Atelier: « La répression des mouvements violents de contestation dans les États démocratiques »

Plaquette Montréal

Congrès de la Société Québécoise de Science politique, Université Concordia, Montréal, 20-22 mai 2015 Université Concordia, Montréal 20-22 mai 2015 Télécharger le programme au format PDF.

Responsables scientifiques

Thierry Dominici, Adrien Schu Atelier co-organisé par le CMRP et le laboratoire LISA UMR 6240

Panel 1 Mercredi 20 mai 09h00-10h30

Introduction des coordinateurs Thierry Dominici et Adrien Schu

Xavier Crettiez, professeur des universités, Université de Versailles Saint-Quentin, directeur du master recherche et professionnel sur la conflictualité, membre du laboratoire CESDIP. « Les processus de radicalisation des violences ethnonationalistes en Europe » Thierry Dominici, chercheur, post-doctorant CNRS UMR LISA 6240 (Université de Corse), chargé de cours à l’Université de Bordeaux, membre associé du Centre Montesquieu de recherches politiques. « Régimes pluralistes, violences politiques et enquêtes de terrain : les difficultés du chercheur en science politique et en sociologie politique » Président de séance : Daniel Bourmaud, professeur des universités, président du département Sciences humaines et sociales de l’Université de Bordeaux, directeur du Centre Montesquieu de recherches politiques

Panel 2 Mercredi 20 mai 11h00-12h30

Pierre Poggioli, docteur (science politique), Université Paul Cézanne (d’Aix-Marseille3). « La répression des mouvements de libération nationale dans trois Etats démocratiques (France, Espagne et Royaume-Uni) » Didier Rey, professeur des universités, Université de Corse, UMR Lisa CNRS 6240. « Le football en Algérie et son utilisation par la puissance coloniale : du “lien entre les races” à la Guerre de Libération (1910-1962) » Président de séance : Olivier Dard, professeur des universités, Université Paris IV (Sorbonne), UMR 8138 IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) François Audigier, professeur des universités, Université de Lorraine, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH).

Panel 3 Mercredi 20 mai 14h00-15h30

« Nouvelle-Calédonie 1984-1988 : de la répression policière et militaire de la contestation nationaliste kanak à une sortie de la violence par une politique de considération et de réconciliation » Isabelle Lacroix, chercheure, post-doctorante ENAP-CREVAJ Montréal/Laboratoire Printemps-CNRS-UVSQ. « Encadrement étatique de la violence nationaliste en France : les effets sur les carrières militantes basques » Président de séance : Sébastien Laurent, professeur des universités, Centre Montesquieu de recherches politiques (Université de Bordeaux), co-responsable du master 2 sécurité globale

Panel 4 Mercredi 20 mai 16h00-17h30

Ivan Carel, docteur (histoire et science politique), chargé de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières, et coordonnateur du Bulletin d’histoire politique. « La répression comme processus de légitimation de la violence (et inversement). Le cas du Front de Libération du Québec (FLQ) » Corentin Cohen, doctorant à Sciences Po, rattaché au Centre d’Études et de Recherches internationales (CERI) et à l’Institut de recherches stratégiques de l’Ecole militaire (IRSEM). « Les enfreintes au cadre démocratique: conséquences ou origine de la violence ? Éléments de réflexion à partir de l’insurrection de Boko Haram au Nigeria » Président de séance : Adrien Schu, doctorant, rattaché au Centre Montesquieu de recherches politiques (Université de Bordeaux) et à l’Institut de recherches stratégiques de l’Ecole militaire

Panel 5 jeudi 21 mai 09h00-10h30

Rui Miguel Pereira, doctorant en Études Politiques rattaché au Centre d’Études Politiques et Sociologiques Raymond Aron, contractuel à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. « La suppression des jurys populaires dans les juridictions de jugement antiterroristes en France et au Royaume-Uni » Olivier Dard, professeur des universités, Université Paris IV (Sorbonne), UMR 8138 IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe), LABEX EHNE. « Emprisonner les terroristes dans les démocraties d’Europe occidentale des années 1960 aux années 1980 » Président de séance : Xavier Greffiez, professeur des universités, Université de Versailles Saint-Quentin, directeur du master recherche et professionnel sur la conflictualité, membre du laboratoire CESDIP

Panel 6 jeudi 21 mai 14h00-15h30

Sébastien Laurent, professeur des universités, Centre Montesquieu de recherches politiques (Université de Bordeaux), co-responsable du master 2 sécurité globale. « Les enjeux de la militarisation de la lutte contre le terrorisme (Etats-Unis/France) » Benjamin Ducol, postdoctorant Centre International de Criminologie Comparée (CICC) de l’Université de Montréal. « Du terrorisme à la radicalisation : un changement de paradigme à l’aune des débats parlementaires ? Le cas de la législation antiterroriste française (2012­2014) » Président de séance : François Audigier, professeur des universités, Université de Lorraine, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH)

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Heinrich August Winkler au Goethe-Institut: « Valeurs européennes ou occidentales: réflexions sur un projet inachevé »

Lecture-rencontre dans le cadre de la série « Le divan historique », le lundi 11 mai à 19h30. Entrée libre En coopération avec l’Institut historique allemand de Paris, l’Université de Lorraine et le LabEx EHNE

Dans les quatre tomes de son œuvre unanimement saluée, Geschichte des Westens (C.H. Beck Verlag), l’historien Heinrich August Winkler se penche sur l’Histoire de l’Occident, consacrant le dernier ouvrage Zeit der Gegenwart à l’actualité – et notamment aux thèmes politiques contemporains. À l’issue de la conférence, le débat sera en présence de :

  • Corine Defrance, directrice de recherche au CNRS, UMR IRICE (CNRS, Paris-1, Paris-IV)
  • Robert Frank, professeur émérite à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Ulrich Pfeil, professeur à l’Université de Lorraine
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Rendez-vous du LabEx: « Raoul Wallenberg. Sauver les Juifs de Hongrie »

raoul wallenberg.inddLe dernier rendez-vous du LabEx de l’année aura lieu le 11 mai 2015 de 18 heures à 20 heures, à la Maison de la Recherche (bibliothèque Serpente), autour de l’ouvrage co-dirigé par Fabrice Virgili et Annette Wieviorka: Raoul Wallenberg. Sauver les Juifs de Hongrie (Paris, Payot, « Bibliothèque Historique », 2015). La présentation par les auteurs de leur ouvrage sera suivie d’une discussion avec le public.

Résumé éditeur

Juillet 1944. Tandis que la libération de l’Europe est en route, une partie de la dernière grande communauté juive encore intacte, celle de Hongrie, est en cours de déportation vers Auschwitz depuis qu’Eichmann et ses hommes se sont installés à Budapest quatre mois plus tôt. Raoul Wallenberg arrive de Suède pour tenter de sauver les Juifs de la capitale hongroise. Pendant six mois, à force de négociations et d’héroïsme, il aide des dizaines de milliers d’entre eux d’échapper à la mort. Quand, en janvier 1945, l’armée Rouge entre à Budapest, il est arrêté comme espion, et disparaît… Parfois qualifié de « Schindler suédois », Juste parmi les Nations depuis 1963, deuxième (après Churchill) des sept citoyens d’honneur des États-Unis, Wallenberg est célèbre dans le monde entier. Sauf en France. Ce livre éclaire cet homme de légende, son action et son destin, mais aussi, à travers lui, l’histoire dramatique du cœur de l’Europe.

Avec les contributions de Tal Bruttmann, Tim Cole, Paul Gradvohl, Bengt Jangfeldt, Johan Matz, Fabrice Virgili et Annette Wieviorka.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail