Négociant européen (Le)

Le Parfait négociant, ou Instruction générale pour ce qui regarde le commerce de toute sorte de marchandises, tant de France que des pays estrangers... par le sieur Jacques Savary.

Auteur-e-s

La figure du négociant s’impose progressivement au xviiie siècle sur les grandes places commerciales européennes. La distinction entre négociant et marchand a longtemps été malaisée. Les négociants forment une élite socioprofessionnelle que caractérisent à des degrés différents plusieurs critères : la polyvalence des activités (spéculation sur les marchandises, commerce en gros, commission, armement maritime, assurance, banque), l’étendue des horizons économiques, les longues distances sur lesquelles se déploient leurs réseaux, les compétences qui résultent d’un apprentissage complexe et la recherche d’honorabilité.

Au xixe siècle, les conditions des échanges à distance en Europe et dans le monde se transforment en profondeur. La polyvalence du travail tend à devenir un archaïsme mais la rupture n’est ni totale, ni brutale. Le terme de négociant devient l’indicateur d’un travail défini. Les négociants cèdent progressivement la place à des hommes d’affaires spécialisés, ce qui était relativement rare jusqu’au xviiie siècle se généralise au xxe siècle.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail