Voyages au féminin en Europe


Français

Auteur-e-s

En dépit de conditions matérielles qui rendraient les voyages difficilement accessibles aux femmes, elles y prennent une part active, dès l’époque du Grand Tour. Avec le développement, au xixe siècle, des moyens de transport modernes et les transformations du tourisme (thermal, hivernal ou balnéaire), elles participent à l’embourgeoisement de la pratique du voyage et, à terme, à sa massification. Par ailleurs, des femmes voyageuses explorent tôt des territoires, sinon interdits du moins jugés inhospitaliers, et y imposent progressivement leur manière de voyager : le voyage en Orient ou la croisière maritime, les milieux naturels du Grand Nord ou du désert… Enfin, au fil du xxe siècle, les femmes s’approprient de nouveaux moyens de transport, à commencer par le vélo et l’automobile, et affirment ainsi leur autonomie.

Carla Serena (1824-1884) en Mingrèlie (province de l’actuelle Géorgie), extrait de Marie Dronsart, Les Grandes Voyageuses, 1904.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Scoutisme : une méthode d’éducation des adolescents et des adolescentes (Le)


Français

Auteur-e-s

Le scoutisme est un mouvement de jeunesse visant l’éducation du caractère et la formation du futur citoyen par l’utilisation des méthodes d’éducation active. Fondé en Angleterre en 1907, le scoutisme se développe rapidement dans le monde entier. Dans la plupart des pays européens, son introduction entraîne la naissance de plusieurs associations fondées sur une base confessionnelle ou sur le principe de la neutralité religieuse. On trouve ainsi des associations protestantes, catholiques, juives, laïques et, de façon plus récente, musulmanes. Alors qu’il est, à l’origine, exclusivement destiné aux jeunes garçons, le scoutisme s’ouvre rapidement aux jeunes filles, suscitant la création d’associations féminines distinctes. Dans la deuxième moitié du xxe siècle, le développement de la coéducation conduit la plupart des organisations masculines et féminines à fusionner et à ajouter l’égalité des sexes à leurs objectifs pédagogiques.

Boy scouts nettoyant des pommes de terre pour le repas du soir dans un camp près de Cambridge, 1943. Photo : Wildman Shaw.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Service militaire et masculinité


Français

Auteur-e-s

À partir de la Révolution française, le service militaire devient, dans une Europe qui se militarise, une étape essentielle du processus de construction de la masculinité. Le modèle militaro-viril qui se développe, y compris au sein de nations étrangères à la conscription comme le Royaume-Uni avant 1916, se fonde sur une mise à l’épreuve physique et mentale dont la brutalité est censée garantir l’efficacité. À partir des années 1860 se dessine toutefois une évolution des apprentissages subis par les jeunes hommes, afin d’humaniser le traitement réservé aux soldats et de développer leurs capacités physiques et intellectuelles. Mis à l’épreuve au cours de la période 1914-1920, ce modèle, à l’origine des armées de masse, sort globalement renforcé des années de guerre avant d’être porté aux nues par les régimes autoritaires. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale s’opère au sein des jeunesses européennes, sinon un rejet, du moins une mise à distance progressive de ce modèle masculin et guerrier.

Infanterie. Distribution de la soupe. Carte postale, France, début du XXe siècle (avant 1914).

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Genre et criminalité


Français

Dès 1830, une Statistique comparée de la criminalité en France, en Belgique, en Angleterre et en Allemagne établit la dimension genrée de la criminalité, expression de l’insertion différente selon les sexes dans la société, de leur rapport à la violence et aux armes. Ainsi, les plus grands crimes sont majoritairement le fait des hommes et les méfaits féminins relèvent davantage de la sphère domestique ou de l’usage prostitutionnel de leur corps. Les femmes sont par ailleurs davantage que les hommes victimes de crimes violents. Ces différences donnent longtemps lieu à des interprétations naturalistes et à des constructions d’archétypes remis en cause au xxie siècle. Dans le même temps, est dénoncée la violence de genre désignée depuis 2013 par les Italiens par le terme de féminicide.

Rome, quartier de San Lorenzo, via dei Sardi, fresque murale contre le féminicide, réalisée en novembre 2013 pour se souvenir de 240 femmes tuées à cette date en Italie depuis le début de l’année 2012.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Modèle militaro-viril (Le)


Français

Auteur-e-s

La relation étroite, voire exclusive, entre l’armée et la masculinité conduit à la mise en place d’un modèle militaro-viril fondé sur l’accomplissement de vertus qui semblent justifier la domination masculine. En effet, ce « genre » militaire s’inscrit dans une série de relations de pouvoir visant à la fois l’exclusion du corps politique de certaines catégories (femmes, colonisés) et légitimant la contrainte exercée sur le corps social, notamment par le biais de la conscription. La réception de ce modèle dépend essentiellement du degré de militarisation des sociétés européennes, et donc des types de régime selon qu’ils valorisent, ou pas, la figure du soldat. Au xxie siècle, ce modèle ne semble plus concerner que les institutions militaires et est remis en cause par la féminisation de celles-ci.

« Exercices de boxe », carte postale, France, 1914.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail