme constitue également un espace paradoxal et relatif de subversion, en offrant aux femmes un lieu de réalisation et d’autonomie alors qu’on les maintient à l’écart de l’espace civique. Le xxe siècle est davantage marqué par un durcissement des autorités religieuses sur les normes de genre traditionnelles, ce qui conditionne l’évolution des rapports au politique jusque dans les débats très contemporains autour du « mariage pour tous ».

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Questions de genre dans le protestantisme français et européen

La consécration de deux nouveaux évêques par l’archevêque de l’Église de Suède Antje Jackelén (centre) : Johan Dalman, évêque de Strängnäs (gauche), et Mikael Mogren, évêque de Västerås (droite), cathédrale d’Uppsala, 6 septembre 2015.

Les questions de genre dans le protestantisme français et européen s’articulent autour de trois pôles : la participation aux luttes dans la société pour l’égalité des droits, l’inclusion et l’égalité dans les Églises, la production de théologies féministes ou LGBT. Des protestantes participent dès le xixe siècle aux premières luttes des femmes, sans que soit produite de théologie féministe. Dans la première partie du xxe siècle, alors qu’émerge la question de l’accès des femmes au ministère pastoral, se structurent des mouvements de jeunesse féminins, amenant la création d’un féminisme protestant dans les années 1960, actif dans les luttes pour la contraception et l’avortement. Les premières théologies féministes éclosent réellement dans les années 1970, particulièrement en Allemagne. À cette même période naissent des mouvements LGBT chrétiens, principalement en Grande-Bretagne dans un dialogue avec les États-Unis. Dans les Églises, les débats se concentrent sur l’accès des personnes LGBT au ministère de pasteur et de la demande de bénédiction d’union pour les couples de même sexe.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Amnistie

Dessin de Gill « Le vieux briseur de fers », La Petite Lune, no 34, 1878. Au moment de la discussion sur l’amnistie à accorder aux communards, Gill fait de Victor Hugo la figure de proue de ce combat.

Auteur-e-s

L’amnistie est une procédure de clémence radicale qui décrète l’oubli des fautes commises. Souvent pratiquée en Europe au lendemain des grandes crises civiles pour faire cesser l’affrontement et reprendre la vie commune, elle l’a été selon des modalités et avec des intentions variables selon les régimes. Longtemps louée pour son rôle réparateur, les violences de l’époque contemporaine lui ont opposé le devoir de mémoire. Son rejet actuel est révélateur d’un régime d’historicité dans lequel les acteurs ont du mal à s’affranchir du passé et pour lequel le souci des victimes est prioritaire. L’oubli ne devient alors possible que si la justice est passée et si l’histoire a réussi à désarmer l’affrontement des mémoires.

Source : Amnistie
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Genre des superstitions (Le)

« Animal magnetism : The operator putting his patient into a crisis », dans Ebenezer Sibly, A Key To Physic and the Occult Sciences, 1814.
Albert de Rochas, L’extériorisation de la motricité, Paris, Chamuel, 1896, p. 189. Source : Wikimedia Commons https://goo.gl/pRwTtu

Auteur-e-s

À partir de la seconde moitié du xviiie siècle, l’association classique entre femmes et superstitions connaît un renouvellement. Leurs visions, leurs pouvoirs de guérison ou de nécromancie sont tout d’abord réévalués et réinterprétés, mais à l’aune de nouveaux savoirs médicaux ou spirituels dominés par les hommes entre la fin du xviiie siècle et le début du siècle suivant, dans les grandes villes européennes. Les croyances ancestrales et les rites populaires, y compris lorsqu’ils sont pratiqués par les femmes, sont collectés à titre de trésors nationaux ou régionaux tandis que les sorcières sont réintégrées dans l’histoire nationale et le génie des peuples. Mais cette réévaluation est toujours fragile et est contrebalancée par un très fort scepticisme qui parfois l’emporte, comme à la fin du xixe siècle, ou parfois cède devant d’autres intérêts plus politiques, comme dans les années 1930. Dès lors, à mesure que progresse l’idée que les superstitions ne sont plus que des survivances, la question du genre devient moins importante.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Érasme et Luther

Auteur-e-s

La confrontation entre Érasme et Luther est un duel d’une importance majeure pour l’Europe de la première moitié du xvie siècle, car ce sont deux visions de l’homme, de l’histoire et de la foi qui s’affrontent. Alors qu’ils sont nés tous deux dans une Europe du Nord baignée par la devotio moderna, qu’ils ont reçu la même formation spirituelle et biblique, leurs chemins s’éloignent bientôt de manière radicale, car l’humanisme chrétien érasmien, qui défend une anthropologie optimiste, ne peut s’accorder avec le désespoir de la Réforme. En outre, la préférence d’Érasme pour les écrits d’Origène et de saint Jérôme, au détriment de ceux de saint Augustin, est insupportable pour Luther. L’impossible dialogue entre ces deux géants du xvie siècle participe au basculement de l’Europe moderne dans le schisme religieux.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Catholic sisters in Europe

Paris, Saint-Marcel parish: business classes in the rue Jenner (13th arrond.), 1957. Source : Daughters of Charity, Provincial house (Paris), album 164.
Sister with a glass. Italy, Pionensa, civil hospital, n.d. [bef. 1964]. Source: Daughters of Charity, mother house (Paris), call number 3809.
A Daughter of Charity teaching poor young children how to read and sew, n.d. [early nineteenth century]. Source: DePaul University (Chicago), John T. Richardson Library, Vincentian Collection, Holy Cards, Daughters of Charity.

Nuns experienced unprecedented growth in nineteenth century Europe, driven as much by spiritual awakening as by increased social demand for instruction and care. During the  ensuing century, they successfully met the challenges of professionalization (nurses, social  workers) and became involved in new areas of popular education and unionism. They were neither cloistered nor married, and enjoyed considerable capacity for action, imposing themselves in both Europe and colonial lands/missions as strong-minded women capable of  negotiating with masculine authorities. All the same, they were sensitive to the political situation, which underwent a reversal in the 1860s, while the internal evolutions of the  Catholic Church (aggiornamento), along with the evolution of European societies during the 1960s, jeopardized a unique way of life which was symbolized by their “cornettes.”

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Imaginaire européen de la forêt : des marges à la perte

Jean-Baptiste-Camille Corot, Le Parc des lions à Port-Marly, 1872, huile sur toile, 81 x 65 cm, Museo Nacional Thyssen-Bornemisza,

Auteur-e-s

Pensée d’abord comme la gangue de la civilisation, longtemps redoutée ou célébrée comme le lieu où l’on se perd pour mieux se retrouver – que l’on soit un chevalier ou un enfant en prise avec un danger ou une pulsion –, la forêt européenne, raréfiée, cernée par les champs et les villes, tour à tour assimilée au jardin d’Éden, sauvegardée dans le parc ou projetée au-delà des océans, devint petit à petit le lieu – celui de l’originalité – que l’on perd à force de progrès.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Childbirth without pain

“Giving birth without pain,” cover of the magazine Regards 356 (1952).

Auteur-e-s

Psychoprophylactic childbirth, better known as “painless childbirth,” consists of psychological pain relief based on the theory of conditioned reflexes. Invented in the USSR and imported to France by Fernand Lamaze, it later spread throughout Europe despite political resistance prompted by its origins. It challenged the biblical injunction of giving birth in pain, and gave women more control over their bodies.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Harcèlement sexuel au travail

Le contremaître Penaud : « Tas de brutes ! Vous voulez me faire faire la culbute, sous prétexte que j’ai culbuté vos femmes !… ». Jules Grandjouan, L’Assiette au beurre, no 214, 6 mai 1905, lors de la grève de Limoges.

Auteur-e-s

Le harcèlement sexuel au travail pose non seulement des problèmes de définition, s’inscrivant tantôt comme une caractéristique du harcèlement moral ou de la violence en général, tantôt comme une entité spécifique. Le travail se révèle comme un lieu spécifique d’exercice de la violence et du pouvoir, ce dont témoigne la problématique du harcèlement sexuel. Face à ce phénomène, se déploient des tentatives de réponses qui prennent essentiellement, dans les différents pays d’Europe, la forme réglementaire du droit.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail