L’encyclopédie EHNE dans le magazine L’Histoire

capture-decran-2016-10-17-a-15-22-26Notre directeur, Éric Bussière, et notre précédente secrétaire générale, Clémentine Vidal-Naquet, ont été interviewés par le magazine L’Histoire qui vient de publier leurs propos sur son site.

Début 2016, une Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe a été mise en place sur internet à l’initiative du Laboratoire d’excellence « Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe ». Clémentine Vidal-Naquet, la secrétaire générale du LabEx, et Éric Bussière, le directeur général, ont accepté de répondre à nos [L’Histoire] questions sur ce projet.

Retrouvez l’article complet en ligne sur le site de L’Histoire
Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

BLOIS 2016 – Partir faire la Guerre froide à l’Ouest

Retrouvez l’article des Clionautes sur la conférence modérée par François Xavier Nérard aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois sur le thème :

Partir faire la Guerre froide à l’Ouest

L’un des plaisirs de Blois est de rencontrer de jeunes universitaires qui, le temps d’une conférence, viennent expliquer leur travail. La fraîcheur est au rendez-vous avec, ce qui est plus rare, un sens du récit qui sait alterner explications concises et illustrations éclairantes. Plusieurs anecdotes à la fois drôles et exploitables raviront le professeur qui enseigne la Guerre froide.

Présentation des conférenciers
La conférence est une Carte Blanche à l’UMR SIRICE (Sorbonne, Identités, Relations internationales et Civilisations de l’Europe). François-Xavier Nérard, maître de conférence à Panthéon-Sorbonne, est le modérateur.
Sylvain Dufraisse, professeur agrégé, vient de soutenir une thèse intitulée « Les héros du sport. La fabrique de l’élite sportive soviétique (1934-1980) ».
Sophie Momsikoff, professeur agrégée, vient également de soutenir une thèse sur les années Gorbatchev, intitulée « La Nouvelle Pensée gorbatchévienne, origines et influences, hommes et réseaux, 1956-1992 « 
Isabelle Gouarné, docteur en sociologie est chargée de recherches au CNRS. Elle intervient ici pour aborder les scientifiques soviétiques.
Enfin, Stéphanie Gonçalves travaille sur les ballets et vient également de soutenir une thèse sur le sujet (« Une guerre des étoiles : les tournées de ballet dans la diplomatie culturelle de la Guerre froide, 1945-1968 »).

PNG - 283.8 ko

La conférence
Le modérateur, François-Xavier Nérard rappelle que le travail sur les délégations soviétiques a donné lieu à une publication : « L’URSS à l’étranger », Cahiers SIRICE(en ligne sur CAIRN). L’URSS et l’étranger sont deux aspects souvent dissociés. Au mieux, on s’interroge sur les Occidentaux qui visitent l’URSS, comme Tintin au pays des Soviets. Mais la plupart du temps, on reste dans un angle mort, hormis pour évoquer complaisamment les défections, ceux qui ont fui l’URSS. En effet, dans l’imaginaire collectif, l’URSS est une prison des peuples dont personne ne sort. C’est oublier tous ceux qui, pour des raisons temporaires et valables, doivent quitter l’URSS : athlètes, danseurs, scientifiques, etc.
L’idée est de faire une histoire concrète, la moins inféodée possible à l’histoire officielle qui tend à gonfler le rôle de l’État.

 

Lire la suite sur le site des Clionautes.
Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Appel à communication : « Voila les américains ! » les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs

voila_les_americainsMichel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et coresponsable d’Alliance Europa, et Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), lancent un appel à communications pour le  colloque international :

« Voilà les Américains ! »

Les Etats-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs

Organisé du 22 au 24 juin 2017 à Saint-Nazaire.

Ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre des manifestations scientifiques organisées à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, entend revenir, en tentant d’ouvrir des perspectives nouvelles, sur cet événement déterminant, tant pour l’issue du conflit que pour l’histoire du XXe siècle, qu’est l’entrée en guerre des États-Unis en 1917. Délaissant volontairement les aspects purement militaires et diplomatiques – au sens traditionnel du terme -, qui ont déjà fait l’objet de nombreuses études, nous souhaitons orienter notre réflexion vers le domaine culturel, dans son acception la plus large, et nous interroger sur les effets de la présence américaine sur le vieux continent, durant les dernières phases de la guerre et les premières années de la paix…

Les propositions de communication sont à adresser à michel.catala@univ-nantes.fr et stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr avant le 15 janvier 2017. Elles comporteront un bref résumé problématisé de l’intervention (moins d’une page) et un court CV. Elles seront examinées en janvier 2017 par le Comité scientifique et les organisateurs.

Les communications auront lieu en français ou en anglais.

Le colloque est organisé par le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) et le LabEx EHNE (« Écrire une histoire nouvelle de l’Europe »), dans le cadre des commémorations du  Centenaire de la Première Guerre mondiale, avec le soutien de la Ville de Saint-Nazaire.

Comité scientifique :

  • Éric Bussière (Université Paris-Sorbonne)
  • Robert Frank (Université Paris 1-Panthéon –Sorbonne)
  • Hélène Harter (Université Rennes 2)
  • Peter Jackson (University of Glasgow)
  • William R. Keylor (Boston University)
  • Yves-Henri Nouailhat (Université de Nantes)
  • Stéphane Tison (Université du Maine)
  • Ludovic Tournès (Université de Genève)
Télécharger l’appel à communication : « voila les américains »
Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Liberty and Citizenship in Europe


Anglais

Auteur-e-s

The notion of European citizenship is vague. On the axiological level, it is based both on a group of values and on a constitutional treaty. On the legal level, the constitutional treaty confers the status of European citizen on the inhabitants of European nation states only insofar as they are already citizens of their respective states. This article will explore the resulting democratic and legitimacy deficits, as well as the conditions needed for the actual fulfillment of a trans- or supranational citizenship.

“Here we take pride in the title of citizen.” Example of a sign, dated 1799, which was displayed in public spaces during the French Revolution. Manufacture Berthelot. 

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail