Fresque INA : François Mitterrand

Léonard Laborie, membre du comité de pilotage de l’axe 1, est l’auteur du parcours thématique « Pas de socialisme sans la science », qui rejoint la fresque interactive de l’INA consacrée à François Mitterrand.

Il illustre ses propos par des archives audiovisuelles, livrant pour l’occasion des matériaux précieux pour les chercheurs : notices, éclairages, transcriptions d’émissions, de discours, d’entretiens.

 

Présentation : 

« Pas de socialisme sans la science. Le refus du progrès technique, la peur de l’acte créateur sont le propre des sociétés perdues », affirme François Mitterrand en 1980 dans un livre d’entretien, Ici et Maintenant.

Quoiqu’on garde rarement de François Mitterrand le souvenir d’un homme concerné par ces questions, son action a promu la science et la technologie au rang de priorité, tentant de faire rimer, à nouveau, progrès social et progrès technique.

Retrouvez la fresque INA
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Santé aux armées (La)


Français

Auteur-e-s

Le service de santé aux armées est au cœur de l’expérience combattante. Les personnels qui le composent apparaissent comme des témoins hors pair des nombreuses blessures physiques et psychiques subies par les combattants. Ce service occupe une place à part dans les logiques de guerre, tentant de soigner dans un contexte de violence extrême. Face à l’urgence de la prise en charge et la répétition des soins, la guerre constitue dès lors un formidable laboratoire d’innovations médicales pour sauver des vies.

Photographie des principaux membres du lazaret ambulant du docteur Cresson, organisé pour soutenir les forces russes sur le front allemand, 1916.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Combattants


Français

Auteur-e-s

L’étude des combattants doit être pensée au pluriel. Il s’agit d’abord de la masse des hommes qui, sous des statuts divers, participent directement à la guerre. On devient combattant de multiples façons : la mobilisation est un moment clé, mais il convient également de s’interroger sur la conscription, le volontariat ou l’incorporation forcée. Ce ne sont en outre pas nécessairement des militaires sous l’uniforme : des civils – hommes, femmes, adolescents – peuvent également prendre les armes. Des animaux se retrouvent même « mobilisés ». Le quotidien de ces combattants est marqué par la mort, la blessure ou l’emprisonnement, même si l’évolution des conflits et des armements change profondément la nature de l’affrontement physique. Réfléchir aux combattants suppose de penser la question de l’autorité, du respect et de l’obéissance (mutins, déserteurs, réfractaires, voire moments de fraternisation avec « l’ennemi »). Leur vie ne se réduit enfin pas au combat : entre également en considération la question de leur moral, de leurs loisirs et de leur santé.

Source : Combattants
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Fonds Colbert en ligne

Smyrne [Izmir], les quais
Re-découvrez les images d’archives du Fonds Colbert, en version numérisée sur ehne.fr. Plus de 400 plaques de verre sont déjà visibles en accès libre, et beaucoup d’autres sont encore à venir prochainement.

Ces plaques de verre, de la fin du XIXe-début XXe siècle, étaient utilisées lors de projections pour les élèves comme matériel pédagogique, mais aussi lors de conférences populaires, organisées pour un public d’adultes.  D’après les rapports sur l’éducation populaire de 1895 et 1903 écrits pour le ministère de l’Instruction publique, les conférences populaires connaissent un grand développement à cette époque. Dans ce contexte, un système de prêts de vues et de leurs notices explicatives est mis en place dans toute la France par le Musée pédagogique avec l’aide de la Société nationale des conférences populaires. Ces conférences étaient organisées par différentes institutions et sociétés, notamment la Société d’enseignement moderne, qui dispensait des cours du soir pour adultes dans de nombreuses écoles parisiennes, ainsi que des conférences avec projections.

Elles sont aujourd’hui un témoignage précieux de la vision du monde à la Belle Époque.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

De l’Europe des citoyens à la citoyenneté européenne, 1974-1992


Français

Auteur-e-s

La participation des peuples à la construction européenne a toujours posé question à partir des années 1970, lorsque les États membres souhaitent relancer le processus d’unification politique. L’élection du Parlement européen au suffrage universel est un premier pas.  L’Europe des citoyens, initiée en 1975 et relancée en 1985, doit permettre de rapprocher les peuples de la Communauté, mais reste symbolique et sans grande portée pratique. Les États attendent le traité de Maastricht pour mettre en place une véritable citoyenneté européenne dans le cadre de l’Union politique. Citoyenneté seconde limitée à quelques droits, sa portée reste limitée et son efficacité politique discutable.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Les guerres balkaniques (1912–1913) : Conflits, enjeux, mémoires

Catherine Horel (dir.), Les guerres balkaniques (1912–1913): Conflits, enjeux, mémoires, Enjeux internationaux 31., Bruxelles–Bern–Berlin–Oxford, P.I.E. Peter Lang, 2014, 348 pp.

Compte rendu dans :
– Demeter, Gábor. “The Hungarian Historical Review.” The Hungarian Historical Review, vol. 4, no. 4, 2015, pp. 1040–1043. [en ligne]
– Hall, Richard C. “Slavic Review.” Slavic Review, vol. 74, no. 4, 2015, pp. 902–904. [en ligne]

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Combattre la résistance en Europe occupée, 1939-1945


Français

Auteur-e-s

La répression de l’Allemagne nazie dans les territoires occupés pendant la Seconde Guerre mondiale porte l’empreinte des expériences des guerres passées, tout en reposant sur une stratégie de dissuasion. L’année 1941 marque l’abandon définitif des règlements internationaux et le début de la systématisation des violences à grande échelle contre les civils, à commencer par les Juifs. En dépit de situations souvent très différentes, de forts liens et échanges existent entre régions occupées. Les expériences circulent ; les méthodes et stratégies sont observées, transférées et expérimentées d’un territoire à l’autre.

Exécution d’un partisan à Minsk, 1942-1943. Panneau, en russe et en allemand : « Voici le chef d’un groupe de guérilla. Il a tourmenté et pillé la population pendant des mois. Il est donc PENDU ! ».

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

De la mer vers la terre


Français

Auteur-e-s

Attestées depuis l’Antiquité, mais associées aux grands débarquements de la Seconde Guerre mondiale, les opérations amphibies appartiennent au registre classique de la guerre. En dépit des évolutions technologiques, leurs problématiques restent identiques. Il s’agit de parvenir à combiner des moyens terrestres, aériens et navals lors d’une attaque contre un littoral. Après la période faste de l’époque moderne, qu’illustre le succès des « descentes » britanniques sur le continent, la révolution industrielle provoque leur éclipse. À tel point que, en 1939, les stratèges sont convaincus que l’ère des opérations amphibies est révolue. Mais la Seconde Guerre mondiale, qui oppose des puissances maritimes et terrestres, leur donne au contraire une nouvelle dimension.

« Into the Jaws of Death » (« Dans les mâchoires de la mort »), photographie prise au matin du 6 juin 1944 devant Omaha Beach en Normandie.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail