Die Berliner Luftsbrücke. Erinnerungsort des Kalten Krieges

Corine Defrance, Bettina Greiner et Ulrich Pfeil (dir.), Die Berliner Luftsbrücke. Erinnerungsort des Kalten Krieges, Berlin, Ch. Links Verlag, 2018 (parution prévisionnelle : avril 2018).

En juin 1948, l’Administration militaire soviétique bloque les accès routiers, ferroviaires et fluviaux entre les trois zones d’occupation occidentales en Allemagne et Berlin.  Onze mois durant, jusqu’en mai 1949, Berlin-Ouest a dû être ravitaillé par les Alliés par un pont aérien. Rapidement, l’avion « Rosinenbomber » ou « Candy-bomber » est devenu le symbole de la solidarité entre l’Occident et la population enfermée. 70 ans plus tard il faut se demander si ce premier grand conflit de la Guerre froide est devenu un lieu de mémoire. Les auteurs analysent la réception à l’époque et l’évaluation de l’événement aujourd’hui. On interrogera de manière critique le concept de « pont aérien » ainsi que les mythes et légendes qui l’entourent. Avec des contributions de Jan Behrends, Silke Betscher, Corine Defrance, Axel Drieschner, Jörg Echternkamp, Mila Ganeva, Torben Giese, Bodo Hechelhammer, Matthias Heisig, Philippe Jian, Bernd von Kostka, Sigrun Lehnert, Martina Metzger, Doris Müller-Toovey, Florian Pauls, Ulrich Pfeil, Gerhard Sälter, Ivan Sand und Malgorzata Swider.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail